• Les non-dits

    Mais que se passait-il donc?
    Ce n'était pas la pleine lune...Il faisait plein jour.
    Ce n'était pas la fatigue...Elle avait plutôt bien dormi
    Le vent peut-être ? Il soufflait comme un damné
    Et elle, elle en perdait le souffle.
    mais ils avaient marché en sous bois, en un lieu protégé....
    Pourquoi donc avait-elle tant besoin de cracher ses désaccords?
    Elle avait beau se vilipender,
    reconnaître dans son quant à soi que ses reproches étaient exagérés,
    elle ne parvenait pas cependant  à se retrouver d'humeur tendre e t légère
    et à se réjouir du beau soleil qui tentait de les réchauffer de ce froid hiver.
    Tout l'importunait.
    Et le plus incroyable, c'est qu'elle était tout à fait consciente que ses reproches étaient excessifs
    et que même s'ils avaient été tout à fait justifiés,
    la façon dont elle les exprimait était la meilleure manière pour que l'autre se rebiffe
    et ne comprenne rien à son insatisfaction...
    Et même cela risquait fort de le rendre aussi hargneux et grincheux....

    A moins que, par miracle, il ne comprenne
    que tous ces griefs qu'elle lui lançait à la figure
    cachaient en réalité beaucoup de non dits,
    de souffrances passées et non exprimées..

    Mais peut-être , un jour, saura-t-elle les dire
    et les laisser derrière elle et aller plus loin...

  • Commentaires

    1
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 00:28
    Je ne sais pas... Je me dis que les mots que l'on ne dit pas sont ceux qui font le plus mal, dans un couple et en amitié.

    Bonne nuit, Gazou. Merci pour ces mots à méditer.
    2
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 00:38
    bien des fois, faut bien se fâcher.. finie la dame passive qui ne dit jamais rien. Tu as eu raison.. non mais.. !
    bisous
    clem 
    3
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 02:43
    C'est tellement mieux quand on peut mettre tout de suite cartes sur table. Que de tourments épargnés.
    4
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 08:17
    Bonjour
    Les non-dits sont parfois plus meurtriers que la vérité....
    Bonne journée
    Jean
    5
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 08:52
    Mais faut il les laisser derrière soi et peut on les oublier ?
    Dire, oui dire n'est il pas le mieux en les positivant dans le language ?
    6
    ABC
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 09:31
    Le sifflet de la cocotte minute a explosé....
    7
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 10:18
    dire le ressenti n'est pas facile pour tout le monde, et pourtant il faudrait le faire avec doigté.. bonne journée
    8
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 11:07
    J'ai déjà vécu ce sentiment d'exagérer dans mes réactions, sans pouvoir m'en empêcher, comme si la vanne ouverte laissait passer tout l'énervement passé non exprimé vis à vis de la personne.
    9
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 13:26
    les blessures et souffrances non exprimées nous font parfois devenir injustes envers autrui, triste réalité des non-dits et des âmes meurtries...mercio pour ce texte, et bizzz chaudes et ensoleillées (un été indien !!)
    10
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 13:35
    Aux noms de certains interets ''superieures'', priorites et autres alibis, beaucoup de souffrances sont endurées et tant de sacrifices consentis.
    Bonne journée tout de même.
    11
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 16:51
    Quand on sent qu'on devient injuste, il faut s'arrêter, sinon, cela risque d'aller trop loin.
    12
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 17:54
    les orages  ne font-ils pas plus de bien quand ils éclatent que lorsqu'ils couvent ?
    13
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 18:07
    Il y a pire que les non-dits, le silence !
    14
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 19:02
    Les griefs accumulés , les non-dits qui finissent par nous empoisonner ! C'est vrai , il faudrait pouvoir les déballer une bonne fois pour toute , peut être à une personne neutre ou pourquoi pas en les écrivant !
    Mais c'est sûr le mieux serait de les dire franchement , sans haine , juste avec le désir de se faire comprendre !
    Bonne soirée !
    15
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 21:18
    vite brûlent vite ces incompréhensions, ces tiraillements ... et respire ...
    y a rien à faire, ma jolie, nous sommes des humains avec leurs humeurs et leur difficulté à vivre réellement ensemble et bien .... cela existe mais comme les nuages, cela passe .....
    bises sans soleil mais amicales
    16
    Jeudi 29 Octobre 2009 à 22:04
    Il faut parler lorsqu'on est calme, lorsqu'on a les choses en main...Et parler pour construire quelque chose...
    17
    Vendredi 30 Octobre 2009 à 06:39
    comme tu le dis, ça fatigue...szourire et rire, c'est plus plaisant ! Bonne journée, Maryse !  Gazou
    18
    Vendredi 30 Octobre 2009 à 06:50
    tu as raison, déjà en prendre conscience , c'est le début du changement !  Bonne journée !
    19
    Vendredi 30 Octobre 2009 à 07:23
    Mettre des mots sur une souffrance, c'est déjà lui fabriquer une sorte de cage, la contrôler plus ou moins en attendant de la maîtriser si tant est que cela soit possible. Les non-dits agissent dans l'ombre et font souvent des ravages.
    Amitiés. Alain
    20
    Vendredi 30 Octobre 2009 à 16:13
    Les non- dits font plus de bruit que els cris!
    Bonne journée
    21
    Vendredi 30 Octobre 2009 à 17:15

    Les non-dits sont souvent plus importants que les dits. Ils sont, souvent, cachés derrière les dits et « visibles » si l’on gratte un peu… Amitiés. Loic

    Je suis en panne matériel, voilà pourquoi mon silence.

    22
    Dimanche 1er Novembre 2009 à 18:39
    je crains d'avoir déjà rencontrée cette personne devant ma glace :-))
    big bisous
    23
    Lundi 2 Novembre 2009 à 21:38
    heureux de retrouver ton blog plein d'humanité. amitiés
    24
    Mardi 3 Novembre 2009 à 15:32
    J'ai beaucoup aimé  cet  article , je le trouve  très juste ! je crois en effet  que les non dit   finissent par peser  si lourds  qu'il s  nous étouffent   , nous écoeurent et  que lorqu'ils sont  finalement "vomis" c'est avec  beaucoup plus d'agressivité   qu'il n'en  faudrait  ! 

    amicalement 
    chrystelyne 
    25
    zilberman
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:53
    Effectivement, cette personne grincheuse doit avoir une souffrance intérieure pour cracher son acrimonie. Ne faut-il pas, alors, lui demander mais "qu'est ce qui te fait souffrir pour parler comme tu parles?". Ce serait une façon de lui venir en aide, au lieu d'attendre que le non-dit ne sorte dans un temps indéterminé ?
    Bisou. Gérard
    26
    catherine2
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:53
    ah, cela me rappelle ma soirée d'hier ... cette preception là de dire mal les choses, de les dire de façon excessive, mais de les dire quand même .. de fragiliser du coup toute une petite tribu. Ne pas dire, mal dire,  déjà en prendre  conscience c'est le début de quelque chose ...
    27
    Maryse
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:53
    Moi j'explose! Après je réfléchis. Cela m'est arrivé cent fois  ( Cent fois! C'est trop? Ah bon!avec mes 66 ans ans, c'est normal! Non? j'aurais du!!! Quoi!!!  En tout cas, Je me suis régalée , ça m'a évité de somatiser. Et puis mon mari, y'a longtemps qu'il a tout compris.Il laisse passer l'orage.
    C'est vrai que c'est de la souffrance... et il le sait.Bisous
    P.S Je me suis bien calmée... Ca fatigue!  Maryse
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :