• Le tableau du samedi : Marie Spartali

        C'est"Artips"qui m'a fait connaître cette artiste

        L'article est écrit par Adeline  Pavie

     

    Angleterre, années 1860. La jeune Marie Spartali rencontre un grand succès : tout le monde loue son intelligence, son esprit et surtout... sa beauté.

    De nombreux peintres la supplient de devenir leur modèle. Mais si Marie Spartali accepte de poser pour eux, elle n’a pas l’intention d’en rester là !

    Car la jeune femme veut peindre, elle aussi. Malheureusement, dans sa riche famille, il n’est pas question qu’une dame mette les mains dans la peinture, c’est trop inconvenant.

    Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

    Dante Gabriel Rossetti, Marie Spartali Stillman, 1869, sanguine sur papier verdâtre, 62 × 47 cm, collection privée
    Voir en grand

     

    Peu importe : en échange de ses séances de pose chez les peintres, Marie Spartali prend des cours d’aquarelle.

    Ses maîtres sont les artistes anglais les plus célèbres de l’époque. Issus du mouvement préraphaélite, ils partagent avec elle une passion pour la littérature médiévale et le style de peinture de cette période.

    Rapidement, Marie Spartali peut exposer ses propres œuvres. Tant pis pour le qu’en-dira-t-on ! Elle parvient même à en faire son métier.

    Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

    Marie Spartali Stillman, L'Enfance de sainte Cécile, 1883, aquarelle et graphite rehaussés de gouache, 101 x 74 cm, collection privée
    Voir en grand

     

    Et ce n’est pas son époux, un journaliste américain mal payé, qui pourrait l’en empêcher : c’est elle qui rapporte le plus d’argent à la maison.

    En effet, ses tableaux plaisent aux collectionneurs. Pour les sujets, elle reprend des thèmes chers aux préraphaélites. Mais l’ancienne muse peut enfin prendre sa revanche !

    Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

    Marie Spartali Stillman, Le Messager de l'amour, 1885, aquarelle, tempera et peinture dorée sur papier marouflé sur bois, 81 × 66 cm, Delaware Art Museum, Wilmington
    Voir en grand

     

    Finies les femmes passives, absentes et aux yeux clos, comme elle l’était elle-même sur les tableaux. Spartali les met en scène en train de lire ou de jouer de la musique, bref : toujours actives.

    Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

    À gauche : Dante Gabriel Rossetti, Beata Beatrix, 1864-1870, huile sur toile, 86 x 66 cm, Tate Britain, Londres
    À droite : Marie Spartali Stillman, Béatrice, 1896, aquarelle et gouache sur papier, 57 × 43 cm, Delaware Art Museum, Wilmington
    Voir en grand

     

    Hélas, malgré sa carrière réussie, à la mort de Spartali en 1927 la presse salue surtout "sa beauté sans défaut".

    Elle laisse pourtant un sacré héritage : plusieurs centaines d’œuvres et... des filles et belles-filles qui, toutes, sont devenues des artistes accomplies !

    Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

    Marie Spartali Stillman, Le Jardin enchanté de Messer Ansaldo, 1889, aquarelle et gouache sur papier monté sur panneau de bois, 72 × 102 cm, collection privée
    Voir en grand

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 8 Juin à 09:08
    Edmée De Xhavée

    ah, la beauté... Parfois un triste privilège!

    2
    Samedi 8 Juin à 09:09

    Une très belle découverte Gazou. Merci, je ne connaissais pas du tout cette artiste peintre. Bises et bon weekend

    3
    Samedi 8 Juin à 10:58
    LADY MARIANNE

    je connais un peu , j'ai déjà publié quand je présentais les femmes artistes-
    quel talent- quelle douceur-
    un très beau partage- merci-
    bisous-

    4
    Samedi 8 Juin à 10:59

    Marie Spartali, je retiens ce nom. tu as l'art de nous faire découvrir des ...délicatesses. Beau week-end à tous les internautes. 

    5
    Samedi 8 Juin à 13:52
    yvette/

    Trop inconvenant de peindre! Quelle époque misogyne!

    Et quelle talent, elle a bien fait de persévérer! A bientôt Gazou

    6
    Samedi 8 Juin à 15:58

    comme quoi, même en ces temps là, si misogynes, la femme déterminée arrivait à ses fins !

    bel hommage que tu lui rends 

    amitié .

    7
    Samedi 8 Juin à 21:06
    erato:

    Je découvre , merci de ce beau partage. Une femme déterminée et artiste!

    Belle soirée Gazou

    8
    Dimanche 9 Juin à 15:16

    C'est super beau ! j'adore ! merci de nous faire partager tant de merveilles.

    Excellent week-end, Gazou !

    9
    Dimanche 9 Juin à 15:38
    Durgalola
    Dante Rossetti j'aime beaucoup. Sa Béatrice est intense même si les yeux clos
    Merci de nous présenter cette artiste, les femmes sont assez mal reconnues. Bises
    10
    Dimanche 9 Juin à 16:47

    Elle était bien dans la ligne des pré-raphaëlites, et elle travaillait très bien, vive les femmes !

    11
    Dimanche 9 Juin à 17:05

    Oh j'aime beaucoup !! Surtout "Le messager de l'amour"

    Bisous Gazou

    12
    lenez o vent
    Lundi 10 Juin à 16:53

    très beau, je découvre

    Merci, bisous

    13
    Jeudi 20 Juin à 11:40

    Merci pour ce bel article.

    Une artiste que j'aime.

    Bisous et douce journée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :