• Elisabeth Louise Vigée Lebrun (1755- 1842)

                     " Peindre et vivre n'a jamais été qu'un même mot pour moi"

     

     

    Dès l'âge de 15 ans, elle a eu beaucoup de commandes, elle a fait 660 tableaux qui s'arrachaient dans toute L'Europe à des tarifs supérieurs  à ceux de ses confrères.

    Son père était lui-même pastelliste renommé et l'a encouragée dès son jeune âge, il meurt lorsqu'elle a 12 ans.

    Sa mère se remarie avec un joaillier qui expose ses oeuvres dans sa vitrine...

    Elle épouse M.Le Brun qui est marchand de tableaux.

    En  1789,, elle doit s'exiler

     

     

    Le 18 janvier 1802, après un peu plus de douze années d’absence, Madame Vigée Le Brun fut fêtée à Paris par
    son époux, son frère Étienne, sa belle-sœur et leur fille. Le soir même, un concert était donné en son
    honneur dans la maison de son mari, rue de Cléry.  Très vite, elle retrouva aussi certains de ceux qui avaient constitué son cercle avant 1789 ; Greuze, Hubert Robert... comptaient au nombre des fidèles.  Les années 1803, 1804 et 1805 furent ainsi marquées par un long voyage en Angleterre.
     
    Le
    Rentrée définitivement en France en 1805, Madame Vigée Le Brun ne cessa cependant pas de voyager,
    faisant notamment deux séjours en Suisse.
     
    Son salon attirait toujours les personnalités, étrangers de passage, artistes et écrivains à la mode, car elle avait été
    le témoin des jours les plus glorieux du règne de Louis XVI.
     
    Continuant à s’adonner au portrait, l’artiste se livra alors à un genre qu’elle pratiquait depuis son séjour en Italie, le paysage en plein air.

     

     

     

    Afficher l'image d'originePortrait de la baronne Henri Charles Emmanuel de Crussol Florensac, née Anne Marie Joséphine Gabrielle Bernard de Boulainvilliers, 1785, Toulouse, musée des Augustins

     

     

     

    https://youtu.be/G0u-smrxaTw?list=PL9LWAQYUI74uz_sMIZS_1lmLnH4qaEWFu

    ce lien doit vous permettre d'accéder à la vidéo de l'exposition qui a eu lieu au Grand Palais

     


  • Commentaires

    1
    Zilberman
    Samedi 16 Janvier 2016 à 10:43

    A propos de Mme Vigée Lebrun, il est signalé en dernière phrase :

    "Henri Charles Emmanuel de Crussol Florensac, née Anne Marie Joséphine...", j'avoue ne pas comprendre cette phrase ? Merci de m'éclairer. Gros bisou. Gérard

    2
    Samedi 16 Janvier 2016 à 12:30

    J'ai visionné le lien de présentation et j'en ai profité pour aller voir le dossier pédagogique

    http://www.grandpalais.fr/fr/article/elisabeth-louise-vigee-le-brun-le-dossier-pedagogique

    Je suis admirative de ces techniques des matières et des couleurs surtout. Et comme Madame Vigée Le Brun j'imagine je m'intéresse plus aux carrés de matières qu'aux personnages.

    J'ai lu que les peintres femmes étaient souvent appelées par leur nom acquis par alliance en omettant de donner leurs prénoms ainsi "Henri Charles Emmanuel de Crussol Florensac", née Anne Marie Joséphine c'est "Portrait de la baronne Henri Charles Emmanuel de Crussol Florensac, née Anne Marie Joséphine Gabrielle Bernard de Boulainvilliers".

    Certes cette peintre était peintre de cour mais il fallait du tempérament pour parvenir à se faire une place. Sans doute le talent de slalomer dans les courtisaneries, de choisir ou de se laisser choisir pour contracter les bonnes alliances, d'affirmer dans la concurrence sa personne . Bien sûr elle souscrit aux codes du moment pour y parvenir: mise en valeur de l'apparat, des modes de cour, du monde confiné des boudoirs...Toutefois elle a dû déployer de l'énergie pour maîtriser les techniques picturales, aiguiser son regard, organiser la pérennisation de ses oeuvres, voyager dans un temps où l'espérance de vie était courte, les calèches chaotiques...même si elle était dans les rouages de celles et ceux qui avaient accès à la belle concentration des richesses et des pouvoirs.

    C'était aussi un temps où la photographie n'existait pas, où pour rendre compte des autres et de soi la création d'images était déjà un vecteur privilégié.

    Je la soupçonne d'avoir glissé dans sa peinture un peu d'indépendance du champ: la sensualité, la bohême, l'exotisme de certains tissus, une certaine décadence sous les vitrines...La belle société sens dessus dessous.

    C'est une part de l'histoire racontée par une part de la société.

      • Zilberman
        Samedi 16 Janvier 2016 à 12:42

        Merci de cette réponse très pertinente d'une experte en histoire de l'art.

        Dans le titre où apparaît le nom de "Crussol", mon attention a été attirée. Il se trouve que j'habite non loin du château de Crussol et que depuis 30 ans je donne des conférences sur l'histoire de ce château. Très cordialement. Gérard Zilberman

    3
    Samedi 16 Janvier 2016 à 13:48

    Ces tableaux sont d'une grande finesse mais ne sont pas ce que je préfère. L'artiste a eu par contre, semble-t-il, une très belle vie ce qui est loin d'être le cas de tous les peintres... Merci pour la découverte. Bisous

    4
    Samedi 16 Janvier 2016 à 15:37

    C'est pour moi une grande inconnue que je découvre un peu avec toi...

    5
    Samedi 16 Janvier 2016 à 16:41

    un  joli portrait

    6
    Samedi 16 Janvier 2016 à 19:32

    waou ! Mignonne la Baronne !

    7
    Samedi 16 Janvier 2016 à 19:41

    J'aime pas trop ce style mais j'admire et reconnais le talent

    belle soirée Gazou

    8
    Samedi 16 Janvier 2016 à 20:47

    elle faisait de jolis portraits qui plaisaient à tous (il me semble que tu avais fait un article et j'avais déjà bien aimé).

    Bonne soirée

    9
    Samedi 16 Janvier 2016 à 21:54

    J'adore Mme Vigée-Lebrun, je possède deux livres offert par mes enfants, je n'arrête pas de les compulser, un passe -temps merveilleux.

    Bonne soirée gazou

    10
    Samedi 16 Janvier 2016 à 22:01
    erato:

    Un très beau portrait .

    Bonne soirée Gazou

    11
    Lundi 18 Janvier 2016 à 10:17

    660 tableaux...et bien elle travaillait...

    12
    Lundi 18 Janvier 2016 à 22:08

    Je ne la connaissais pas du tout merci pour la découverte.

    13
    Mardi 19 Janvier 2016 à 08:23

    Bonjour... Ah, oui Vigée-Lebrun, je la connaissais comme ça, d'assez loin... Il m'a plu d'en apprendre un peu plus sur elle ce matin... (merci pour le lien !)... 

    Très bonne journée.

    FP

    14
    Jeudi 21 Janvier 2016 à 16:24

    Merci de nous faire connaître cette belle artiste.

    15
    Samedi 23 Janvier 2016 à 07:34

    Voici quelques mois, j'ai vu un très beau reportage au sujet D'Elisabeth Vigée Lebraun. 

    16
    Samedi 23 Janvier 2016 à 13:51

    J'avais adoré l'autoportrait où on la voit avec sa fille... Un vrai bonheur que ce peintre !

    Ceci étant, je reste navrée de ne pas avoir pu voir l'expo. :(

    Bises et douce journée Gazou.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :