• Les mots de Eugenio de Andrade

    "Ils m'obéissent maintenant moins bien
    les mots. A propos
    de rien ils grommellent, ne font
    aucun cas de ce que je leur dis,
    ne tiennent pas compte de mon âge.
    Probablement sont-ils las de leur bride
    ,ne me pardonnent-ils
    ma main rigoureuse, mon indifférence
     au feu d'artifice.
    Je les aime, je n'ai jamais eu d'autre
    passion, et eux durant de longues années
    m'ont égalemnt aimé : ils dansaient
    autour de moi quand j'allais à leur rencontre.
    Avec eux je faisais du feu,
    ils nourrissaient mes jours, mais maintenant
    ils sont revêches, s'échappent entre 
    mes doigts, glissent entre mes dents
    si je tente de les retenir. Ou peut-être est-ce moi
    qui recherche seulement les plus abrupts ?"


  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Novembre 2009 à 13:08
    les mots redoutent les maux jusqu'au dernier
    2
    Lundi 16 Novembre 2009 à 13:24
    c'est vrai que les mots ont leur propre vie...il faut les laisser venir
    besos
    tilk
    3
    Lundi 16 Novembre 2009 à 13:29
    Les mots ne sont-ils pas des êtres vivants ?
    4
    Lundi 16 Novembre 2009 à 14:10
    les mots sont comme nous, ils changent ... bonne journée
    5
    Lundi 16 Novembre 2009 à 14:39
    J'aime bien ce texte , le rapport que l'on peut avoir avec les mots ,alors que l'on prend de l'âge  ! C'est vrai que parfois ils nous échappent , ils n'en font qu'à leur tête! 
    Merci gazou !
     
    6
    Lundi 16 Novembre 2009 à 15:52

    Mots rebelles qui se font la belle parce qu’ils peuvent devenir volage avec l’âge. Amitiés. Loic

    7
    Lundi 16 Novembre 2009 à 17:02
    Parfois ça marche et beaucoup d'autres non, si ce commentaire passe, alors je te souhaite par la même occasion une bonne journée gazou :)
    8
    Lundi 16 Novembre 2009 à 18:19
    J'aime  beaucoup. Je trouve cela amusant et bien vrai. Cela m'amène bien des questions d'ailleurs...
    A demain je pense, belle chanson à Toi
    9
    Lundi 16 Novembre 2009 à 18:57
    ils sont libres et s'mancipent...
    sourire
    10
    Lundi 16 Novembre 2009 à 20:43
    Parfois les mots nous échappent et se rebellent. Pourtant ces mots nous font tant de bien. Nos mots ont-ils une âme?
    11
    Lundi 16 Novembre 2009 à 21:01
    recherche de nouveaux mots sans doute ! les mots nous collent à la peau... on ne s'en défait pas comme ça !
    bonne soirée
    arielle
    12
    Lundi 16 Novembre 2009 à 21:22
    Un beau billet (sourire)
    Que les jours soient cléments et beaux à vivre.
    13
    Lundi 16 Novembre 2009 à 21:24
    Je crains bien qu'on surinvestisse et surestime la valeur propre des mots... peut-être une lubie d'écrivains désoeuvrés... beaucoup de ces écrivains qui se la jouent justement "grands-z-écrivains" (Vite, une double page dans le "Cahier Livres" de "Libé", hé hé, c'est qu' j' connais du monde !) passent leur temps à "faire les malins avec ça"... les mots...

    Mais les mots ne sont là, au fond, que pour tenter d'EXPRIMER un sentiment face au monde... l'essence poétique de ce monde... ils ont une couleur, certes... une muscalité à eux... (mais combien d'autres éléments du monde sensible ont cela en eux)... ils ont surtout un pouvoir d'évocation infini, et combien d'écrivains médiocres (qui font simplement joujou avec... ou les ont banalisés à force de délayages, d'expressions clich'tonneuses) ne le savent plus...

    Je crois sincèrement en la puissance des mots-matière (la sobriété de Simenon) comme en cette "Langue des Pouvoirs Premiers" qu'a voulu "inventer" Ramuz : comme sa propre langue, en fait...

    Je suis en train de lire le superbe "Istanbul" d'Orhan Pamuk, auteur du si poétique et envoûtant "Neige"... Tu dois connaître... En quelques pages, un monde s'ouvre à nous... magique !

    Bises & Amitié à toi, chère Gazou, et grand merci pour ce texte charmeur !!!
    14
    Lundi 16 Novembre 2009 à 21:37
    Vieillesse? Début d'Alzheimer???
    15
    Lundi 16 Novembre 2009 à 22:08
    et moi, je les aime beaucoup tes mots qui s'étalent sur la page. 
    clem 
    16
    Mardi 17 Novembre 2009 à 00:29
    c'est une belle forme "d'amitié"
    très beau texte
    je te souhaite une très belle nuit
     
    17
    ABC
    Mardi 17 Novembre 2009 à 09:30
    Les mots auraient-ils la liberté de se dérober ?
    18
    Mardi 17 Novembre 2009 à 10:13
    J'aime beaucoup... On devient très exigeant avec l'âge. Mais c'est sans doute le mieux.

    Bonne journée, Gazou.
    19
    Mardi 17 Novembre 2009 à 20:21
    Voilà, Gazou, j'arrive enfin...Je suis toujours émue quand quelqu'un débarque sur ma plage par je ne sais quel heureux hasard ou mystère des mots croisés ailleurs et qui ont donné envie d'aller voir, de pousser une porte...
    J'aime beaucoup ces mots-là, d'un auteur que je ne connais pas ou du moins pas encore...
    Je reviendrai bientôt.
    20
    Mercredi 18 Novembre 2009 à 01:48
    Les mots ils ont leurs caprices Ils vont ,ils viennent mais si on les entretiens ils vont rester plus longtemps.
    21
    Mercredi 18 Novembre 2009 à 04:28
    Merci pour ton commentaire;.Je n'arrive pas à retourner sur ton blog...Rappele-moi l'adresse s'il te plaît
    22
    Jeudi 19 Novembre 2009 à 12:52
    pas besoin d'être "vieux" pour ressentir cela...en tout cas il exprime parfaitement avec beaucoup de poésie cette fuite des mots...
    23
    Maryse
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:52
    Et bien !On peut dire que pour quelqu'un qui se bat avec les mots  ce texte est d'une beauté et d'une force ! J'ai adoré. Je comprends tellement ce que tu veux dire.  Bisous Maryse
    24
    catherine2
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:52
    je les découvre peu à peu les mots, et ils chantent pour moi
    25
    Vivi l
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:52
    J'aime beaucoup ce poète.MErci Gazou de ce clin d'oeil.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :