• Le tableau du samedi : Bram Van Velde

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
    Bram Van VeldeVan Velde

    Abraham Van Velde, dit Bram Van Velde est né le 19 octobre 1895 à Zoeterwoude aux Pays-Bas. Sa famille connaît une terrible misère qui marquera profondément l’enfance et la vie de Bram Van Velde, son père l'abandonne très jeune. Il est obligé de travailler comme apprenti peintre en bâtiment dès 1907.

     

    Aidé par son patron et mécène (Eduard H. Kramers), il se rend en Allemagne ou il découvre les peintres expressionnistes: ce court séjour sera déterminant pour Bram Van Velde. Il s'installe ensuite à Paris en 1924 où il découvre les œuvres de Matisse et Picasso, puis part vivre à Majorque de 1932 à 1936. Dans les années vingt, Bram Van Velde peint des paysages colorés puis des natures mortes. Pendant les années trente, ses toiles deviennent lentement plus abstraites.

     

    Bram Van Velde retourne en France en 1936 pour échapper à la guerre civile espagnole. En 1939, la seconde guerre mondiale éclate,Van Velde ne peut travailler, il arrête de peindre pendant 4 ans ("Je n'ai pas peint parce que je n'ai pas pu. Nous mangions juste de quoi survivre."), mais il se lie d'amitié avec Samuel Beckett qui sera l'un de ses grands défenseurs. Sa première exposition a lieu en 1946 à Paris.

     

     
     
    J'écoute une vidéo de Bram Van Velde.
    Il y a de longs silences...Et le suivre dans ses méandres intérieurs demande beaucoup d'attention...Mais ce qui m'attire en lui, c'est son regard...Tant de vie, tant de lumière, tant de force dans ce regard, dans ce visage émacié, dans ce corps affaibli par l'âge

     

     

    Il commence par par la peinture figurative et s'en détache peu à peu pour aller à la recherche d'une image intérieure

    et ses tableaux deviennent des assemblages de  formes aux configurations insolites

     

     

     

     "J'ai tout quitté, c'est la peinture qui l'a exigé, c'était tout ou rien" dit-il             

     

     

     

      Devant sa toile, il est comme devant un labyrinthe..et tant qu'il n'est pas assez vivant, il peine à s'y mettre car c'est comme entrer dans un labyrinthe ,dit-il...et ce qu'il va trouver c'est lui-même dans toute sa misère...Il veut descendre , dans ses profondeurs  à lui-même cachées...

    Il travaille dans un dénuement extrême, il a très peu d'outils dans son atelier. son atelier qui a longtemps été un garage....Le liquide, le fluide l'attirent car la vie elle-même est fluide, instable, insaisissable

    .

     

     "Quelque chose veut sortir de moi, quelque chose qui ne peut pas ne pas être"

     

    Je vous reparlerai de lui peut-être car je suis encore sous son emprise...Je relis le livre que Charles Juliet a écrit  après ses nombreuses rencontres avec lui...Lui aussi est frappé par son regard

     

    "Un homme intensément présent.Ses yeux brillent avec une acuité extraordinaire et pourtant ailleurs en proie à ce qui l'habite; De grands silences très denses qui font résonner les quelques mots qu'il prononce"

     

    "Je me sens incapable de traduire ce que je ressens face à lui, ce surcroît de vie qui afflue en moi sous l'action de ses propos.....Avec lui, toute conversation est impossible, l'échange s'effectue plus par les silences que par les mots"  (rencontres avec Bram Van Velde aux éditions Fata Morgana)


  • Commentaires

    1
    liedich
    Samedi 17 Août à 09:51

    Bonjour Gazou. je suis silencieux devant ses toiles. Douce journée à Toi. l.

     

    2
    Samedi 17 Août à 10:01
    LADY MARIANNE

    des toiles modernes--- abstraites--
    j'ai un peu de mal -
    merci pour ce partage - bisous-

    3
    Samedi 17 Août à 10:44

    Intéressant Gazou,j'aime beaucoup le 2ème tableau.

    Bises et bon weekend

    4
    Samedi 17 Août à 11:14

    qu'est-ce donc qu'un "artiste" ? un être ayant vécu et qui tente d'extirper l'essence de ce qu'il fut par son art ... son regard et ses silences, sont transposés  sur la toile ... 

    tout beau !

    amitié .

    5
    Samedi 17 Août à 11:24

    pourquoi ces peintres abstraits ont-ils besoin de tant de mots autour de leurs œuvres, un peu comme si les œuvres elles-mêmes ne suffisaient pas, qu'il faille des transmetteurs , des traducteurs de sentiments et de pensées ?

    6
    lenez o vent
    Samedi 17 Août à 16:05

    colorés et simples, j'aime

    Merci, bisous

    7
    Samedi 17 Août à 20:19
    Edmée De Xhavée

    Je dois dire que moi aussi je suis fascinée par son visage, cette intensité vive, cette envie, ce besoin de je ne sais quoi. Par contre je ne réagis pas à sa peinture. Mais je la respecte puisqu'elle voulait tellement être...

    8
    Samedi 17 Août à 20:57

    Charles Juliet, prix Goncourt de poésie. A voir à la médiathèque.

    Ce peintre ne m'est pas familier, mais il semble avoir tout donné pour vivre sa peinture. Bises et merci

    9
    Samedi 17 Août à 21:38
    erato:

    Je découvre ce peintre , une vie bien difficile!

    Bonne soirée Gazou

    10
    Dimanche 18 Août à 09:31

    Il a du Picasso même dans sa physionomie, ceci dit j'ai un peu de mal avec sa peinture, comme j'ai du mal avec les artistes qui ont fait la même chose toute leur vie. Je préfère ses œuvres un peu plus épurées. Bon dimanche

    11
    Dimanche 18 Août à 09:43

    J'avoue que ces tableaux ne me parlent pas... mais qui sait ? Peut-être n'était-ce pas le bon moment pour une rencontre avec lui.

    Bisous et douce journée. Merci pour la découverte.

    12
    eliane roi
    Dimanche 18 Août à 12:24

    Il parait que tous les grands artistes -musiciens, peintres, écrivains, sculpteurs...- ont composé des oeuvres majeures dans des moments de détresse.  Là, l'artiste fuit la guerre civile espagnole, le régime de Franco ; il exprime sa souffrance à travers la toile et les pinceaux tout comme l'avait fait Picasso dans son oeuvre magistrale Guernica, symbole de la guerre fasciste et de la ville du même nom, bombardée.

    Merci Gazou de nous rappeler les oeuvres, les artistes, et tous ceux qui expriment par des images, des mots, des mélodies, leurs peines et leurs joies.

    13
    Dimanche 18 Août à 18:35

    Oh ce n'est pas ma tasse de thé !!! 

    Je ne ressens aucune émotion...  Je ne vois rien de beau...  Pour moi, cela ne représente rien...

    Bref je n'aime pas du tout. Mais il en faut pour tous les goûts

    Bisous Gazou

    14
    Mardi 20 Août à 06:19

    C'est en lisant Charles Juliet que j'ai découvert ce peintre et j'aime beaucoup. Sa peinture me touche.

    Bonne journée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :