• Louise en hiver

    " Tu veux venir avec moi,  propose ma voisine, je vais au cinéma, je vais voir "Louise en hiver", c'est un dessin animé...

    J'hésite et puis je me décide  "pourquoi pas"

    Et je suis très vite saisie par le charme inouï de cette vieille dame au nez épaté...

    Le dernier train est parti sans elle et la voilà seule dans la petite station balnéaire de Biligen désertée...Plus personne dans les rues ni sur la plage...

    Mais Louise va affronter le froid et la solitude

    "C'est le film le plus intime que j'ai réalisé jusqu'à présent, dit le cinéaste de 76ans. La solitude, je la ressens aujourd'hui plus facilement. C'est un thème universel qui, comme la liberté, habite mes réalisations"

    "Les oiseaux ne font pas attention à moi, je dois leur paraître insignifiante", constate Louise dans une scène, tandis qu'elle vagabonde le long des falaises de Normandie avec "Pépère", chien devenu compagnon de fortune.

                          

                                                         Louise en hiver

     

    "Louise en hiver" a en partie été bâti en Bretagne, où Jean-François Laguionie vit et travaille. Le film est le prolongement animé d'une nouvelle écrite par le cinéaste il y a trente ans.

     

    " Laguionie sait capter du bout de son fusain les petits pas mesurés et craintifs des anciens lancés à l’assaut d’efforts physiques aussi anodins en apparence que monter une côte, ou marcher sur un sable trop mou, et cette déambulation tâtonnante a la beauté des carnets intimes de grand-mères." dit  Raspiengeas (Bande à part) et je partage tout à fait cette impression.

    Tout est épuré, minimaliste, en retenue. Presque pas de dialogues. Beaucoup de délicatesse et d'élégance.

    Les choses sans importance sont magnifiés et la beauté est avec nous.

    Le rythme lent et méditatif nous fait voyager loin, au profond de nous.

    Il est des voyages immobiles  qui nous entraînent au loin.

    il y a plusieurs jours que je l'ai vu et je suis encore sous le charme.

    Je remercie ma voisine.

    ____________________________________________________________________________________________________

     

    Jean-François Laguionie à Annecy le 16 juin 2016 © JEAN-PIERRE CLATOT AFP

    Ce Franc-Comtois, qui a débuté aux côtés de Paul Grimault ("Le Roi et l'Oiseau"), loue la "diversité" de la production française actuelle et "la curiosité" de la nouvelle génération, dont il apprécie "la liberté de ton".

     

    Révélé en 1965 à Annecy avec le court métrage "La Demoiselle et le Violoncelliste", qui décrocha cette année-là le Grand prix du festival, Jean-François Laguionie a réalisé en tout huit courts métrages.

     

    L'un d'eux, "La traversée de l'Atlantique à la rame", lauréat de la Palme d'or du court et d'un César en 1978, a lancé sa carrière et fait de lui une référence mondiale de l'animation. En 1985, à l'aube de son premier long métrage - "Gwen, le Livre de sable" -, le réalisateur a créé La Fabrique, studio basé dans les Cévennes.

     

    "Louise en hiver", produit par Jean-Pierre Lemouland et Unité centrale au Canada, sortira dans les salles françaises le 23 novembre.

    Jean-François Laguionie à Annecy le 16 juin 2016 © JEAN-PIERRE CLATOT AFP

     

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 20 Décembre 2016 à 18:14

    merci pour cette présentation-
    la solitude oui en vieillissant--- c'est chez tout le monde je pense-
    je suis allée voir la bande annonce !!
    bisous et bonne soirée-
    <iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/RFCM_s45uHI" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

    2
    Mardi 20 Décembre 2016 à 18:20

    comme quoi, les dessins animés ne sont pas essentiellement fait pour des enfants ... 

    ta présentation donne l'envie de le découvrir !

    amitié .

    3
    Mardi 20 Décembre 2016 à 18:50

    Tu me donnes envie de le voir...

    Merci pour ces mots en partage, Gazou.

    4
    Mardi 20 Décembre 2016 à 19:52

    Je ne suis jamais attirée par les dessins animés mais tu démontres que parfois il faut dépasser ses a priori. Ce film a l'air d'être une pépite et le fait d'en sentir encore la résonance plusieurs jours après en est bien la preuve. Merci pour ce partage. Bisosu

    5
    Mardi 20 Décembre 2016 à 20:01

    j'irai regarder une bande annonce du film ; l'affiche donne une belle idée de la façon du dessin.

    Dimanche, nous sommes allés voir "premier contact" ; si jamais des extra-terrestres venaient, comment ferions nous pour leur parler. Le film n'utilise pas de gros effets techniques, et l'histoire est belle. LE personnage central est une femme. Bises

    6
    Mardi 20 Décembre 2016 à 20:20

    Tu nous présentes ce film avec autant de chaleur que de recherche ; il semble en effet très attachant, comme son auteur.

    7
    Mercredi 21 Décembre 2016 à 10:28
    Edmée De Xhavée

    J'ai maintenant une belle curiosité pour cette Louise, dis-donc! J'en ai très envie!!!

    8
    Mercredi 21 Décembre 2016 à 19:05

    On peut faire passer beaucoup de choses dans les dessins animés.

    9
    Jeudi 22 Décembre 2016 à 17:01
    Daniel

    Très intéressant ton billet. Il faut que j'aille le voir !

    10
    Jeudi 22 Décembre 2016 à 21:44

    Coucou Gazou

    Je vais aller voir la bande annonce ! j'ai maintenant la curiosité d'aller le voir...

    Merci de ce partage, Gazou et bonnes fêtes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :