• "...l'excitation que l'on ressent à la lecture d'un bon livre (roman ou poème, nouvelle

    théâtre...) vient de ces portes qui en nous s'ouvrent au fur et à mesure qu'on lit.

    L'horizon s'éloigne, les paysages se multiplient et immanquablement on se met à rêver à

    ce que l'on va découvrir, à la manière avec laquelle nos vies pourraient évoluer.

    C'est le début de la liberté et le début du désir. Lire, c'est çà et c'est ce que  l'on vous souhaite..."

                            Thierry Guichard

     

    C' est bien cela  que j'éprouve quand je me laisse captiver par un livre

     


    10 commentaires
  •  Je relis parfois des pages de "Une vie bouleversée" de Etty Hillesum, cette jeune femme juive déportée à Auschwitz.

    A Amsterdam où elle vit et au camp de transit de Westerborg, elle tient son journal intime.

    Jour après jour, on suit son évolution spirituelle... et c'est stupéfiant.

    "Cette époque est trop dure...après elle,

    viendra une autre époque trop humaine.

    J'aimerais tant survivre pour

    transmettre à cette  nouvelle époque toute l'humanité que j'ai préservée en moi

    malgré les faits dont je suis témoin chaque jour.

    C'est aussi notre seul moyen de préparer les temps nouveaux : les préparer déjà en nous."

     

    Elle ne cède pas à la haine:

    "Je sais que ceux qui haïssent ont pour cela de bonnes raisons. Mais pourquoi devrions-nous choisir toujours la voie la plus facile, la plus rebattue? Au camp, j'ai senti de tout mon être que le moindre atome de haine ajouté à ce monde le rend plus inhospitalier encore."

     

    Elle apprend à pardonner:

    "Il faut apprendre à vivre avec soi-même comme avec une foule de gens. On découvre en soi tous les bons et les mauvais côtés de l'humanité. Il faut d'abord apprendre à se pardonner ses défauts si on veut les pardonner aux autres."

     

    Elle vit dans l'enfer des camps, elle souffre et elle voit souffrir ceux qui vivent avec elle, on s'efforce de leur enlever toute dignité et elle demeure calme, sereine et pleine de joie de vivre...elle ne désespère pas des êtres humains capables du meilleur et du pire....

    Son frère et ses parents mourront eux aussi dans les camps et c'est pour rester avec eux qu'elle a refusé de s'enfuir...

    Au milieu de l'horreur, elle demeure vivante et inaltérable...


    9 commentaires
  • "...Il faudrait comprendre que les seuls livres dignes d'être lus sont ceux qui rendent sensible, non pas dans des phrases explicites, non pas même dans le fil de l'intrigue, mais dans leur texture même, leur tissu de mots, à la fois ce que la vie a d'impossible et ce qu'elle a d'admirable...

    L'art suprême de l'écrivain n'est pas d'oublier, d'effacer le trouble en se tournant vers les fleurs; c'est de tirer du pire un parfum. Ainsi voyons-nous Mozart, en ses opéras, changer toutes choses - les bavardages, les querelles, les farces, et jusqu'aux terreurs et passions les plus noires- en un chant qui mérite plus qu'aucun autre d'être appelé divin: comme s'il faisait courir, à la cime de ses airs, une aigrette de feu, annonçant on ne sait quelle aube inouïe."

                                             Philippe Jaccottet ("Tout n'est pas dit" aux éditions : Le temps qu'il fait)


    9 commentaires
  • Antoine Leiris est journaliste;

    Vous n'aurez pas ma haine est son premier livre;

    Sa femme est morte le 13 novembre2015 , assassinée au Bataclan.

    Il a écrit ses pages quelques jours après le drame.

    Son témoignage ne peut laisser indifférent.

    Mais où trouve-t-il cette force?

    Je vous en donne un extrait

    " Vendredi soir vous avez volé la vie d'un être d'exception, l'amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n'aurez pas ma haine; Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. Si ce Dieu pour lequel vous tuez aveuglément nous a faits à son image, chaque balle dans le corps de ma femme aura été une blessure dans son coeur.

    Alors non, je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr . Vous l'avez bien cherché pourtant mais répondre à la haine par la colère ce serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes. Vous voulez que j'aie peur, que je regarde mes concitoyens avec un oeil méfiant, Que je sacrifie ma liberté pour la sécurité. Perdu. Même joueur joue encore."


    11 commentaires
  • " " ...Le mal et la beauté constituent les deux extrémités de l'univers vivant, c'est-à-dire du réel : en ne traitant que l'un et en négligeant l'autre, ma vérité ne sera jamais valable. Je comprends d'instinct que sans la beauté, la vie ne vaut probablement pas la peine d'être vécue, et que d'autre part une certaine forme de mal vient justement de l'usage terriblement perverti de la beauté. "                                François Cheng (Cinq méditations sur la beauté)

     

    J'avais lu ce livre l'année de sa parution, il y a déjà dix ans, j'en ai gardé un bon souvenir, mais en quoi cela m'a-t-il nourri, je ne sais pas , je n'ai qu'un vague souvenir...J'ai décidé de le relire, page après page, lentement, pour  tenter de m'en imprégner ...de le lire et le relire jusqu'à plus soif...

    C'est une toute autre façon de lire que celle qui m'est habituelle.   et vous, comment lisez-vous?


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique