• Mardi poésie : Le soleil

     

    Le soleil faucille la vue ;

    J'attends la pluie

    A me cribler de clous,

    A prendre dans la gorge

    La profondeur du puits.

    Je suis seul

    Dans la lumière gardée

    Par les insectes :

    Je marche en moi

    Et des portes closes

    Se font escalades,

    Me forcent à me voir.

    En moi se délivre un enfant

    Qui court après la pluie.

                                            Pierre Dalle Nogare né en 1934

                                             ( Récits des images)


  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Juillet à 10:19
    LADY MARIANNE

    il est né en 1934- erreur de frappe-pas grave-
    pas très gai mais il y a de l'espoir- un dramaturge on le ressent-
    merci pour ce beau partage- bisous- bon mardi-

    2
    Livia
    Mardi 3 Juillet à 10:21

    Un peu tristounet pour l'été...

    3
    Mardi 3 Juillet à 11:36

    Un poème qui décrit bien la sécheresse et l'attente de la pluie, nécessaire à la vie.

    Bonne semaine

    4
    Mardi 3 Juillet à 12:34

    Merci ! J'ai corrigé .

    5
    Mardi 3 Juillet à 12:48

    Tristounet ce poème sur ce bel astre qui luit ! bon mardi, bisous !

    6
    Mardi 3 Juillet à 14:05
    eMmA MessanA

    Les deux derniers vers, si évocateurs, ont fait leur chemin vers mon coeur...

    7
    Mardi 3 Juillet à 14:21

    Un très bon choix Gazou, merci !

    Bises

    8
    Mardi 3 Juillet à 16:31
    covix

    Bonsoir, 

    Bien dans le thème, c'est vrai que la sécheresse nous invite à bénir la pluie, on peut le comprendre.

    Bonne soirée

    Bises

    9
    Mardi 3 Juillet à 21:23
    colettedc

    Un soleil qui tape fort, Gazou ! Alors, place à la pluie !

    Bonne soirée ! Amitiés♥

     

    10
    Mardi 3 Juillet à 22:14

    lorsque j'ouvre les portes de l'enfance, c'est le soleil qui entre me darder de ses rayons bénéfiques, nulle pluie n'ose s'y aventurer ... par ce beau temps, j'ai l'impression de retourner vers mes jeunes années ...

    amitié .

    11
    Mercredi 4 Juillet à 07:28

    Lorsqu'il pleut trop, nous attendons le soleil, et quand il est trop présent, nous demandons la pluie...

    Il n'est jamais facile de s'adapter au trop. :)

    Très beau poème, Gazou.

    Passe une douce journée.

    12
    Mercredi 4 Juillet à 19:22

    Je ne connaissais pas cet auteur. 

    13
    Jeudi 5 Juillet à 12:41

    restons toujours des enfants qui courent après la pluie 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :