• Enterrée vivante

     

     

    Vivante

    Je suis enterrée

    bouche ouverte

    Je crève

    Personne n'y peut rien

    Et vous non plus

    Vous détournez la tête avec dégoût

    C'est toujours puant les gens qui crèvent

    Je m'excuse de vous déranger

    Je voudrais me dépécher

    Oh ! Voir cesser cette agonie

    Cette nausée

    Ce hurlement

     Ce râle !

    Chaque mort est une nouvelle naissance

    Mais pas la mort de qui n'est pas né

    De qui n'a pas fait son chemin

    De qui est avorté

     

    Enterrée vivante je suis

    Pour crier sans fin

    L'angoisse horrible de qui a avorté

    Hier, aujourd'hui et demain

     

    Crier jusqu'à la fin des temps

    Vous qui savez vivre

    Ne m'en voulez pas

    Moi je ne suis pas née

    Je suis seulement enterrée

    Mais la terre qui me recouvre

    Est transparente et laisse voir

    Et laisse entendre

    Ceux qui savent vivre

    Je sais que la Vie existe

    Je sais que la vie est belle

    Mais je n'y peux atteindre.

     

    C'est un texte que j'ai retrouvé en triant mes papiers.J'en ai  un vague souvenir...J'en ai oublié l'origine. Je l'ai écrit il y a 30 ans

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 8 Août à 22:22

    fort heureusement la vie a dû te sourire par la suite ... et je m'en réjouis !

    amitié .

    2
    Mercredi 8 Août à 22:51

    quel cri de souffrance ! tu as du traverser une période difficile, j'espère que la vie a semé sur ton chemin, des petits bonheurs pour t'aider à avancer.

    Ma belle mère diminue ces derniers mois, comme elle voit mal (dmla), elle a du arrêter de conduire, difficile, sa mémoire s'envole, du jour au lendemain, elle ne se souvient pas, des douleurs viennent et elle dort beaucoup. JE l'aime beaucoup et cela me peine. 

    Bises 

    3
    Jeudi 9 Août à 07:38

    Tu ne devais pas être heureuse pour lancer ce cri d'alarme !

    Bises et bon jeudi

    4
    le passant qui passe
    Jeudi 9 Août à 07:48

    Ce texte poignant, ce cri de douleur si vrai qu'il fait mal aussi à celui qui le lit, touche en plein cœur.

    Soulagement de lire que c'est un texte du passé.

    Peut-être fallait-il passer par là pour que l'étincelle de la vie rejaillisse… On sent dans ce texte, outre le désespoir, une farouche volonté de vivre. De vivre quand même.

    Naître à soi-même est le travail de toute une vie, il n'est jamais trop tard.

    Je vous embrasse en ayant très envie de prendre dans me bras celle qui cherchait à vivre il y a 30 ans et qui avait si mal...

     

    5
    Jeudi 9 Août à 07:56
    eMmA MessanA

    Depuis, cet être enterré a dû renaître et il vit dans la lumière, heureux d'avoir été si bien poétisé, si bien porté par tes mots...

    6
    Jeudi 9 Août à 14:47
    daniel

    Qu'as tu pu vivre pour écrire ce texte plein de souffrances ? C'était il y a trente ans , les années ont passé et je te souhaite de tout cœur d'avoir trouvé la lumière !

    7
    Vendredi 10 Août à 15:46

    Coucou Gazou

    Quel cri terrible ! Fallait-il que ce cri du passé remonte les strates de papiers pour éclater enfin au grand jour ?  pour exister ? 

    Le Temps en a émoussé la souffrance mais le cri était tjrs là, en travers de la gorge ! Le "Hasard" est qqs fois bizarre !

    Bisous Gazou

    8
    Samedi 11 Août à 09:25
    Edmée De Xhavée

    C'est pratiquement effrayant! Quel désespoir terreux, noir, puant... Heureusement qu'on peut se dire : c'était il y a trente ans. Tu es encore là, et ma foi tu as secoué la terre je pense. Mais ce fut une tombe profonde!

    9
    Dimanche 12 Août à 12:27

    Ressortir d'anciens écrits en ayant oublié le pourquoi et le comment... juste dire "c'était il y a trente ans"...

    Aujourd'hui, tu vis.

    Merci.

    10
    jeanne
    Lundi 13 Août à 15:40

    il fallait juste attendre de naître

    que tu sois toi

    que tu sortes de terre comme une graine

    qui grandit

    grandit

    grandit

    que tu pousses la terre

    amicalement

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :