• Mardi poésie : L'étranger

     

    "  Enfant, je ne comprenais pas les autres.

    Et ils ne me comprenaient pas.

    Je les trouvais absurdes.

    On était étranger.

    Depuis, ça s'est amélioré.

    Néanmoins, l'impression qu'on ne se comprend pas réellement n'a pas disparu.

    Ah ! S'il y avait une langue universelle avec laquelle on se comprit vraiment,

    tous, hommes, chiens, enfants,

    et non pas un peu, non pas avec réserve.

    Le désir, l'appel et le mirage d'une vraie langue directe subsistent en moi malgré tout

                                                           Henri Michaux (Façons d'endormi,façons d'éveillé)

                                                                                     


  • Commentaires

    1
    Mardi 9 Janvier à 08:32

    c'est là toute la complexité de la communication qu'elle soit verbale ou artistique, chacun écoute et voit selon ses propres principes ... il faut beaucoup d'empathie pour pouvoir accéder à la compréhension des autres ... et cela ne s'apprend pas ou alors avec l'âge peut-être que cela s'améliore ...

    amitié .

    2
    Mardi 9 Janvier à 09:11
    Durgalola
    Très beau poème . L'enfance n'est pas ce paradis perdu. Nous étions en apprentissage.. et nous apprenons toujours à aimer. Bises
    3
    Mardi 9 Janvier à 10:57

    Cette langue universelle hélas, est en train de se construire au détriment de nos langues maternelles...

    4
    liedich
    Mardi 9 Janvier à 11:08

    Ce n'est que le langage de l'amour, je pense. Douce journée. l.

    5
    ulysse
    Mardi 9 Janvier à 11:53

    Comme le dit si bien Liedich la langue universelle est la langue de l'amour

    6
    Mardi 9 Janvier à 12:24

    Ce poème traduit bien cette impression que l'on a si souvent de ne pas être compris.... la singularité de chacun est telle qu'il y a toujours un fonds incommunicable . Néanmoins , heureusement , l'amour et la bienveillance permettent s'y remédier....

    Belle journée

    7
    Mardi 9 Janvier à 12:28
    eMmA MessanA

    Je crois profondément que l'on peut communiquer avec son chat, son chien, son nourrisson, son foetus, et bien sûr avec tous les humains en âge de parler, même s'ils ne parlent pas notre langue... 

    8
    Mardi 9 Janvier à 13:19

    Nous ne sommes pas près d'y arriver... mais qui sait ?

    Bises et douce journée Gazou.

    9
    Mardi 9 Janvier à 13:40
    LADY MARIANNE

    tu pourras mettre la prochaine fois le logo du mardi poésie ?
    on ne sait pas si c'est du lard ou du cochon ! lol
    gros bisous- bon aprem !

    10
    Mardi 9 Janvier à 15:10

    La langue directe existe, c'est celle d'un coeur ouvert ; mais il est vrai qu'enfant on ne peut la connaître, il faut avoir avant beaucoup écouté.

    PS : Je n'aime ni le lard, ni le cochon de la lady qui signe Marianne.

    11
    Mardi 9 Janvier à 16:48
    daniel

    Parfois il n'y a pas besoin de se parler pour se comprendre. C'est peut être même la meilleure des communications.

    12
    Mardi 9 Janvier à 19:33

    Tout réside dans la communication et la compréhension....

    Pas évident du tout de se rejoindre.

    Avec de l'amour, on arrive a des miracles.

    Bisous Gazou et sacré texte...Qui demanderait du temps...

     

    13
    Mardi 9 Janvier à 19:58

    un texte fort...les mots ont des sens différents, je pense à des concepts comme laïcité,amour, partage,ou à "riche", "paresseux" par ex. chacun se croit compris en les prononçant, ceux là et bien d'autres, mais derrière les mots les sens sont confus...et puis pour comprendre il faut écouter...le langage du corps ment moins, celui du coeur aussi...un beau texte, Gazou, qui en pose, des questions!!!!

    14
    Mercredi 10 Janvier à 04:58

    J'aime beaucoup Michaux. Et si c'était le silence, ce langage universel? 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :