• Mardi poésie : la prison

     

     

    Dites-lui par les tuyaux
    Qu’ils n’auront pas notre peau

    L’âme ça n’a pas de tête
    A couteau ni à courbette

    Que dans tous les coins obscurs
    Son nom a gravé les murs

    Qu’ils ont cette peur étrange
    Que tous les destins s’échangent

    Taulards des six cents cachots
    Ce matin le ciel est beau

    Ils savent qu’on les regarde
    Qu’ils ont la gueule blafarde

    Taulards des six cents cachots
    Approchez-vous des barreaux

    On va gâcher leur aurore
    Nous frérots on vit encore

    Que la honte dégouline
    Dans la cour aux guillotines

    Taulards des six cents cachots
    On dira le dernier mot

                                             Louis Calaferte


  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Octobre à 07:25

    Ils n'auront pas le dernier mot ! Ne sommes nous pas tous les taulards des six cents cachots ?

    profond ce poème ... et combien je l'aime 

    amitié .

    2
    Mardi 16 Octobre à 09:08

    Une belle découverte Gazou, je ne connaissais ni le poème, ni le poète.... merci.

    Bises et bon mardi

    3
    Mardi 16 Octobre à 09:58
    LADY MARIANNE

    je suis allée lire sa biographie-
    une belle découverte-
    très bien trouvé pour le thème- merci-
    bisous-

    4
    Mardi 16 Octobre à 10:07

    Une belle découverte pour moi aussi, le thème est dur et pourtant les poèmes sont beaux, bon mardi, bisous !

    5
    Mardi 16 Octobre à 10:56
    covix

    Bonjour, 

    Ici aussi, une découverte, ne sommes nous pas prisonniers de notre condition de citoyen n'excerçant pas son rôle.

    Bonne journée

    Bises

    6
    liedich
    Mardi 16 Octobre à 12:34

    OUI...... J'aime. Douce journée Gazou.

    7
    Mardi 16 Octobre à 14:35
    Renee

    Un choix magnifique Gazou merci. Et de plus une découverte totale pour moi....Bises amicales

    8
    Mardi 16 Octobre à 15:33
    colettedc

    Je ne connaissais pas ! Une très belle découverte, Gazou ! Bonne poursuite de ce mardi !

    9
    Mardi 16 Octobre à 20:20

    ne jamais aller en prison. Je connais un ancien aumonier de prison (qui lui y allait librement) me disait que même en vacances, l'odeur de la prison lui collait à la peau. 

    Bises et merci pour ce poème.

    10
    Mardi 16 Octobre à 21:48
    erato:

    Je découvre , je ne connaissais pas.

    Belle soirée Gazou

    11
    lenez o vent
    Mercredi 17 Octobre à 07:04

    mots durs, beau poême

    merci Gazou

    12
    Mercredi 17 Octobre à 19:02
    daniel

    Est ce un ancien taulard qui a écrit ce poème. C'est fort !!

    13
    Vendredi 19 Octobre à 14:39

    Un très beau poème 

    14
    Samedi 27 Octobre à 12:15

    Un texte comme un cri, ça hurle à chaque mot. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :