• Marcel Dirou

     LE TABLEAU DU SAMEDI ET VOS PARTICIPATIONS

     

    Par Chrystel Chabert @Culturebox

    Mis à jour le 04/01/2017 à 11H35, publié le 04/01/2017 à 10H58

    Portraits signés Marcel Dirou

    Portraits signés Marcel Dirou

     

     

    Si cultiver le secret est la marque des grands artistes, alors Marcel Dirou est un immense créateur. Ce Breton, professeur de lettres dans un lycée, a peint 2500 toiles, sans que cette passion, qu’il pratiquait la nuit, soit connue de son entourage. C’est grâce à un collectionneur amateur de peinture que son œuvre a été révélée. Elle est exposée jusqu’au 8 janvier à Saint-Brieuc.

    Singulière histoire que celle de Marcel Dirou. A bien y regarder, elle pourrait faire l’objet d’un film, surtout si la cote de ce peintre amateur continue de grimper comme c’est le cas actuellement.

    Cette soudaine célébrité posthume (Dirou est mort en 2009), on la doit à Hervé Le Roch, un amateur de peinture qui a découvert les tableaux de Marcel Dirou dans une vente aux enchères à Saint-Brieuc. Depuis, il a acquis la plupart des toiles et organisé plusieurs expositions.

    La dernière en date est proposée à la maison de l’Agglomération de Saint-Brieuc jusqu’au 8 janvier où 350 œuvres du peintre sont à découvrir.

    Reportage : France 3 Bretagne  J. Armand / M. Tregouet / G. Hamon


    .Une enfance sans père
    Marcel Dirou est né à Carantec dans le Finistère en 1942. Son père, Jean-Louis, fournissait des faux papiers aux résistants ou aux aviateurs anglais. Dénoncé, il est arrêté en 1944 avant de mourir en déportation, à Mauthausen, un an plus tard.
    Fils unique, Marcel Dirou fut donc élevé par sa mère et deux de ses tantes. D’abord professeur de lettres en Tunisie, il fit ensuite toute sa carrière au lycée Henri-Avril de Lamballe. Ses premiers dessins remontent à 1969, quand il est encore en Tunisie. Célibataire, sans enfant (mais très apprécié semble t-il de ses élèves), Marcel Dirou peignait la nuit et visiblement, personne n’était au courant de ses activités artistiques. "Quand les gens  demandaient à la mère de Marcel Dirou où était son fils, elle répondait toujours qu'il était en haut en train de lire ou d'écouter la radio", raconte Hervé Le Roch.

    Marcel Dirou Expo Saint-Brieuc © France 3 Culturebox (capture vidéo

    Aucune toile exposée de son vivant

    C’est sans avoir exposé ni vendu une seule toile que cet homme meurt en 2009, laissant derrière lui 2500 œuvres aux techniques les plus diverses (huiles, pastels, encres, fusains...) 2400 ont été rachetées par Hervé le Roch qui veut aujourd'hui faire reconnaître le talent de Marcel Dirou.
     

    Expo Marcel Dirou © France 3 Culturebox

     

    J'ai lu cet article avec beaucoup de surprise...Qu'il ait pu s'adonner à sa passion sans que jamais son entourage ne le sache est stupéfiant...Qu'il ait pu être un bon professeur soucieux de bien transmettre à ses élèves ce qu'il avait à leur enseigner...et cependant n'avoir aucune vie sociale en dehors du collège où il enseignait...est aussi très étonnant...

     

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Janvier à 08:24

    ses portraits ressemblent un peu à ceux de Bacon. Cette discrétion est étonnante mais je la comprends, c'est vrai, quand je vois de nos jours ceux qui affichent leurs "oeuvres" sans vergogne sur le net et les commentaires élogieux qu'ils recueillent, cela me fait frémir

    C'est compliqué aujourd'hui d'avoir foi en ce que l'on fait, les gens ont tellement besoin de reconnaissance qu'ils sont prêts à prendre pour argent comptant le moindre compliment alors que nous vivons dans un monde de mensonges. Il faut voir comment la plupart des journalistes se couchent devant les artistes, les politiques, c'est dans l'air du temps

    Je ne veux surtout pas me comparer à cet homme mais pendant les vacances de Noël, ma fille a découvert 4 aquarelles de Cordes que j'ai fait l'hiver dernier sur la table de ma cuisine et qui dorment dans un tiroir. Elle s'est fâchée en me demandant pourquoi elles n'étaient pas encadrées, je lui ai répondu "pour quoi faire?" Si je le fais, je les lui offrirai mais comme beaucoup de mes peintures, elles sombreront dans l'oubli ou un jour sur une brocante sans que je ne les ai jamais montrées.

    bises et bonne journée

      • gazou
        Samedi 7 Janvier à 08:35

        Merci , Azalaïs, pour ton commentaire très intéressant...Je comprends bien que, lorsqu'on fait un tableau ou un poème, on le fait d'abord pour soi-même, pour exprimer ce que l'on porte au plus profond de soi...mais s'il  est bon d'être relié à soi-même, il est bon  aussi d'être relié aux autres et de leur transmettre...

        Tes propos m'ouvrent à une réflexion  essentielle, nous en reparlerons, ce matin je dispose de trop peu de temps..Merci Azalaïs

    2
    Samedi 7 Janvier à 09:51
    Edmée De Xhavée

    Je lis l'intéressant commentaire d'Azalaïs et moi aussi je m'y retrouve un peu: j'ai fait "arts déco" comme études. Je dessinais bien. Pourtant il ne me reste que deux de mes dessins, parce que mon père les avait gardés. J'ai tout détruit (d'autres m'ont été pris par erreur et non restitués, j'en ai donnés très peu qui peut-être ont survécu), et je ne les montrais pas ou très rarement. Il y avait juste une peinture de ma maison vue depuis le jardin que j'avais exposée. Le reste me semblait toujours trop personnel, et pas intéressant pour les autres. Bref, j'ai mis ces deux dessins sur facebook l'autre jour et ce fut une tonne d'exclamations : tu dessines aussi? Eh oui, c'est même ce que j'ai commencé par faire...

     

    Pour en revenir au peintre du jour, je ne suis pas à l'aise avec les portraits, mais j'aime beaucoup Culturebox!

     

    Bonne année Gazou

    3
    Samedi 7 Janvier à 10:23

    Incroyable, une telle discrétion ! Un homme solitaire mais tout le contraire d'aigri, entièrement voué à l'art et à la beauté... Presque un sacerdoce ; d'autant plus qu'il devait s'y mêler un brin de philosophie puisqu'il se peignait lui-même semble-t-il sous diverses distorsions du  visage. Merci Gazou pour la découverte.

    4
    Samedi 7 Janvier à 10:46

    J'aime bien le premier tableau que tu nous montres, j'aime moins les portraits...

    Mais c'est un style étonnant.

    Je comprends tout à fait le commentaire d'Azalaïs. Pourtant, je me dis qu'on peut partager au moins avec ceux qui nous entourent et nous aiment...

    J'ai découvert au moment où l'on a vidé la maison de ma mère qu'elle avait des cahiers entiers recouverts de ses mots... malheureusement, j'étais trop jeune pour exiger qu'on les garde et mon tuteur alors les a mis au feu.

    Il m'a volé les souvenirs que je n'avais pas, ceux que j'aurais pu glaner dans ces cahiers, même s'il ne me les avais remis qu'à l'âge adulte et qu'il m'avait fallu apprendre une autre langue pour pouvoir les lire.

    Mais bon... c'est aussi la vie.

    Je t'embrasse. Passe une douce journée.

    5
    Samedi 7 Janvier à 14:28

    Je trouve que les portraits on l'air d'avoir passé sous un train, je ne suis pas trop emballée par ce peintre

    Je garde mes petits dessins et écrits au fond d'un tiroir, que je n'ai pas ouvert depuis fort longtemps, il faudra peut-être que j'y jette un coup d'oeil!

    6
    Samedi 7 Janvier à 15:48
    LADY MARIANNE

    naif et très beau ! merci pour ta participation-

    des soucis de box---- je suis en attente chez orange-  bisous !

    7
    Samedi 7 Janvier à 20:27

    en premier, peindre, écrire, dessiner, photographier, c'est s'exprimer pour soi, avant éventuellement de se donner aux autres. Tu sais la commercialisation n'est pas une étape obligatoire. Certains comme cet homme reste dans l'anonymat. D'autres font tout pour se vendre, même faire un style pour le public et non pour eux. Bises et bon dimanche.

    8
    Dimanche 8 Janvier à 10:19

    Sans doute l'expérimentation del'isolement, d'une clandestinité, du secret et la nécessité vitale de savoir se taire dans des circonstances où la vie et la mort sont en jeu dont il a finalement fait preuve, qui est un fil dans son histoire familiale

    https://www.facebook.com/AFMD29/posts/1559324780985262

    Une oeuvre hommage à son père qu'il a su préserver?

    J'ai vu sur d'autres documents que la base de sa peinture est un dessin comme un fil embrouillé

    Il y a ce vert flup acidulé disséminé dans sa peinture

    J'ai lu qu'il n'y a sur la totalité de ses tableaux qu'un seul tableau où figure une femme

    Dans ses appartements ateliers y a t il une bibliothèque de livres d'art où il a puisé l'étude de maîtres? Allait-il seul à des expos? Y a t il des carnets d'étude?

    https://youtu.be/7AJDJplPErE

    9
    Dimanche 8 Janvier à 10:41

    sa peinture devait lui permettre d'exister tel qu'il se sentait !

    amitié .

    10
    Mardi 10 Janvier à 14:11
    cauvin

     

    Meilleurs voieux pour cette nouvelle année.

    Un artiste qui sort de l'ombre dans laquelle il s'était donné.

    Des portraits aux caractères cubistes, et un témoignage de l'époque avec cette toile évoquent un salon.

    Bonne journée

    Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :