• Le cercle de Véronica Volkow

    " Je suis comme le cercle, me dit-il,

    je n'ai pas vraiment de lieu

    je ne me trouve nulle part

    mais je dessine des chemins.

     

    Comme si j'étais fait de temps

    quasi en mon absence

      je suis presque transparent

    je me dois toujours d'être en train de mourir.

     

    Je vis de ce qui chemine

      de tout ce qui est en mouvement

    de la connaissance des murs et  des portes.

     

    Comme la liberté

    je vis sans futur

    comme la liberté

    je vis sans peur

    peut-être parce que je me suis fait tout petit

    ou parce que mon visage a la couleur du vent

    mon visage est

    comme toute chose

    sans plus

    sans l'absence qui s'immisce dans les songes

    sans l'évasion et ses espaces de fumée.

     

    Il y a toujours quelque chose en train de naître

    et on peut vivre ainsi

    sans rien vraiment on peut naître n'importe où

    on peut vivre de l'instant."

     

                  Véronica Volkow (poète mexicain)


  • Commentaires

    1
    Samedi 2 Septembre à 08:57

    j'aime beaucoup ce texte, c'est ce que l'on ressent quand on marche seul sur une longue période, on est en osmose totale avec la nature et l'on besoin de rien d'autre

    bises et bonne journée

    2
    Samedi 2 Septembre à 10:40
    Quelle merveille ! Merci Gazou.
    3
    Mardi 5 Septembre à 08:01

    "Il y a toujours quelque chose en train de naître", on devrait toujours se souvenir de cette phrase.

    4
    Mercredi 6 Septembre à 11:40

    Merci pour le partage de ce très beau poème que je découvre grâce à toi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :