• Et dans la revue XXI, la belle histoire de cette femme – Françoise - qui a rénové avec soin les appartements de son immeuble pour les louer à des « cabossés de la vie, de tous les âges », du logement social avec le soutien de l’association Habitat et Humanisme, au 47 rue de Chabrol dans le 10ème arrondissement de Paris : « Un pari sous les toits », un pari intergénérationnel

     

    http://www.revue21.fr/

     

    UNE PETITE PAUSE JUSQU'A LA FIN DE LA SEMAINE
    A BIENTÖT. AU PLAISIR DE VOUS RETROUVER


    13 commentaires
  • D'abord il était ouvrier métallurgiste.

    Le 5 mars 1994, voulant démonter une antenne de Télévision sur le toit de sa maison, la pièce de métal a vacillé

    et touché une antenne de 20 000 volts. Il a servi de conducteur au courant et les extrémités de son corps ont brûlé.

    Et pour le sauver les chirurgiens ont dû l'amputer d'une partie de ses bras et de ses jambes.

    "Le gars qui avait des bras et des jambes, il n'est plus là, dit-il. Il est mort le 5 mars &994. Il y en a un nouveau

    qui est né le même jour."

    Cette seconde naissance ne fut pas facile. elle fut suivie de déprime et de tentatives de suicide...Puis , lui, le polyhandicapé

    qui n'a  jamais été un grand sportif décide  de s'entraîner et un jour, en 2010,   il parvient à traverser la Manche  à la nage...

    "J'ai eu un long parcours, j'ai accepté mon nouveau schéma corporel et ma nouvelle vie, voilà."

    En 2012, il se lance un nouveu défi : relier les 5 continents à la force de ses palmes, installées au bout de prothèses...

    Il effectue cette traversée avec Arnaud  Chassery...

    Il raconte son périple dans un livre : "Plus fort la vie"

    Maintenant, il est devenu conférencier professionnel, dans les écoles, les entreprises, les médias.

    Sa voix compte quand il s'agit de défendre la cause des handicapés.

    Sa vie le rend  heureux.


    12 commentaires
  • " Un jour, un de mes enfants (il en a 4) m'a demandé quel avait été le plus beau jour de ma vie. Je lui ai dit qu'il y en avait plusieurs : mon mariage avec leur maman, leur naissance et cet accident où j'ai perdu une jambe mais où j'ai tant appris"

     

    Qui parle ainsi? C'est Stéphane Houdet.

    A 26 ans , un accident de moto lui broie la jambe et l'envoie dans le coma...

    Il est maintenant le numéro un français du tennis fauteuil qu'il pratique depuis 2005. Et il dit que cet accident est vraiment une chance

    "Si ce n'était pas arrivé, je serai encore en train de faire des césariennes de vaches au milieu de la nuit, alors qu'aujourd'hui, je fais le tour du monde en m'amusant comme un fou."

    Ainsi donc, quand nous n'avons pas la possibilité de changer la réalité, nous pouvons encore changer le regard que nous portons sur elle et en voir les côtés positifs...


    14 commentaires
  • Ce matin, tout en préparant le repas, j'écoutais la radio.

    Il y avait une émission sur Einstein.

    Une émission très intéressante et qui me fait me poser plein de questions

    sur la nature humaine, sur nos différences de sensibilité, d'intelligence...

    J'ai retenu une anecdote :

    Quand sa petite soeur est née, Einstein avait deux ans et demi.

    Et quand il la vit, il demanda : "Mais où sont passées les roulettes?"

    Il s'attendait peut-être à voir apparaître un jouet...

    Certains commentent cette réflexion en disant que, de nos jours, on aurait

    classé cet enfant parmi les autistes géniaux dits atteints du syndrôme

    d'Asperger.

    Mais d'autres pensent simplement que Einstein a témoigné très jeune

    de son sens de l'humour.

    Moi, cette réflexion m'a simplement amusée.


    7 commentaires
  • "J'ai eu une vie heureuse, celle que je voulais.

    Je ne suis jamais seule, je n'ai jamais vécu seule,

    Puisque j'étais avec Dieu.

    Je suis en paix, j'attends paisiblement la mort, sans m'ennuyer;

    Je suis une amoureuse satisfaite d'avoir aimé et d'être aimée.

    Avec un regret, une souffrance bien sûr :

    Tous les drames du monde.

    Je ne peux que répéter qu'il faut donner aux autres optimisme, volonté et amour.

    Pas seulement donner, les faire vivre en eux;

    Partager. Sans partage, sans solidarité,

    On ne peut faire progresser l'humanité.

    Il faut donc s'acharner.

    Parce que Dieu nous a créés pour être heureux,

    Il n'aime ni ni la souffrance, ni le sacrifice."

     

    C'est la déclaration de Soeur Emmanuelle que l'on trouve , à la fin du livre: "Jai 100 ans et je voudrais vous dire" aux éditions Plon

    Et cette déclaration de celle qui dit avoir passé les meilleures années de sa vie dans les bidonvilles du Caire  ne peut que nous inviter à la réflexionj, même si l'on ne partage pas ses croyances, ce qui est finalement assez secondaire


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique