• L'allégresse de Pierre Barouh

     

     La joie dont nous parle Barouh n'est pas une joie que  l'on a décidé d'accueillir...Au contraire, elle nous étonne et nous tombe dessus et l'on se demande même si l'on y a droit car l'on se veut lucides, on ne s'enferme pas dans notre tour d'ivoire, on écoute les informations et l'on voit bien que les catastrophes, les violences incompréhensibles se multiplient et bien sûr, si l'on ne voit que cela, il n'y a pas de quoi se réjouir...Nous ne pouvons pas changer la réalité mais nous pouvons changer notre regard et nous émerveiller de toutes beautés que nous rencontrons : beauté de la nature, beauté d'un coucher de soleil, beauté intérieure de tous ces êtres qui savent donner sans rien attendre, simplement parce que cela  les rend joyeux et heureux de vivre.

    Si nous ne savons pas voir cela, à quoi bon continuer de vivre ?

    Sommes nous seulement encore vivants?

    Alors nous n'avons pas vraiment le choix si nous voulons rester vivants et vibrants, il nous faut choisir d'être joyeux, tenter du moins..et parfois nous pourrons accueillir cette allégresse qui nous vient à l'improviste et qui, un moment, nous comble...

     

     

     

     Paroles de la chanson L'allégresse  de Pierre Barouh

     
    Alors que toutes détresses
    Me touchent et me blessent
    Un vent d’allégresse
    Parfois m’entoure
    Elle a le goût de ses liesses
    D’anciennes kermesses
    Lointaines tendresses
    Parfums de cour
    Elle vient sans prévenir
    Elle fleurit sans choisir
    Le terrain ni l’instant
    Souvent c’est déroutant
    Ce bonheur insensé
    Dans ce monde cassé
    Cette envie de danser
    Un souffle et c’est passé…. Effacé
     
     
    Alors que toutes détresses
    Me touchent et m’oppressent
    Un vent d’allégresse
    Parfois m’entoure
    Insoutenable et légère
    Etrange étrangère
    Diva passagère
    Du point du jour
    Elle vient d’un infini
    Impalpable alchimie
    D’une enfance au-delà
    Elle me touche du doigt
    La spirale du temps
    M’offre tous ses printemps
    Et me laisse attendant
    Qu’elle réapparaisse l’allégresse………
    L’Allégresse………….



     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 6 Octobre 2015 à 15:49

    "Et la tendresse, bordel !" Je suis totalement de ton avis. Nous vivions dans un monde de plus en plus difficile, un monde qui nous fait parfois douter de l'humanité de l'homme. Alors, si nous ne nous donnons pas ces temps de petits bonheurs que tu décris, nous serons aussi  de la déprime ambiante.  

    2
    Mardi 6 Octobre 2015 à 15:52

    Nous vivons dans un monde en folies en tout genre... Il faut vraiment se secouer et s'armer de courage pour avancer et trouver dans le vie des "courants d'allégresse", en cherchant bien on en trouve pourtant!

    3
    Mardi 6 Octobre 2015 à 19:10

    Oui ces instants)là nous font revivre. 

    4
    Mardi 6 Octobre 2015 à 21:14

    oui, oui c'est ça - être lucide ... et savoir s'émerveiller. Bises

    5
    Mardi 6 Octobre 2015 à 21:16

    Bonsoir Gazou. Ces moments d'allégresse sont importants, et c'est mieux lorsque l'on sait voir la beauté qui nous entoure...

    6
    Mercredi 7 Octobre 2015 à 09:21

    Se laisser pénétrer par la beauté et la douceur des choses et oublier la fureur du monde, cela peut paraître égoïste mais comment changer ce contre quoi nous ne pouvons rien

    Hier soir nous sommes allés voir un conteur Alain Le Goff qui démarre son spectacle "Baleines baleines " par le début d'un poème de Paul Fort et le termine par la fin

    Du temps qu’on allait encore aux baleines
    Si loin qu’ça f’sait, mat’lot, pleurer nos belles
    Y avait sur chaqu’route un Jésus en croix
    Y avait des marquis couverts de dentelles
    Y avait la Sainte Vierge
    Et y avait le Roi !

    Du temps qu’on allait encore aux baleines
    Si loin qu’ça f’sait mat’lot pleurer nos belles
    Y avait des marins qui avaient la foi
    Et des grands seigneurs qui crachaient sur elle
    Y avait la Sainte Vierge
    Et y avait le Roi

    Et bien, à présent, tout le monde est content
    C’est pas pour dire mat’lot, mais on est content !
    Y a plus d’grands seigneurs ni d’Jésus qui tiennent
    Y a la république et y a l’président
    Mais y a plus de baleines !

    La morale c'est que sans doute à trop vouloir courir le monde, à trop vouloir posséder, conquérir, éblouir, nous détruisons tout ce que nous voulons posséder pour éblouir et que nous passons à côté de l'essentiel

    bonne journée

    7
    Mercredi 7 Octobre 2015 à 09:28

    Bonjour,

    Merci pour ce joli poème.

    Dans ce monde de brutes, cela fait du bien.

    Gros bisous pleins d'allégresse ;-)

    8
    Mercredi 7 Octobre 2015 à 16:07

    C'est beaucoup plus réconfortant de s"attarder sur les belles choses de la vie.

    9
    Jeudi 8 Octobre 2015 à 15:41

    mieux vaut être dans l'allégresse, la joie que dans la peine

    10
    lenez o vent
    Dimanche 11 Octobre 2015 à 17:19

    prendre les "petits bonheurs " et rester lucide

    bises Gazou

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :