• Nulle monotonie sur le chemin

     

    Tantôt je suis affligée et ravie

     

    Sur un petit nuage,  éblouie

     

    Tantôt je plonge dans un gouffre

     

    Je pleure, je sombre, je souffre

     

    Et puis, quand je dis oui à ce qui est

     

    Mystérieusement arrive

     

    Un filet argentin ou une corde ou une branche

     

    Je m'y accroche, m'y balance et me lance

     

    Sur la terre ferme

     

    Où un bel oiseau couleur d'argent

     

    Me transporte dans un ciel flamboyant

     

    Où je navigue en toute liberté.

     



    20 commentaires
  • Le mois dernier, c'était la fête aux fruits d'hiver, je vous  en avais parlé...Ce mois-ci, c'est la première édition de la fête des artisans. Ils sont de plus en plus nombreux dans ce petit village

     

     

    fete-des-artisans.jpg

     

     

     

    Nous avions donc six lieux à visiter.

    Six visites très agréables.

    Il n'y avait que des belles choses, des beaux objets à admirer...

    On ne sentait aucune pression, aucune sollicitation à acheter.

    On pouvait  vous offrir une tasse de thé, un chocolat ou un vin chaud même si nous n'avions fait que nous réjouir à la vue de ces beaux objets exposés...

    En bois, en verre, en céramique ou en terre, ou en feutre, en laine ou en pierre...

    J'ai bien regretté d'avoir oublié mon appareil  photo...

     

    Nous passons un long moment chez la chapelière

    où nous avons tout le loisir  d'essayer des chapeaux de toutes sortes.

    Il y en  a un qui me plaisait beaucoup....

    J'avais l'impression d'avoir changé de tête et, ma foi, c'était plutôt  à mon avantage...

    Mais je ne l'ai pas acheté...j'ai craint qu'il ne termine ces jours dans le placard...

    Mais sait-on jamais,  je me déciderai peut-être un jour...

    Ils le savent bien, les artisans, que, si nous avons passé un moment agréable chez eux, nous aurons envie d'y revenir...


    8 commentaires
  • Il y a quelques jours

    ou plutôt quelques nuits

    un rêve est venu me visiter

    et pour une fois

    car d'ordinaire je les oublie

     ce rêve s'est inscrit dans ma mémoire

    et depuis il ne me quitte plus.

     

    J'arrive dans un lieu d'accueil

    Il y a tout pour se restaurer

    pour se reposer

    et passer un temps agréable...

    Mais je ne peux pas en profiter

    Je veux d'abord trouver le lieu où l'on vend les billets

    car je sais que je dois partir le lendemain matin

    de bonne heure

     

    Bizzarement les autres ne semblent pas s'en inquièter

    Je suis la seule à chercher ce lieu

    à vouloir un billet

    et je me sens très seule...

     

    Je voudrais bien cependant profiter de ce qui m'est offert

    mais tant que je n'ai pas ce billet

    je n'y parviens pas

    et je demeure inquiète et désolée


    12 commentaires
  • Je ne suis pas optimiste.

     

    Je n'aime pas me bercer d'illusions.

     

    Je n'aime pas fermer les yeux sur tout ce qui me dérange ou m'attriste.

     

    Au contraire, ce qui me fait peur, je veux le regarder en face pour pouvoir l'apprivoiser.

     

     

    Mais j'ai opté pour l'espérance, j'ai décidé de choisir ce qui favorise la vie.

     

    Si un lieu m'est néfaste, je m'en éloigne.

     

    Si une relation me détruit, je prends de la distance, sans haine et sans rancune.

     

    Ce n'est pas toujours simple.

     

    Ce n'est pas, non plus, aussi difficile qu'on se l'imagine.

     

     

     

    Je chéris l'espérance.

     

    Sans elle, comment demeurer vivant?

     

    Comment surmonter le désespoir qui constamment nous guette?


    16 commentaires
  • IL y a quelques jours, je me réveille le corps douloureux des pieds à la tête.

    D'habitude, quand cela m'arrive, c'est le soir et je sais que la nuit va calmer  tout ça et que cela ira mieux le lendemain matin...Aussi ressentir cet état, dès le matin, me démoralise complètement...Heureusement, impossible de rester à rien faire ce jour là, je dois préparer le repas et le porter à mes petits enfants,leur maman ne pouvant rentrer ce midi....Aussi je ne me pose pas de questions et fais ce que j'ai à faire.

      Après le repas, j'avais prévu d'aller voir une amie qui habite dans la même ville  et que je n'ai pas vu depuis un certain temps...J'hésite quand même, ce n'est toujours pas la grande forme, je ferais peut-être mieux de rentrerimmédiatement à la maison et d'aller me reposer....

      MAis, quand même, j'ai très envie de la voir ....Je ne m'attarderai pas, me dis-je...et je vais la voir...Il fait beau et nous dégustons un café dans le jardin et nous bavardons tant et tant que j'en oublie l'heure, que j'en oublie les douleurs et je la quitte pleine de courage et de joie de vivre.

     

      Ce matin, je me lève sans problème , je dois conduire à la gare une amie qui est de passage....J'ai prévu plusieurs  choses pour la journée....Mais je rentre chez moi et je tremble de froid toute la matinée malgré la superposition de gilets dont je me couvre...Le thermomètre confirme mes craintes...Doliprane, petite sieste sans succès, le téléphone sonne...Une amie m'invite pour une petite balade...Le soleil s'est enfin décidé à apparaître, il vente un peu trop, certes, mais quel dommage de ne pas profiter du soleil ! Et puis cette amie, j'ai très envie de la voir !

    Bon, il serait sans doute plus raisonnable d'aller voir le docteur qui, je le connais, me donnerait aussitôt antibiotiques et cortisone...Mais moi, j'en ai assez d'avaler  ce genre de remèdes et je ne veux pas m'installer dans la maladie....

    j'ai autre chose à faire....Ce soir, je dois aller écouter Richard Bohringer...

    Je décide donc d'aller voir mon amie: une courte balade et presque sans parler, sinon je suis à bout de souffle très vite...Mais après la balade,je suis enfin réchauffée et nous nous rattrapons devant une tisane, nous avons tant à nous dire

      Et je rentre chez moi presque en pleine forme et le moral retrouvé.

    Reste la toux qui ne veut pas me quitter mais je finirai bien par lui faire lâcher prise.

     

    Ce n'est pas toujours facile  de savoir quand il faut écouter ses limites et se reposer

    et quand il faut, au contraire, se bousculer un peu et ne pas tenir compte de cette fatigue lancinante qui s'installe et prend toute la place si on la laisse faire.

     


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique