• La Maestra de Vénus Khoury-Ghata

    Au hasard, j'ai pris un livre à la médiathèque.

    Je connaissais un peu l'auteur pour avoir lu parfois un de ses poèmes.

    Ecrivain d'origine libanaise, elle vit en France depuis 1974 et elle a écrit une vingtaine de romans et autant de recueils de poèmes.

    Dès la première page, je suis séduite par l'étrangeté de la situation;

    C'est une histoire possible bien qu'improbable...Je ne doute pas un instant de la véracité des personnages.

    Une très jeune femme rencontre un homme bien plus âgé. Il est veuf, il veut l'épouser.  Elle accepte. Qu'elle soit là ou ailleurs, peu importe.

    Quelque temps après, elle apprend qu'elle a une leucémie et quelques mois à vivre seulement, on ne peut rien faire pour la guérir....Elle est toujours fatiguée et passe son temps sur la terrasse, allongée dans la chaise longue.

    Jusqu'au jour où un cheval fou se jette sur la barrrière du jardin et la défonce...

    Le choc est brutal...Elle se lève et décide aussi brutalement de partir ... sans savoir où...

    Elle prend le bus, descend au terminus après des heures de voyage...Un indien  descend en même temps qu'elle et l'emmène à son village :Sept huttes dressées contre le flanc de la montagne...Il lui prépare une natte dans le seul bâtiment en dur  qui est dans ce lieu...Au matin, quand elle se réveille, elle aperçoit au dehors des yeux d'enfant qui la guettent et elle comprend que l'indien l'a présentée comme "la maestra" et l'on attend d'elle qu'elle apprenne à lire aux enfants...Et elle accepte...

    Si la suite vous intéressse, lisez le livre....

    Moi, j'ai bien envie de lire les autres livres de cette grande dame.

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 2 Février 2016 à 10:41

    En effet, cela est tentant, le début me plaît, c'est plein de mystères...

    2
    Mardi 2 Février 2016 à 13:51

    En effet, c'est bien intriguant comme histoire... Merci pour cet aperçu, Gazou.

    3
    Mardi 2 Février 2016 à 18:17

    Ce résumé est un peu ébouriffant ! Rien n'est jamais parfaitement prévisible. Et une personne gravement malade peut venir en aide à d'autres qui ont de grands besoins. L'idée est très belle ...

    4
    Mercredi 3 Février 2016 à 09:02
    Daniel

    C'est vrai que cela paraît intéressant et intrigant.

    5
    Jeudi 4 Février 2016 à 20:35

    je la connais de nom sans plus - j'ai vu qu'elle avait eu le prix Guillevic de poésie .... je note 

    (au départ je songeais à Andrée Chedid ... Libanaise, écrivain et poète).

    Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :