• " La vie, voyez-vous, ce n'est jamais si bon ni si mauvais qu'on croit"

    C'est ainsi  que finit le roman"Une vie" de Maupassant.

    Et c'est en partie ce qui a décidé Stéphane Brizé de faire un film de ce roman.

    Il s'est senti en lien très intime avec Jeanne l'héroïne qui est confrontée à la désillusion, à la brutalité, aux mensonges...Elle voit disparaître tous les piliers qui soutenaient son idéal de beauté.

    A peine sortie du couvent où elle a fait ses études, elle se marie ou on la marie à un jeune homme qui se montre très vite infidèle, tyrannique, soucieux seulement des apparences.... son mari la trahit, sa bonne, son fils ensuite qui dilapide sa fortune....

     

     

    "Une vie", de Stéphane Brizé

    Une vie est un film sur la naïveté, la douceur confrontée à la rude vie. . De son actrice dont il ne filme jamais le regard,  Brizé ne se détache pourtant à aucun moment. Judith Chemla est de tous les plans. Elle devient Jeanne entièrement.  La vie passe devant Jeanne et Jeanne reste là, comme figée sur place, abandonnée par les hommes de sa vie.

     

    " Le film  ne convainc pas tout à fait. 

    Brizé manie l'ellipse comme personne, effectue des retours au passé ou enjambe les décennies avec virtuosité, joue des silences, des regards, des gestes. Il ne surligne rien, il indique. Délicate, fragile, innocente ou bafouée, éperdue et perdue, Judith Chemla accompagne ses allers et retours dans le temps. Solaire et joyeuse dans les années de jeunesse ; vieillie et accablée, au bord de la folie à la fin de sa vie. Pourtant, malgré ces qualités, « Une vie », qui devrait nous bouleverser, nous tient à distance. "

    C'est ce que je lis dans la critique des Echos et je partage assez ce point de vue.

    C'est un beau film, presque trop poétique, avec de très beaux paysages, une belle musique au piano forte de Olivier Beaumont

    Mais, c'est  vrai, on reste à distance...Néanmoins, je suis très heureuse d'avoir vu ce film, d'avoir lu le livre et d'avoir entendu Stéphane Brizé à la radio.

     


    7 commentaires
  •  Claude Lelouch au 27e festival du Film britannique de Dinard, le 29 septembre 2016
 

    Claude Lelouch au 27e festival du Film britannique de Dinard, le 29 septembre 2016

     

     

    "  C'est un film choral qui fait le portrait d'une ville de province. J'avais envie de filmer la France qui est un pays que j'aime à la folie malgré ses défauts. Un pays où tout le monde veut commander et où personne ne veut obéir. J'ai choisi une ville comme Beaune au centre de la France. On a essayé, avec les plus grandes stars du cinéma français, de faire une comédie qui sera à la fois tendre, tragique, drôle. Pour moi, la vie est un mélange de genres, la vie est un tourbillon et c'est ce tourbillon qu'on a essayé de filmer.

     

     " Dans ce film, on va parler de ce qui est le plus en danger, l'amour. Aujourd'hui ce qu'il faut sauver, c'est l'amour. Il faut casser l'égoïsme dans lequel nous vivons. C'est le mal du siècle, les gens se referment sur eux-mêmes. On vit au paradis et on ne trouvera pas mieux. C'est nous qui l'avons transformé en enfer. C'est à nous de retrouver le paradis. L'égoïsme, c'est une forme de sécurité, les gens pensent qu'il va assurer leurs retraites. C'est tout le contraire : la chose la plus rentable au monde, c'est la générosité. Quand les gens l'auront compris, on changera le monde."

     

    C'est ce que dit Claude Lelouch qui préside le festival du film britannique à Dinard.

    Il est en plein montage de son prochain film "Chacun sa vie et son intime conviction"

    C'est un film que j'ai bien envie d'aller voir....

    C'est dans Culturebox que j'ai trouvé cette documentation

     

     
     

     


    11 commentaires
  • Affiche du film LES INNOCENTES

     

    Titre original : Les innocentes (Agnus Dei)
    Réalisation : Anne Fontaine
    Scénario : Sabrina B.Karine et Alice Vial, adaptation et dialogues de Anne Fontaine et Pascal Bonitzer, d’après une idée originale de Philippe Maynial
    Acteurs principaux : Lou De Laâge, Agata Buzek, Agata Kuleska, Vincent Macaigne
    Pays d’origine : France, Pologne
    Sortie : 10 février 2016
    Durée : 1h55min
    Distributeur : Mars Distribution
    Synopsis : Pologne, décembre 1945.
    Mathilde Beaulieu, une jeune interne de la Croix-Rouge chargée de soigner les rescapés français avant leur rapatriement, est appelée au secours par une religieuse polonaise.
    D’abord réticente, Mathilde accepte de la suivre dans son couvent où trente Bénédictines vivent coupées du monde. Elle découvre que plusieurs d’entre elles, tombées enceintes dans des circonstances dramatiques, sont sur le point d’accoucher.
    Peu à peu, se nouent entre Mathilde, athée et rationaliste, et les religieuses, attachées aux règles de leur vocation, des relations complexes que le danger va aiguiser…
    C’est pourtant ensemble qu’elles retrouveront le chemin de la vie


    Lou de Laâge incarne Mathilde, médecin française de la Croix-Rouge. (Mandarin Cinema - Aeroplan Film - Mars Films / Anna Wloc

     
    C'est avec beaucoup d'intérêt que j'ai vu ce film qui nous permet une réflexion sur la religion et la société et qui nous fait connaître des faits qui ont réellement eu lieu...
    Peut-on dépasser la violence dont on a été victime? La foi y aide-t-elle?
    Ce film explore l'abîme sans renoncer à la lumière, aussi vacillante soit-elle.
    De très belles prises de vue...Nous pouvons ressentir la neige, le froid, le silence ouaté , l’austérité, la grâce du blanc des voiles et des sœurs marchant dans le couvent, dont la vie est rythmée par les prières et les chants.

    Pas de pathos, ni de voyeurisme, tout est montré avec finesse et justesse...

    Des silences, de la lenteur...cela en gênera peut-être certains. Cependant c'est ce silence, cette lenteur qui nous permettent d'entrer dans cette histoire et de partager l'intériorité des personnages ....L'émotion vient des visages, des regards, des sourires...


    4 commentaires
  • "Mia madre" de Nanni Moretti sortira le 23 décembre 2015. (LePacte)

    Nous étions prêts à partir, nous avions décidé d'aller au cinéma, ce qui nous arrive que deux ou trois fois par an...et voilà que notre voisine  nous fait signe...Nous bavardons un moment avec elle , prenons de ses nouvelles...

    Nous allons voir " Hermine" lui dit B.

    - Mais non, lui dis-je étonnée, il s'agit du dernier film de Nanni Moretti

    Il vérifie ....En effet, c'est bien "Mia madre" qui est programmé.

    - Oh ! me dit-il, ce n'est pas ce film que j'ai envie de voir...Puis, il se ravise et finalement  nous partons....

    ce qui ne l'empêche pas de maugréer dans la voiture...

    Le film commence...

    Au début , je suis un peu désorientée

    Puis je me laisse prendre par l'histoire...

    Quand nous sortons, il me demande si cela m'a plu.

    Lui, visiblement, ne regrette pas sa soirée...

    Et, grâce à ce film vu ensemble, nous avons un échange très approfondi sur nos différentes expériences, sur la fin de vie de personnes que nous avons connues

    Ce film est à la fois drôle et émouvant et nous invite à la réflexion sur ce qui fait le sens de notre vie.

     

     


    16 commentaires
  • Ce film raconte le voyage initiatique de deux amis d'enfance partis questionner la marche du monde.

    J'ai eu le bonheur de le voir récemment...

    Equipés d'une petite caméra et d'un micro, Marc et Nathanaël ont cherché à comprendre ce qui a conduit aux crises actuelles et d'où pourrait provenir le changement. Au travers des messages d'activistes, de philosophes, de biologistes ou de gardiens de cultures anciennes, ils nous invitent à partager leur remise en question, et interrogent nos visions du monde.

    Leur quête nous redonne confiance dans notre capacité à influer positivement sur le cours des choses.

    Le changement est en marche de par le monde.

    C'est un changement des consciences, motivé par la nécessité de vivre en harmonie avec soi-même et avec la sphère du vivant.

    Tout au cours de leur voyage, ils rencontrent Vandana Shiva, la diva verte. Peu connue chez nous elle est très célèbre dans son pays en Inde mais aussi en Afrique et aux Etats-Unis pour sa lutte contre les OGM.

    Ills dialoguent aussi avec Thrinh Xuan Thuan, Pierre Rabhi, Frédéric Lenoir, Marianne Sébastien.....

    Et le film se termine avec un entretien avec Satish Kumar.

    Voila de quoi  nourrir notre réflexion et notre action et notre désir de vivre dans un monde meilleur


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique