• Je suis seule  dans ma maison,

    enveloppée de silence.

    Libre de mon temps.

    Libre de choisir  de qui je veux être à l'écoute.

    Je prépare la soupe pour ce soir;

    Je prépare le pain.

    Et j'écoute "Etonnez-moi Benoît" à la radio.

    Et, aujourd'hui, c'est le dessinateur Sempé

    qui est l'invité

    et qui partage avec nous

    ses goûts en musique et qui évoque

    les grands et petits bonheurs de sa vie,

    comme sa rencontre avec Count Basie

    à qui  il a dédicacé un de ses livres.

    Hier, sur le journal, je lisais qu'il avait eu une enfance malheureuse

    à cause des disputes incessantes entre sa mère et son beau-père

    et des dettes qui s'accumulaient et les obligeaient à fuir

    pour échapper aux créanciers.

    Mais nulle trace dans ses dires de ce passé difficile.

    Il préfère égrener les  petites joies qui viennent à lui

    et nous faire part de ses émerveillements.

    C'est une grande paix qui m'envahit.

    Les paroles de Sempé se déposent dans le silence de la maison.

     

    Précieux  sont ces moments de solitude habitée...

    Ce soir, quand il rentrera, peut-être pourrons-nous les partager.

     

     

     


    21 commentaires
  • img049-copie-1.jpg

     

    Je ne sais pas comment il s'appelle.

    Martin qui a 4 ans et demi a bien écrit son nom en jaune...mais on ne le voit pas en entier 

    et je crois bien qu'il est imprononçable, ce nom...Qu'importe ! 

    Il est quand même magnifique , ce petit homme , avec ses super longues oreilles...

    Difficile de lui cacher quelque chose à celui-là...

    Il est prêt à capter tout ce qui résonne autour de lui..et même plus loin, je crois


    21 commentaires
  • J e devrais me réjouir devant cette journée qui s'offre à moi, devant ces quelques heures de totale liberté.

    Je suis seule sans aucune obligation, sans aucune contrainte, aucun rendez-vous.

    Je peux librement décider de mon temps...

    C'est finalement assez rare et, d'ordinaire, je chéris ces moments-là à leur juste prix...

    Que se passe-t-il aujourd'hui ?

    Pourquoi n'ai-je pas le désir d'en jouir de ce temps si précieux et de l'occuper à ma guise?

    Je ne sais de quoi il est fait mais un lourd fardeau pèse sur moi...une fatigue...un désarroi...

    Je me semble égarée dans un monde étranger...

     

    Eh bien pourquoi ne pas jouir de cette errance puisque tel est mon lot  aujourd'hui?

    La vie est éphémère, quel dommage ce serait de la gaspillier en vains atermoiements?

     

    Peut-être me faut-il simplement prendre un temps de respiration intérieure : écriture, méditation, prière, peinture ou que sais-je encore pourvu que ce temps me permette de retrouver un peu de sérénité et joie de vivre...

    Il est des jours où le simple fait de composer un bouquet avec quelques fleurs du jardin  suffit  pour que le bonheur de vivre m'habite?

    Le soleil daigne enfin se montrer...je vais me promener, ouvrir les yeux devant les belles couleurs de l'automne.

     

                                                                                             écrit le 21 octobre à 14 heures

     

    2011octobre-002.jpg

     

     


    20 commentaires
  • Une bribe de rêve est restée dans ma mémoire

    Je le note car cela arrive rarement

    Je ne cesse d'y penser, de tenter d'en trouver le sens

    Je me promène et découvre un trou, un semblant d'escaliers qui conduit à une galerie

    Et moi qui pourtant ne suis pas aventureuse, je m'y introduis mais, inquiète, au bout de quelques mètres, je veux faire marche arrière et je m'aperçois que l'ouverture s'est réduite ou, du moins, qu'elle est beaucoup plus difficile d'accès dans ce sens...

    Je n'ai donc pas le choix, il faut aller de l'avant...

    J'ai un moment d'angoisse puis je descends tranquillement et, bizarrement, je m'aperçois que, un peu plus bas, il ya plus de lumière et le passage est plus large..

    Certainement, me dis-je, je trouverai de l'autre côté, une sortie plus aisée...

    J'avance donc en toute confiance .


    22 commentaires
  • J'ouvre mon cahier journal,

    le mot "fragilité" s'inscrit presque tout seul sur la page en premier et je m'en étonne;

    D'où vient-il celui-là ? Je ne l'ai pas appelé et ce n'est pas avec cette idé là que j'ai ouvert mon cahier...

     

    Oui mais auparavant, j'ai lu Loïc, j'ai lu Kasimir (voir les liens à droite) et ce sont leurs  réflexions qui m'ont orienté...

    et je note ce qui vient à moi en veillant à ne pas interrompre ce tout petit filet d'eau vive....

    (ce que j'avais prévu, eh bien,  ce sera pour une autre fois peut-être)

     

    Fragiles ?

    C'est notre fragilité qui fait notre force...

    Alors sachons la reconnaître et en faire une source  de Vie !

    Quelle vie aurions nous si nous étions comme le roc, presque inaltérables?

    Je veux bien croire que la pierre ressent plus qu'on ne croit les tressaillements de la vie.

    Je sais, je le sais bien, qu'elle est usée par le temps, par le vent, par la pluie et toutes sortes d'intempéries.

    Mais tout de même, est-ce une vie

                                         est-ce être vivant

    que d'avoir besoin de tant de temps, de tant de force pour être entamée?

     

    C'est parce que la moindre rencontre, le plus léger affleurement, si tant est que je les accueille, c'est parce qu'ils peuvent me transformer, qu'ils peuvent faire jaillir ce qu'il y a au plus profond de moi, c'est cela même qui fait de moi  quelqu'un qui participe à la Vie.

     

    Accuillons donc notre fragilité et sachons nous en réjouir et nous éblouir de la beauté que, parfois, elle laisse transparaître

     

     


    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique