•   Elle a 36 ans et cela fait déjà 8 ans  qu'elle s'est engagée dans l'humanitaire et arpente les zones de conflit les plus noires...Spécialisée dans la protection des enfants, elle va en Indonésie, au Sri Lanka, en Somalie, en Ouganda,, au Kenya, au Sierra Leone, au Liberia,  en thailande, en Tunisie, en Birmanie...

      L'horreur fait partie de son quotidien. Elle ne s'en accommodera jamais...Et c'est pour la combattre qu'elle a choisi de faire ce qu'elle fait...Quand elle a vu trop d'atrocités,  elle éprouve surtout le besoin de parler, de dire l'indescriptible...Son compagnon est un français, médecin sans frontières et, ainsi que ses parents, l'aide beaucoup à garder son équilibre.

      Quand elle rentre chez elle, à Bruxelles depuis un an, elle rédige son rapport. Ce n'est qu'après avoir écrit qu'elle se sent apaisée et qu'elle peut savourer le bonheur d'une vie  plus calme...

      Elle dit qu'on ne s'habitue pas à cotoyer l'horreur  et que la souffrance est plus psychologique que physique même si elle connaît souvent des nuits sur la terre battue et des repas frugaux et l'insécurité....

      Et pourtant, elle n'a jamais eu envie d'arrêter...

     

    C'est en prenant connaissance d'un article de la revue CLES  n° 73 que j'ai fait connaissance de cette jeune femme magnifique.


    15 commentaires
  • x2_86a0385.jpg

     

    C'est sur le blog de Jean-Claude Grosse (http://les4saisons.over-blog.com)

    que j'ai découvert cet appel qui ne peut nous laisser indifférents.

     

    Ce dimanche 9 octobre un grand Forum des femmes a été organisé en soutien pour Rafah.

    Il y a un mois,elle a été arrêtée par les services de sécurité syriens à l'aéroport de Damas alors qu'elle s'apprêtait à se rendre à Paris où sa fille était sur le point d'accoucher. Pendant 36 heures, sa famille est restée sans nouvelles...On sait maintenant qu'elle est maintenue dans une cellule minuscule et qu'on lui fait subir des interrogatoires à répétition...On l'accuse d'incitation au soulèvement. Elle risque jusqu'à 7 ans de prison.

     

    Rafah Nached est la première femme psychanalyste à exercer en Syrie.

    Elle vient de fonder l'école de psychanalyse de Damas.

     

    En la maintenant en prison, le gouvernement de Bachar el Assad confirme son mépris absolu des droits fondamentaux de l'être humain.

    Samedi 8 octobre, c’est l’ex-président du Brésil (1995-2002) Fernando Henrique Cardoso qui ralliait l’appel lancé par Jacques-Alain Miller en ces termes :

    “Au nom du respect le plus élémentaire des droits de l’homme, je demande la libération de Rafah NACHED, psychanalyste de renom international, arrêtée à l’aéroport de Damas le 10 septembre. Je joins mon nom aux nombreuses personnalités de différentes cultures et courants politiques qui ont tenu à exprimer leur soutien à Rafah NACHED. J’enjoins les autorités de la République Arabe de Syrie de procéder à la libération immédiate et inconditionnelle de cette femme de 66 ans dont la vie a été consacré à la promotion de la liberté, la science et le bien être des hommes"

     


    11 commentaires
  •  

    Alexandra-David_Neel-008.jpg

     

     

    "Certains ont peur de l'instable; moi, c'est le contraire, je n'aime pas que demain ressemble à aujourd'hui.

     

     

    "J'étais une jeune maman quand j'ai découvert Alexandra David-Neel

    Et j'ai tout de suite été séduite par  ce personnage hors du commun....Quelle force, quelle énergie, quelle détermination !

     

    Et c'est par son "Journal de voyage" que j'apprends à la connaître...Ce sont les lettres qu'elle envoie à son mari, des lettres pleines de détails piquants...A la suivre, on ne s'ennuie pas un instant...On sourit quand elle s'étonne , à son retour, de ne pas voir son mari sur le quai de la gare...Voilà quatorze ans qu'elle était partie alors que son voyage ne devait durer que dix-huit mois...

     

    A cent ans, elle fait renouveler son passeport car elle veut aller à Vladivostok en 2CV...Il y a pourtant plusieurs années qu'elle ne quitte plus guère son fauteuil...mais .le goût de la découverte ne l'a pas quittée...

     

    Quelques mois plus tard, le 8 septembre 1969, c'est bien son dernier voyage.

     

    Elle a parcouru des dizaines de milliers de kilomètres en inde, en Chine, au Népal, Au Japon, En Birmanie, au Tibet..le plus souvent à pied.

    Elle a écrit une trentaine de livres..Mystique sans doute mais aussi incroyablement réaliste..Du fond de l'Asie, elle est capable d'écrire à son éditeur pour lui demander de re-éditer son grand succès : "Voyage d'une parisienne à Lhassa" car le moment est propice...

     

     

    A2 ans, elle fait une première fugue, à 5 ans elle récidive.

    A 15 ans elle part en Hollande et en Angleterre...puis en Espagne.

    A 21 ans elle s'embarque pour Ceylan, va jusqu'en inde, rentre en Europe quand elle n'a plus d'argent...

    Elle donne des conférences et elle commence une carrière de cantatrice...Elle a beaucoup de succès mais ce n'est pas cette vie-là qui peut la combler...

    A 36 ans, elle épouse Philippe Neel...

     

    Elle a 56 ans quand enfin, elle pénètre dans Lhassa avec Longden son fils adoptif (on les voit tous deux sur la photo). Ils ont bien été refoulés quatre fois auparavant mais ils parviennent à déjouer la vigilance des gardes...Elle a perdu 20 kilos et crache le sang mais elle a réussi...

     

    A 70 ans, elle repart pour la Chine où ils restent bloqués pendant six ans...

    Elle passe ses dernières années à Samten Dong (forteresse de la méditation)  à Digne...Cette maison est devenue un musée et j'ai eu la chance , il y a quelques années, de pouvoir la visiter avec Marie-Hélène Peyronnet qui accompagna  Alexandra pendant les dix dernières années de sa vie....Elle raconte, dans un livre, avec beaucoup de bonheur et d'humour  ce que furent ces années-là...Engagée comme simple dame de compagnie,  elle n'arrêtait pas : secrétaire et ordonnatrice des écrits très nombreux de Alexandra, elle n'avait pas une minute à perdre mais elle ne s'en plaint pas car elle estime que ce fut les dix meilleures années de sa vie.

     

    La devise d'Alexandra, elle l'a prise dans la Bible

    "Va où ton coeur te mène et selon le désir de tes yeux"

     


    18 commentaires
  • En Inde, on l'appelle Mahatma, c'est-à-dire" grande âme"

    Responsable d'un réseau humanitaire mondial qui agit dans l'humanitaire , la santé, l'éducation, l'écologie et la spiritualité

    , Amma irradie d'amour et de bon sens.

    Elle est née d'une famille de pauvres pêcheurs du Kerala.

    Enfant déjà, elle étreint tous ceux qu'elle rencontre, ce qui choque beaucoup sa famille car, en Inde,le contact physique entre castes est un tabou grave...

    Et comme elle persiste, à 14 ans, elle est chassée de chez elle

     

    Il y a 22ans, elle fait sa première tournée mondiale ...Les foules se déplacent seulement pour recevoir l'étreinte de Amma

    Son organisation (ETW) a planté un million d'arbres, construit 40000 maisons, accorde annuellement 30 000 bourses scolaires, nourrit 2 millions de pêrsonnes, en soigne des dizaines de milliers,  finance des recherches sur le cancer et le sida...

     

    En France , le centre des disciples de Amma est établi en Beauce à Pontgouin

     

    "Les individus ne sont pas comme des îles isolées. Nous faisons partie du changement universel. Mais le changement part de l'individu, sinon, rien ne se passe. Une fois que nous changeons, les autres changent aussi automatiquement. Partout, de par le monde, les humains imitent les autres...

    Je ne dis pas que le monde entier puisse changer. Ce serait comme vouloir vider l'océan!  Toutefois même si cela revient à prélever une petite cuillerée d'eau dans l'océan, chaque effort individuel contribue à un changement global possible. nous ne pouvons pas changer les plis du monde, mais si nous nous remettons sans cesse à l'ouvrage, nous deviendrons bons et , par imitation, les autres le deviendront aussi...Tout part de l'amour. Voilà ce dont nous avons besoin."   Amma


    15 commentaires
  • propos de Gilles Clément recueillis par Patrice Van Eersel et Claude Servan-Schreiber (Cles 01905)

     

    "Pour moi actuellement "le jardinier planétaire" le plus efficace est un homme qui ne sait sans doute pas planter les choux, mais dont le travail a modifié tout le paysage, c'est le maire de CURITIBA, au sud de Sao Paulo,  au Brésil. En quarante ans , le nombre de ses administrés ést passé de de 300 000 à deux millions. ce qui se traduit d'habitude par une catastrophe écologique. Il a su, par une politique artisanale, appuyer cette explosion sur des critères durables : les transports communs sont plus efficaces que les individuels ; des architectes inventent des HLM à base de récupération ; tout est recyclé - les habitants apportent au centre de la favela les objets à jeter, qui sont pesés par catégories et emportés, en échange d'un bond pour des fruits et légumes.  Curitiba est devenu la plus fabuleuse des pépinières à idées."


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique