• Mais est-ce que ça va ?

      Hier, en écrivant mon article"bonne mine", un souvenir s'est imposé à moi...
    un souvenir très lointain mais toujours aussi vif...
      J'étais au lycée, en terminale...je m'étais levée le matin, sans savoir si j'allais bien ou mal...Je ne me posais jamais la question..J'allais..C'est tout !
       Voilà qu'une de mes camarades arrive vers moi et s'inquiète :" mais qu'est ce qui ne va pas ? Tu en as une tête?"
    Je la regarde ahurie mais elle a l'air très sûre d'elle...L'idée me traverse qu'elle dit n'importe quoi...mais, en ce temps-là, je vivais avec si peu de conscience de moi-même..parfois je me disais que je devais être un courant d'air et j'en arrivais à douter de ma propre existence...alors, si elle me trouvait une mauvaise tête, peut-être bien qu'elle avait raison !
      Et me voilà tout à coup à me sentir vraiment mal...Quelques paroles avaient suffi !
      Avait-elle su détecter un mal-être dont je n'avais pas pris conscience? Ou l'avait-elle créé de toutes pièces? Je me pose encore la question...Ce dont je suis certaine, c'est que le pouvoir des mots est immense ! Ils peuvent être eau de Jouvence ou poison violent.

  • Commentaires

    1
    Lundi 27 Juillet 2009 à 08:57
    Les mots ont beaucoup de pouvoir, j'en suis intimement persuadée... et bien avant d'avoir lu mon premier Don Quichotte.

    On peut beaucoup... ils peuvent soigner ou blesser. Ils peuvent aussi tromper.

    C'est important parfois de se poser les bonnes questions.

    Ce jour-là, tu allais bien, parce que tu l'avais décidé, comme ça arrive souvent... J'aime bien ce que tu en dis.

    Merci.
    2
    Ut
    Lundi 27 Juillet 2009 à 09:05
    Comme tu as raison! ... et ils effacent quelque fois les jolis courants d'air que sont l'âme des enfants...
    3
    Lundi 27 Juillet 2009 à 14:43
    Une terrible experience j'imagine, le pouvoir des mots.
    4
    Lundi 27 Juillet 2009 à 15:02
    Purement de la magie...S'en méfier , et lutter contre.
    5
    Lundi 27 Juillet 2009 à 15:04
    Un proverbe oriental dit des mots : ils sont plus amers que la magie noire !
    6
    Lundi 27 Juillet 2009 à 16:58
    oui le pouvoir des mots est infini dans les deux sens : le bien et le mal
    et celui du silence ?
    merci pour ton passage
    7
    Lundi 27 Juillet 2009 à 17:04
    Comme tu as raison, c'est pourquoi il faut tourner la langue 7 fois avant de parler.
    8
    Lundi 27 Juillet 2009 à 21:05
    C'est certain, c'est même pour ça que certains orateurs nés ont tant d'emprise sur les foules..
    Bisous du lundi soir gazou
    9
    Lundi 27 Juillet 2009 à 23:58
    Le pouvoir des mots est immense, le pouvoir de l'esprit aussi, ce qui est étrange, c'est que tu n'aies pas eu conscience de la réalité ou pas de cette affirmation...
    10
    Mardi 28 Juillet 2009 à 06:40
    Bonjour,

    On peut déjà avoir tendance nous-même à s'inquiéter par trop de la manière dont on va,à renforcer mentalement un état de souffrance petit ou grand. Alors si l'autre s'en mêle et que l'on prête foi à son diagnostic ou que l'on s'attarde sur lui, dans des moments de fragilité, d'inconscience, de quête d'identité...

    Ce que tu dis me fais penser à cette phrase que je répéte très souvent dans ma journée : "comment vas-tu ?"...
    Certes cela peut exprimer un souci de l'autre, mais combien de fois rencontrons-nous pour réponse une expression gênée, un silence qui marque que l'autre ne va pas bien.
    Que faisons nous de sa réponse même silencieuse ?

    Est-ce qu'alors notre question renforce son mal-être ?

    Est-ce que cela permet à l'autre de se confier (si tant est que nous puissions simplement l'écouter), et ainsi peut-être lui permettre de mettre à distance son mal-être ?
    Sommes nous prêt à gérer de manière responsable, les suites de notre question ?

    Oui, parler est un acte responsable, qui implique d'être conscient de ce que l'on dit,à chaque instant, même dans nos phrases les plus anodines en apparence.

    En tout cas, "comment vas-tu ?", question ouverte, est toujours mieux que "Ca va bien ?" ou "Qu'est-ce qui ne va pas, tu en as une tête" comme dans le souvenir que tu nous relates; c'est ce sur quoi un ami gravement malade m'avait amené à réfléchir et que je garde en tête depuis quand je prononce cette phrase.

    Ce qui me semble importer c'est l'intention derrière nos mots. Nous soucions nous vraiment de l'autre quand nous prononçons ces mots "Comment vas-tu ?" Ou n'est-ce qu'automatisme, ou pire "régal espéré de ce qui ne va pas chez l'autre"?
    11
    Jeudi 30 Juillet 2009 à 00:40
    je suis bien d'accord avec toi, sur le pouvoir des mots..Ils masquent souvent nos intentions.. bonnes ou mauvaises..
    clem
    12
    Vendredi 31 Juillet 2009 à 18:28
    Si tu savais comme je crains le poids de mes mots !
    mais je n'en dirai pas plus aujourd'hui. Un jour, quand nous nous connaîtrons mieux, j'aimerais en parler avec Toi. Douce soirée.
    13
    V.V. l
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:56
    oh que tu as bien raison...
    14
    catherine2
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:56
    Cultiver l’estime de soi pour se mettre à l’abris des mots qui blessent, les mots qui peuvent aussi être de jolies graines en devenir dans les jardins les plus arides.
    15
    azuldelmar
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:56
    Si on se sent bien dans sa peau, peu importe ce que les autres peuvent dire. On pourra même rigoler de les entendre. Pas vraie?
    Bonne journée à toi!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :