• Le chapeau

    Je retrouve ce texte que j'ai écrit il y a un peu plus de trente ans....

     

     

    D'abord elle me parut laide...trop long ce nez !  Sans intérêt cette tête ! A peine l'avais-je aperçue, déjà je détournais les yeux, à l'affût de personnes plus séduisantes...

    Et la soirée s'écoule oublieuse de ce visage à peine entrevu. Mais les premiers étant partis, la voilà qui se rapproche et se trouve, quel hasard, en face de moi ! Je ne peux plus l'ignorer, il faut bien que je la regarde, que je prête une oreille aux paroles qui d'elle me parviennent...Et, est-ce encore un hasard ? De quoi parle-telle ? Elle parle d'écriture, elle me donne son nom: "Cylène" !  Tiens, C comme Cyrano !   et si de son cousin elle a la disgrâce, dame ! Elle en a aussi l'esprit !

    Et me voilà bien marrie d'avoir d'elle mes yeux détournés. Moi, si prompte à juger les esprits qui, aux apparences seules, accordent quelque valeur, j'aurai désormais plus d'indulgence,  car, dans ce même travers, me voilà tombée et j'en suis toute déconcertée.

    Et cette belle dame, je la remercie dans un long  sourire silencieux pour ce, qu'en cet instant, sans qu'elle ne s'en doute elle vient de m'apprendre, et c'est pourquoi mon merci restera silencieux.

    Et pour que la leçon porte davantage ses fruits, la voilà, tout aussi inconsciente et sereine, qui s'apprête à partir et pose sur sa tête un quelconque chapeau, un peu haut cependant, et stupéfaction !...

    Cette dame, si mal jugée tout à l'heure quand elle était assise à table, c'est qu'elle a fière allure avec ce chapeau et ce demi sourire accroché à ses lèvres . quelle tête originale est-ce là et qu'il me plaît de la contempler ! Quel dommage, elle s'en va déjà, etje n'ai pas su la rencontrer.

    Car de Cyrano, son frère, en plus du nez, de la plume et du panache, je suis sûre qu'elle avait aussi l'esprit, et plus encore, le coeur et une finesse exquise.

    Ah ! Méprise funeste ! Allais-je  comme Roxane ne connaître la réalité que trop tard ! J'ai bien failli partager son aveuglement.

    Il a fallu le miracle d'un quelconque chapeau pour que la métamorphose s'accomplisse et qu'à mes yeux soudain lucides, Cendrillon se dévête de ses oripeaux, Hélène quitte ses laids sabots et qu'enfin je sache contempler l'être qui est devant moi.

    Le rideau des illusoires apparences déchiré, j'ai connu une réalité plus profonde et je m'en suis abreuvée.

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 6 Juin à 16:53
    Edmée De Xhavée

    C'est tout charmant, et tout naturel aussi. On n'agit pas mal en pensant que quelqu'un est moche, et en n'y faisant pas cas. Là où se tromperait, c'est si le destin s'entête, nous met la personne à portée d'oreilles et de coeur, et que si d'autres charmes se superposent à ceux qui semblaient douteux, on ne se laisse pas gagner. J'ai une amie vraiment laide, mais alors là... super laide. Je le vois maintenant que nous avons vieille toute les deux et sommes juste de lointaines connaissances. L'âge a frappé fort happy. Et je me souviens maintenant, qu'elle était laide déjà jeune. Mais moi, je voyais son "style", ses yeux (très jolis!), son look, sa façon d'être et ses cheveux. Un jour je l'ai fièrement invitée chez moi pour une "boum" et un garçon m'a reproché d'avoir invité un vieil indien Sioux. J'étais très choquée yes

    2
    Jeudi 6 Juin à 17:42

    c'est très relatif "la beauté", pourtant nous lui attribuons de l'importance ... ainsi lorsque nous sortons, nous mettons nous sur notre trente et un pour "séduire" ... on pourrait prendre ton beau récit à contre point, s'étonner devant une "star" à l'allure divine qui nous ferait fuir si elle ouvrait la bouche ...

    amitié .

    3
    Jeudi 6 Juin à 18:20

    Ce texte est très beau, Gazou ; celui ou celle qui l'a écrit manie la plume comme d'autres le pinceau. Lorsque j'étais enfant, mes copines étaient toujours parmi les moins belles ; mais c'était elles qui me faisaient le pluss rire, avec qui je partageais le plus de choses ; nous étions toutes issues du monde ouvrier et l'apparence, le maquillage, le superflu, n'étaient pas notre quotidien.  Les plus belles actrices ne sont pas les plus intelligentes, bien souvent. Les grandes dames comme Marie Curie ou George Sand étaient plus préoccupées par ce qu'elles avaient dans le crâne que par leur apparence. La beauté est relative et je sais que les hommes préfèrent les femmes sensées et drôles aux femmes belles mais superficielles et c'est valable pour les hommes aussi. Alain Delon n'a jamais fait frissonner mes ovaires, alors que Coluche ou De Funès m'ont apporté beaucoup.  Merci Gazou pour ce joli texte qui a le mérite de recentrer les choses et me fait penser à ces mannequins anorexiques qui meurent parfois pour enrichir les grandes maisons de couture et l'"apparat" de notre société à la con.

    4
    Marcel
    Jeudi 6 Juin à 19:31

    Belle leçon d'intelligence et d'humilité que tu nous donnes là.

    5
    Jeudi 6 Juin à 22:47
    erato:

    Très beau texte !

    Il y a 30 ans , tu étais jeune , donc un regard sur les autres plus partial et peut être intransigeant .

    Maintenant tu as acquis de la sagesse , et le jugement est basé sur un regard neutre et bienveillant .

    J'aime beaucoup la dernière phrase

    Belle soirée Gazou

    6
    Jeudi 6 Juin à 22:51

    J'aime beaucoup cet écrit.

    Ne pas se fier aux apparences.

    Elles sont souvent si trompeuses et à travers une personne que nous trouverions quelconque, nous pouvons découvrir un trésor.

    Bonne nuit Gazou, bisous Aimée

    7
    Vendredi 7 Juin à 16:25

    merci pour ton texte.

    Certaines personnes peuvent nous être indifférentes et en les connaissant, la beauté leur vient au coeur.

    Bises 

    8
    jeanne
    Samedi 8 Juin à 07:25

    nous avons  toutes connues des laides-belles

    il a fallut juste du temps pour nous apercevoir que l'on regardait mal

    pas assez bien

    trop rapidement...

    et le beau est tellement relatif

    merci

    9
    Samedi 8 Juin à 11:03

    Il nous faudrait parfois le don de double-vue ...

    10
    lenez o vent
    Lundi 10 Juin à 16:54

    c'est beau quand les préjugés s'estompent

    Merci, bisous

    11
    Samedi 29 Juin à 10:39

    Ne jamais se fier aux apparences... Cylène est une belle découverte. Merci d'avoir publié ce texte.

    J'aime énormément.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :