• Le fils (3 )

      Un dimanche, les grand-parents arrivèrent avec une nouvelle plante que, dirent-ils, ils voulaient apporter le jour même  au cimetière. Leur belle fille les y conduisit et emmena l'enfant...Jusqu'alors ces visites lui avaient été épargnées car elle y allait à la sortie de son travail...L'enfant refusa d'entrer et s'agrippa à la grille, il trépigna tant et tant que les vieux désemparés se rendirent seuls sur la tombe...Eux, la fête, ils ne savaient plus la reconnaître qu'en ce lieu puisque c'était le lieu des retrouvailles et ils ne comprenaient pas que le désir d'y venir n'ait pas été donné à l'enfant par sa mère...Ils se  sentirent incompris, abandonnés mais pas un instant ils ne doutèrent d'agir pour le mieux...Ils demandèrent pardon à leur fils de n'avoir pas su lui emmener le petit : ç'aurait été une telle joie pour eux d'être ensemble tous les quatre à fleurir sa tombe puisque l'univers désormais se réduisait à ce lieu et à eux quatre séparés de lui : désormais présence et absence absolue.
      Pendant ce temps, maman consolait son petit garçon lui caressant les cheveux et le couvrant de baisers très doux pour qu'il se calme et parce que, soudain, elle avait très peur de le perdre. Ce jour-là, elle comprit que, par amour pour le disparu, elle devait sauvegarder son enfant...Il était vigoureux, il avait bien résisté jusqu'à présent et souvent riait aux éclats....mais il devenait de plus en plus capricieux, embrassant avec fougue les deux pauvres vieux pour les rejeter un moment après...C'était surtout avec eux qu'il était contrariant et désagréable....

      Un jour pourtant, qui les décida? qui provoqua cette rupture dans leur vie sans vie d'alors ? Ils décidèrent d'aller à Lourdes.
    A peine arrivés dans leur chambre d'hôtel, ils installèrent au centre de la pièce la grande photo  qui le représentait avec eux et deux ou trois autres encore..ils se rendirent à la grotte. ..Ils partagèrent la douleur des malades..Eux aussi étaient infirmes puisque amputés de leur fils..Et de les voir tous si douloureux et pourtant l'espoir toujours naissant, leur propre douleur s'en trouva un peu moins lourde...Il s'y attardèrent  donc quelques jours..
      Pour la première fois, depuis la mort de son mari, elle se trouva seule avec son fils, tout le dimanche...que l'air était léger et bleu le ciel ! Ils rirent pour des riens, se promenèrent dans le bois voisin  (A suivre )

  • Commentaires

    1
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 02:30
    Je suis suspendue à tes lèvres, enfin... à ta plume je te signale... 
    Bon dimanche et bises à toi 
    2
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 08:17
    découvrant cet article et ce moment de vie si simplement relaté ,je suis allée lire les n° précédents ....
    la perte d'un enfant doit être terrible à vivre ...et la survie de ces parents n'a tenue qu'à ces pélerinages jusqu'à ce que quelque chose en eux  évolue .
    le bonheur de vivre de la maman et de son petit va pouvoir enfin éclater,ils vont pouvoir vivre leur avenir..en toute sérénité..
    belle vie à eux
    amitiés
    3
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 08:31
    C'est passionnant. merci.
    4
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 08:57

    S’émanciper du chagrin…

    5
    ABC
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 09:41
    L'enfant a soif du poids de la vie et redoute de porter le poids de la mort qu'il n'a pas à porter...
    6
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 10:01
    je te souhaite un bon dimanche !!
    7
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 10:53
    On fait parfois du mal en voulant trop bien faire...

    J'espère que tout va s'arranger pour eux.

    Merci pour ce texte, Gazou.
    Passe une belle journée.
    8
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 12:37
    Bon dimanche Gazou , oui , à demain !
    9
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 16:03
    çà ne m'étonne pas que cette maman respire avec son fils...ils ont bien du en profiter, et j'espère qu'ils vont en profiter longtemps, se donner le droit de Vivre. Aprsè tout à Lourdes il y a des miracles et les grands parents vont peut-être comprendre que leur petit fils à besoin d'eux mais vivant...facile à dire sûrement ...mais pourtant je crois que c'est ainsi qu'ils pourront aussi finir leur vie dans la paix. j'attend la suite  !!!
    10
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 16:25
    je viens de lire les ep 123 et et repasserer pour la suite 
    bonne fin de weekend 
    11
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 16:41
    Peut-être qu'à Lourdes un miracle va se produire, pour le bien de l'enfant.
    12
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 16:51
    Je ne m'attendais pas à un passage par Lourdes, mais c'était sans oublier le caractère religieux de ce peuple : c'est dans la logique, du moins dans une certaine logique.Ce regain d'optimisme, m'incitera à poursuivre la lecture de ton récit Gazou.
    En attendant, je te souhaite une belle fin de semaine. 
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    13
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 17:56
    Une belle promenade à travers ces billets qui nous invitent à des "détours de pensées" si "importants" pour vivre. Merci.
    14
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 19:57
    Je crois plus au destin qu'aux miracles !
    15
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 20:07
    J'aime de plus en plus l'histoire...
    16
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 20:26
    une histoire triste - et quelque part bien réelle . bises - j'attends la suite
    17
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 21:23
    Juste pour un p'tit bonsoir
    Jean
    18
    Dimanche 15 Novembre 2009 à 21:30
    si seulement leur voyage à Lourdes pouvait les guérir de ce passé !
    bonne soirée à toi
    arielle
    19
    Lundi 16 Novembre 2009 à 18:09
    Je ne sais pas ce que j'aurais fait ! l'habituer ou non ! mais je penseque je ne l'aurais pas emmené. Je lui aurais appris autre chose, que son père était plus dans son coeur etc...
    Je continue. Bisous.
    20
    Lundi 16 Novembre 2009 à 21:01
    Tu écris bien. Cette nouvelle est très émouvante. Elle est vraie. 
    bisous
    clem 
    21
    catherine2
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:52
    ah ! arriver à sortir de son enfermement ....comment les parents vont ils s'y prendre
    vivement  la suite, bon dimanche gazou
    22
    nicole 86
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:52
    Quelle  chance pour ce petit garçon d'avoir une maman qui sait encore rire, quelle force pour cette maman. Accueillir la vie et en prendre soin pour lui pemmettre de s'épanouir demande parfois de mettre entre parenthèses le chagrin. Certaine maman n'y est jamais parvenue.
    23
    agathe
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:52

    c'est beau ce que tu écris
    merci à toi
    je t'embrasse

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :