• La lettre inutile

    Tu lis devant moi
    à haute voix
    la lettre baignée de tendresse
    que je t'ai écrite.
    je l'entends
    comme si elle m'était étrangère
    Tu la dis
    comme si elle s'adressaitt à un autre;
    Certes,tu approuves certains mots,
    tu en corriges d'autres
    mais aucun de ces mots ne te touche
    Chaque phrase
    passant par ta bouche
    est vidée de sa sève.

    Il n'y  a pas d'abonné
    au numéro que vous avez demandé.


  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Août 2008 à 10:34
    Le problème de la communication...Comme si l'on parlait une langue étrangère.Ce poème est terrible
    2
    Lundi 11 Août 2008 à 11:50
    Comment peut-on même imaginer que ce soit possible... Ce poème est terrible, Marlou a raison. Y a-t-il des gens qui aient aussi peu de coeur ? Si tu savais combien cela me désole, Gazou...
    3
    Lundi 11 Août 2008 à 15:56
    triste tout ça !!! bisous et je suis sûre qu'il y a des abonnés qui seraient très heureux de lire ta lettre bises
    4
    Lundi 11 Août 2008 à 16:37
    Il est triste ce poème, mais nous sommes plusieurs à venir te lire avec plaisir.
    5
    Lundi 11 Août 2008 à 23:24
    Voir se dresser un mur entre ceux qui se sont aimé, ressentir l'indifference de celui/celle qu'on aime et qui nous a aimé...de si cruelles épreuves qui font douter de l'amour et de la vie.
    6
    Lundi 11 Août 2008 à 23:40
    Cette lettre me semble bien ménacolique Gazou.. Bises à toi
    7
    Mardi 12 Août 2008 à 00:27
    il n'y a rien de plus dur que l'autre qui ne reagit pas... besos tilk http://l-epopee.over-blog.net
    8
    Mardi 12 Août 2008 à 00:42
    C'est terrible! Je pense qu'il faut encore beaucoup de temps (souffrance) avant que cette personne puisse entendre.
    9
    Vendredi 15 Août 2008 à 13:33
    lorsque s'en va l'amour, les mots ne trouvent plus leur sens. Que le vide en écho
    10
    Samedi 16 Août 2008 à 07:51
    elle fait mal ta lettre inutile...
    11
    zilberman
    Mardi 2 Juillet 2013 à 17:07
    Ah ! qu'il est difficile de mettre en vibration sa sensibilité pour aller vers l'autre. Je me demande, parfois, si Descartes n'avait pas raison à voir en nous une simple mécanique ? Gérard
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :