• Habemus-papam.jpg

     

     

    C'est une comédie loufoque, fantasque, inattendue

    C'est un film  de Nanni Moretti où il joue lui-même, très drôlement, le rôle du psychanalyste de service.

    Mais la vedette, bien sûr, c'est Michel Piccoli qui interprète Le Pape.

    La religion, ici, n'est qu'un paravent, cela pourrait se passer ailleurs.On est dans un monde piégé où les individus  ne peuvent être eux-mêmes...On voit un homme aux prises avec l'angoisse, ses charges sont trop lourdes, il a envie de disparaître..Cela pourrait arriver à n'importe qui même si les situations sont différentes...

    J'ai ri parfois..., il y a quelques longueurs..mais j'ai surtout été gênée par l'invraisemblance des situations

    Mais c'est bien joué, c'est un plaisir de voir ces acteurs,

    Ce n'est pas l'évènement que l'on nous annonçait, ce n'est que mon point de vue.Et je vais peu au cinéma...

    Si vous l'avez vu, j'aimerais savoir comment vous l'avez reçu et si vraiment vous le considérez comme un film à ne pas manquer.


    10 commentaires
  • Bien qu'on en ait beaucoup parlé un peu partout, je ne peux passer ce film sous silence.

    Comment un tel film parlant simplement de la vie quotidienne de sept moines qui s'acharnent à rester dans un pays  où leur vie est menacée, comment un tel sujet peut-il avoir autant de succcès?

    Ce n'est pas drôle , ce n'est pas à la mode... quel attrait peut-il exercer?

     

    Mais ce film touche à des questions essentielles : qu'est-ce qu'être humain ?

                                                                  Comment vivre ensemble avec des traditions religieuses différentes

                                                                  Les religions sont-elles là pour nous séparer ou pour nous unir ?

                                                                  Pourquoi sont-ils restés alors qu'ils risquaient leur vie?

    Ce film nous donne un témoignage de résistance, d'engagement auprès d'autrui, de solidarité...Il cherche à appréhender les motivations profondes de ces hommes.

    Ce ne sont pas des héros...Face à la montée de la violence, ils se demandent s'ils doivent rester ou non, ils doutent, ils ont peur..et finalement chacun choisit de rester  car il se sent lié au sort de cette population démunie

     

    Le film s'est fait dans une sorte d'évidence, d'harmonie..Nous avons tous voulu donné le meilleur de nous-même, dit Xavier Beauvois le réalisateur. Il se dit heureux d'avoir pu faire passer ce message de fraternité;

     Il prend le temps de s'arrêter sur le visage de chaque frère dont il souligne  à la fois la joie et la gravité..Nous pouvons saisir un peu de l'intérieur  ce qu'est la vie de ces moines, comprendre un peu leurs motivations.

     

    C'est un film qui parle à tous ceux qui croient en l'homme, un film qui donne des raisons d'espérer.


    31 commentaires
  • 19101598-1-.jpg

     

    Je vais peu au cinéma mais comme j'ai vu que les deux réalisateurs de ce film étaient l'un arabe et l'autre juif, j'ai pensé que ça valait le déplacement

    Yaron Shani et Scandar Copti ont d'abord passé du temps à construire une amitié solide et durable, à se raconter des histoires qui pouvaient être incorporées dans le scénario...La plupart sont adaptées d'histoires vraies glanées là-bas...Les acteurs viennent de ce quartier, ce ne sont pas des professionels.

    Ajami est un quartier de Jaffa où cohabitent juifs, musulmans et chrétiens....Le film est étouffant , d'une violence extrême et nous permet de saisir un peu la réalité de ces communautés fermées, entremêlées et constamment prêtes à attaquer, constamment sur le qui vive

     19244426[1] Le scénario est très élaboré, avec des chapîtres qui s'emboîtent, av ec des retours en arrière...Ainsi on peut assister au même évènement à plusieurs reprises  mais avec des points de vue différents...ainsi on voit  à quel point la réalité est complexe19244429[1]

    Aussi, bien que je sois sortie trés secouée par ce film, je ne regrette pas  d'y être allée puisqu'il me permet de comprendre un peu mieux ce que peuvent vivre et ressentir les personnes vivant dans un pays en guerre...Il n'est plus possible de porter un jugement...Comment réagirions-nous si nous vivions dans des conditions aussi déséquilibrantes ?


    13 commentaires
  •   Je ne vais pas souvent au cinéma,mais je ne voulais surtout pas manquer le film que Sandrine  Bonnaire a fait pour  sa soeur autiste...Il correspond exactement à ce que j'en ai entendu dire..Donc,pas d'effet de surprise ! Mais quand même,ça fait un choc quand on constate combien elle était belle,vive, joyeuse avant son séjour à l'hôpital psychiatrique...Elle y est restée cinq ans et elle en est sortie grâce à la volonté opiniâtre de sa soeur qui a beaucoup contribué à la création du centre où elle vit désormais...Une des personnes qui s'occupe d'elle dit que SAbine a progressé depuis qu'elle est là...Peu à peu,elle reprend confiance,elle est moins repliée,elle se redresse,elle sourit parfois,elle est moins agressive...Je suis persuadée que c'est vrai...Le respect,la patience ,l'amour dont font preuve les éducateurs portent des fruits évidemment...Néanmoins,ce qui me frappe,quand je la vois telle qu'elle est maintenant,c'est la lourdeur de ce corps penché en avant,comme si être debout était un effort démesuré et je souffre pour elle et tous ceux qu'on a diminués,sous prétexte de les soigner...
      Retrouvera-t-elle, un jour, ses facultés perdues,se demande sa soeur ?
      Quand ouvrira-t-on suffisamment de lieux de vie pour ces personnes différentes ?Quand les soignera-t-on d'une façon humaine ,sans les abrutir de médicaments ?


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique