• La récidive en question

    La récidive en question

     

     

     

    L'autre soir, dans notre village, un documentaire très intéressant nous a été proposé.

    Patrick Viron, le réalisateur, était là avec la responsable du service insertion de la nouvelle prison de Valence.

    Le but de cette réalisation  est de permettre aux prisonniers de retrouver confiance en eux  et en leur capacité de vivre dignement, alors que leur séjour en prison leur fait souvent croire  qu'ils sont incapables de s'assumer.

    Au cours de trois années de tournage, avec le réalisateur, les détenus vont inviter le personnel des prisons, les magistrats à s'exprimer sur leur vision  de "la récidive"...Ils se montrent avec un autre visage, d'autres capacités....

    Pour mettre fin aux  récidives successives, le problème majeur reste l'accompagnement du détenu avant et après sa libération. Une image parlante a été celle où l'on voit un ancien détenu partir seul avec son sac vers un avenir incertain...Seul,  sans travail, sans logement,que peut-il faire?

    Après la projection du film, un débat a eu lieu qui a permis de comprendre un peu mieux les efforts faits par le personnel pénitentiaire pour éviter l'isolement de l'ancien détenu à sa sortie.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 4 Février 2016 à 10:06

    C'est vraiment intéressant, en effet.

    2
    liedich
    Jeudi 4 Février 2016 à 13:08

    Vaste problème. Entre responsabilité personnelle et éternel assistanat... Douce journée Gazou.

     

    3
    Jeudi 4 Février 2016 à 20:03

    le but après la prison est quand même de vivre de façon normale. Bien difficile actuellement.

    Je connais un prêtre, visiteur de prison, qui s'est pris d'amitié pour un jeune ; à sa sortie de prison, il était présent à ses côtés ; il est devenu un proche, et ils se voient régulièrement. 

    Une dame, instit en retraite,  donne des cours de couture et elles étaient 18 la semaine dernière à suivre ses cours. C'est un moment privilégié, et tout se passe comme dans tout club, dans une atmosphère détendue. Elle leur trouve des réalisations personnalisées.

    Dans mon entreprise, il recrutait des ex-prisonniers. Et au bout de plusieurs années, l'un d'entre eux y  travaille toujours et maintenant qu'il a payé sa dette à la société, il vit de façon normale, comme toi et moi.

     

    Merci pour ton article.

    Bises

     

     

     

    4
    Jeudi 4 Février 2016 à 22:04

    Le témoignage de Durgalola est très encourageant. Il faut briser les préjugés et les peurs, mais c'est un travail de longue haleine et surtout d'équipe. Un individu peut se racheter si d'autres croient en lui et lui donnent les moyens de sortir de cercles quasiment vicieux.

    5
    Vendredi 5 Février 2016 à 09:01

    Bonjour

    Dans mon entourage il y a pusieurs aumôniers... Dont un frère et son épouse, leur vision du  problème est très interessante... Car ils abordent les "prisonniers" d'une façon interessante...

    Amitéis

    Jean

    6
    Vendredi 5 Février 2016 à 11:00
    Daniel

    Ce devait être une soirée bien intéressante. La réinsertion devrait être l'affaire de tous. Tendre la main......

    7
    Vendredi 5 Février 2016 à 17:33

    Une belle initiative qui a beaucoup de mérite.

    8
    Florentin
    Vendredi 5 Février 2016 à 17:36

    Je connais aussi des travailleurs sociaux qui oeuvrent dans les prisons. Tous ont le même discours. l

    La majorité des gens qui vivent incarcérés ne sont ps des bandits et peuvent se récupérer. A nous, les extérieurs, d'effacer nos préjugés. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :