• L'immigration italienne

     

     

     

    Exposition "Ciao Italia" : ces immigrés italiens qui ont fait la France

    Par Hélène Prono @Culturebox

    Mis à jour le 31/03/2017 à 17H57, publié le 30/03/2017 à 16H59

    Ciao Italia ! © Musée de 
     

     

    Ils étaient des macaronis ou des ritals. Maçons, femmes de ménage, ouvriers agricoles, arrivés par milliers de leur Italie natale. Puis sont venus Yves Montand, Lino Ventura, Marcello Mastroianni, autant de figures qui font aujourd'hui partie intégrante de notre paysage culturel. "Ciao Italia !", une histoire de l'immigration italienne à découvrir au Musée de l'Histoire de l'immigration à Paris.

     L'histoire est pleine de contradictions et de rebondissements. Quand ils ont commencé à immigrer, fuyant le fascisme ou la misère, les italiens étaient en France « des étrangers ». Parfois des sâles étrangers, des « ritals » comme on disait de manière désobligeante, qui tentaient tant bien que mal de s’intégrer dans la société française. La xénophobie n’est hélas pas une invention moderne...

    Réfugiés italiens © Angelo Tommasi (1858-1923), Gli emigranti, 1896 Huile sur toile, 262 × 433 cm © Rome, Galleria Nazionale d’Arte

     

    L'Italie, un art de vivre

    Mais ces immigrés italiens, maçons, entrepreneurs, commerçants, artisans ont façonné la France que nous connaissons aujourd’hui. Et puis il y a eu La dolce Vita, les acteurs, les réalisateurs, les vespas, les pizzas sur une terrasse au soleil, et l’Italie nous est devenue infiniment belle et séduisante. C’est cette histoire que retrace l’exposition « Ciao Italia » en ce moment au Musée de l’histoire de l’immigration à Paris.

     

     

    "Ciao Italia!" et "Bienvenue la France!" 

    On ne le sait pas toujours mais l’immigration italienne est la plus importante que la France ait connue. Ils sont arrivés par vagues successives, au gré des événements politiques ou économiques, à tel point qu'on estime à près de 24 millions sur un siècle le nombre d’italiens qui ont quitté leur pays pour s’installer dans l’hexagone. Un chiffre énorme, et pourtant la culture italienne s’est parfaitement fondue dans la culture française... 
     

    cireurs napolitains

    L'exposition dure jusqu'au 10 septembre


  • Commentaires

    1
    Vendredi 30 Juin à 20:21

    Gazou, les immigrés Italiens n'ont pas fait la FRANCE. La FRANCE existe depuis longtemps. Son humus s'est enrichi. Je te souhaite un doux moment. liedich.

    2
    Vendredi 30 Juin à 20:23
    eMmA MessanA

    Venus de Sardaigne, de Sicile, de Calabre et de Malte, les miens ont eu ce courage et cette nécessité de partir et de s'integrer totalement en France...

    Je leur en sais gré car je ne serais pas ce que je suis sans la liberté qu'ils m'ont offerte.

    3
    Vendredi 30 Juin à 20:26
    Edmée De Xhavée

    Ils sont venus en Belgique aussi naturellement, et quel apport! A Liège on parle partout l'italien, les gens se sont mis  à l'apprendre pour le plaisir, ou parce que quelqu'un dans leur famille avait désormais des italiens. C'est une joie, cette Italie chez nous!

    4
    Vendredi 30 Juin à 22:43

    Plus les cultures se mêlent, plus les arts sont riches, et beaux, à commencer par l'art de vivre!

     

    5
    Samedi 1er Juillet à 06:47

    ils sont venus de leur pays chaud, en Belgique pour descendre au coeur de la terre extraire le charbon qui nous tiendrait chaud au coeur de l'hiver ... ils ont remplacé nos pères et grands-pères qui n(en pouvaient plus  ... au-début ..; ils n'ont pas toujours été bien accueillis ... l'étranger fait peur ... à tort !

    amitié

    6
    Dimanche 2 Juillet à 10:56
    Daniel

    Une mixité toujours bienvenue !

    7
    Lundi 3 Juillet à 14:02

    Je ne savais pas que c'étaient les plus nombreux...

    Ils se sont intégrés, comme les Polonais, les Russes, les Espagnols, les Portugais, et sans doute bien d'autres.

    Notre pays est un mélange... et c'est une bonne chose.

    Enfin... je crois.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :