• Mardi poésie : La dictée de Jean-Marie Kerwich

     

     

    "Le gitan solitaire écrit les dernières pages de son évangile nomade.

    Il achève la dictée murmurée par le vent, le vent qui s'est assis dans la roulotte de son âme.

    La lune vient s'asseoir près de lui sur une petite chaise de paille.

    L'aube et la nuit sont comme deux soeurs enlacées, mais les dormeurs sont encore dans la frayeur des cauchemars.

    le gitan au coeur usé et aux mains sales d'avoir trop changé les roues de l'âme de sa verdine écrit un rêve réel : que de boue et de pluie glacée, que de chants chantés par les tempêtes et son fils si petit blotti dans l'âme du bois!

    Le feu de pensées s'éteint dans la nuit et sa fumée s'estompe dans le ciel de banlieue;

    Il va pleuvoir.

    la pluie s'infiltrera dans sa caravane insalubre, et la vérité s'agenouillera au pied de la misère aux cheveux noirs."

                                   Jean- Marie Kerwich (L'évangile du gitan)


  • Commentaires

    1
    Mardi 6 Novembre 2018 à 07:18
    Edmée De Xhavée

    C'est une dictée bien triste... mais une dictée de la vie aussi...

    2
    Mardi 6 Novembre 2018 à 07:24

    Un très joli texte pour ce défi. Un grand merci Gazou.

    Bises et bon mardi

    3
    Mardi 6 Novembre 2018 à 08:20

    Oui, Gazou, bien triste cette dictée mais joliement écrite.

    Bisous et bonne journée

    Aimée

    4
    Mardi 6 Novembre 2018 à 09:05
    LADY MARIANNE

    un poème bien triste--- la vie des gitans autrefois-
    de nos jours ils ont d'énormes caravanes--- les temps changent-
    merci pour ta participation - j'aime-
    bisous-

    5
    Mardi 6 Novembre 2018 à 09:06
    eMmA MessanA

    Comme c'est beau, noble et empreint d'humanité pour ce peuple méconnu et rejeté...

    6
    Mardi 6 Novembre 2018 à 09:53

    Un très bel et émouvant écrit, bon mardi , bisous !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Mardi 6 Novembre 2018 à 10:22

    Bien que d'une grande tristesse, c'est très joli et très poétique!

    8
    Mardi 6 Novembre 2018 à 15:24
    Renée

    Un magnifique texte mais si triste...Bisous

    9
    Mardi 6 Novembre 2018 à 16:45
    colettedc

    Un très, très bon écrit pour relever ce défi, Gazou ! 

    10
    Mardi 6 Novembre 2018 à 17:03

    on pourrait les croire heureux de vivre en nomades, ce serait sans compter tous les aléas de la route ...

    beau texte !

    amitié .

    11
    Mercredi 7 Novembre 2018 à 10:24

    Très beau texte, merci pour la découverte.

    Bisous et douce journée.

    12
    Samedi 10 Novembre 2018 à 19:31

    ...vient s'asseoir sur une petite chaise de paille. Très poétique. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :