• Jules de Didier Van Cauwelaert

     

     

    " Demandez à un arbre pourquoi lui poussent des feuilles ou à un homme pourquoi il respire. J'écris. Tout le temps. Depuis toujours. Je suis tout le temps en train d'agiter des phrases dans ma tête, d'écouter ce que les gens disent. L'écriture est une mise en mouvement perpétuel des choses que je vois et que je ressens. Il n'y a aucune épreuve de ma vie dont je voudrais faire l'économie car j'ai cet immense privilège qu'ont les écrivains de ne pas seulement subir, mais de transformer. J'adore cette phrase de Montherlant qui disait : j'aimerais qu'il y ait un Dieu pour le remercier de m'avoir donné, en tant qu'homme, suffisamment de bonheur pour tenter de le transmettre, et, en tant qu'écrivain, pour pouvoir bien parler de la souffrance dans mes romans... Je suis un romancier de la reconstruction et de l'air du temps - même si ce dernier est difficilement respirable"

    Voilà ce que répond l'auteur quand on lui demande pourquoi il écrit

    Je viens de terminer ce livre  et j'en ai eu beaucoup de plaisir.

    "Une femme qui se cherche.

    Un homme qui se perd.

    Un chien qui les trouve.

    Un livre qui rend heureux"

    Voilà ce qu'on lit sur la couverture du livre et qui le résume parfaitement.

    Je ne vais pas vous raconter l'histoire...Je vous enlèverai le plaisir de découvrir les surprises qu'il nous réserve tout au long de la lecture...Ce serait vraiment dommage !

    Je préfère vous en livrer quelques extraits

    "J'ai compris que le destin m'avait seulement apporté ce que j'avais demandé. Retrouver un sens à ma vie. Inverser la spirale de l'échec, reprendre confiance dans mon savoir et mes idées. Rompre avec le confort amer des illusions perdues."

    "Etait-ce un hasard si la personne qui avait à ma disposition ce bureau extraordinaire était comme moi un solitaire en quête d'impossible,un obstiné qui livrait à la marée son chef d'oeuvre quotidien."

    " tout a un sens pourvu qu'on ait un but. Le hasard sourit aux gens préparés, comme dit le proverbe arabe..."

    " La  réalité  n'est que l'émanation de notre conscience. C'est nous qui écrivons notre destin avec nos pensées, nos désirs, nos peurs , nos blocages envoyés dans l'univers ,mais il est toujours possible de les corriger. Les prémonitions ne servent qu'à ça."

     

    quand même je vous donne un petit résumé trouvé sur Internet qui me semble dire l'essentiel et vous laisser les surprises nécessaires à votre plaisir...Jules, c'est  le nom du chien et c'est lui le personnage principal

    Zibal est un petit génie. Ses inventions auraient d’ailleurs pu lui rapporter des millions mais tout le monde n est pas doué pour le bonheur et Zibal, malgré ses diplômes, se retrouve à 42 ans vendeur de macarons à l’aéroport d Orly. Un jour, devant son stand, apparaît Alice, une jeune et belle aveugle qui s’apprête avec son labrador Jules à prendre l’avion pour Nice où elle doit subir une opération pour recouvrer la vue. L’intervention est un succès mais, pour Jules, affecté à un autre aveugle, c’est une catastrophe. Jules fugue, retrouve Zibal et, en moins de vingt-quatre heures, devient son pire cauchemar : il lui fait perdre son emploi, son logement, ses repères. Compagnons de misère, ils n’ont plus qu une seule obsession : retrouver Alice. Un roman plein de tendresse, mené par un trio digne des plus ébouriffantes comédies hollywoodiennes.

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 14 Juin à 17:36

    cet écrivain a aussi des dictionnaires de l'impossible ; mon mari est fan.

    Quelqu'un de bon et ce livre doit faire du bien. Nous avons besoin d'auteurs qui aime le joie. 

    Bises 

    2
    Mercredi 14 Juin à 17:53

    En effet ce Didier Van Cauwelaert est un auteur attachant ; il écrit comme chantent les oiseaux, parce qu'il est né pour cela et c'est cela qui est merveilleux. Si nous pouvions tous agir exactement comme chantent les oiseaux, ce serait le paradis.

    3
    Mercredi 14 Juin à 17:55

    un livre qui doit faire du bien et qui doit changer de toutes ces histoires atroces où nos auteurs vont de plus en plus puiser leur inspiration

    Je viens de terminer fendre l'armure d'Anna Gavalda, un livre de nouvelles très inégales mais qui m'a beaucoup plu

    bises

    4
    Mercredi 14 Juin à 18:09

    Le résumé que tu nous offre a l'air très alléchant, ce sera un prochain achat! Merci

    5
    Mercredi 14 Juin à 18:19
    eMmA MessanA

    Merci, merci Gazou. Je vais lire ce livre, outre que j'apprécie énormément cet auteur, tu m'as donné l'envie de lire cette histoire.

    De cet auteur, mon livre préféré reste "Cheyenne".

    Belle soirée,

    eMmA

    6
    Mercredi 14 Juin à 20:16

    tu es la deuxième personne à me recommander la lecture de ce livre, la première étant mon fils Gorian un "lettré" !

    je n'ai plus le choix ... durant les vacances, c'est promis 

    amitié .

    7
    Mercredi 14 Juin à 20:42

    Un auteur que j'aime beaucoup, une imagination pertinente, une écriture agréable, pas trop alambiquée. De plus, l'homme est sympa lorsqu'il est interviewé. 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    Jeudi 15 Juin à 09:45

    C'est aussi un auteur que j'aime bien. :)

    Merci pour ces extraits, Gazou.

    Passe une douce journée.

    9
    Jeudi 15 Juin à 15:30
    Daniel

    Je comprends que tu ai pu aimer ce livre. L'auteur écrit remarquablement bien et raconte toujours des histoires originales, voir ésotériques.

    10
    lenez o vent
    Jeudi 15 Juin à 17:03

    un livre qui semble rempli de gourmandises comme l'est la couverture

    Merci pour cet agréable partage

    Bises

    11
    Dimanche 18 Juin à 21:31

    Je l'ai reçu en cadeau, mais je ne l'ai pas encore lu. Je me méfie un peu de Van Cauw ! 

    Bonne semaine. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :