•  

     

    Toujours alerte avec ses 104 ans, Robert Marchand a effectué en vélo une partie d'une étape du prochain Tour de France 2016. Malgré le froid et le vent, il a roulé une vingtaine de kilomètres sans difficulté dans les Gorges de l'Ardèche.

    • Par Nicolas Ferro
     
    Robert Marchand sur son vélo sur la route touristique des Gorges.

    Robert Marchand sur son vélo sur la route touristique des Gorges.

     
    Ce jeudi 26 novembre, Robert Marchand fête ses 104 ans. Pour l'occasion, les bénévoles de l'Ardéchoise lui ont fait un beau cadeau : celui de reconnaître ensemble une étape du prochain Tour de France. Précisément, une partie du contre-la-montre prévu entre Bourg-Saint-Andéol et la Caverne du Pont-d'Arc en 2016.

    Malgré le froid et le vent, le départ est donné à Saint-Remèze pour une ballade d'une vingtaine de kilomètres. Robert Marchand est un peu inquiet mais toujours vaillant. L'équipée rejoint rapidement la route touristique des Gorges de l'Ardèche et marque un arrêt au belvédère du Serre de Tourre et au fameux Pont d'Arc. La descente terminée, Robert Marchand est rassuré et poursuit jusqu'à Vallon-Pont-d'Arc où des enfants d'une école primaire lui posent quelques questions.

    Les 104 ans de Robert Marchand

    Les enfants de l'école du Pont d'Arc l'accueillent en chanson


    Déterminé à aller jusqu'au bout, il reprend le guidon pour la montée jusqu'à la Caverne du Pont-d'Arc.
    Quatre kilomètres de côte qui n'ont pas altéré le Monsieur. Chapeau Robert !  

    Pour son anniversaire, Robert Marchand s'offre une étape du Tour de France 2016 en Ardèche

     

     

    Dans le mail que j'ai reçu, il y avait aussi une vidéo que je n'ai pas su installer...Les enfants de l'école lui souhaitaient un bon anniversaire et lui demandaient comment il faisait pour, à 104 ans, faire encore du vélo et il a répondu simplement qu'il fallait user de tout et n'abuser de rien...Bon !!!  ça fait quand même plaisir de voir des gens comme  lui qui savent si bien profiter de la vie !


    19 commentaires
  • Samia Orosemane, le rire comme bouclier contre la haine

    Par Sophie Granel @Culturebox

    Samia Orosemane dans son "Message aux djihadiste".

    Samia Orosemane dans son "Message aux djihadiste".

     

    En janvier dernier, son message décapant aux terroristes avait fait le buzz sur Internet. Aujourd’hui, alors que Paris est à nouveau la cible de la haine, Samia Orosemane maintient le cap. Pour cette jeune Française d’origine tunisienne qui porte le voile, le rire est un rempart à l’horreur. Son spectacle "Femme de couleurs" est à découvrir jusqu’au 28 décembre au Point Virgule.

    Reportage : M.Buzon / F.Le Moing / P.Gomez
     
    Porter le voile en cette période troublée, ça n’est pas forcément évident, mais Samia Orosemane en a fait une force. La force du comique. A grand renfort d’autodérision, la jeune stand-uppeuse entraine le spectateur dans son univers coloré.

    Née dans le 19e arrondissement de parents tunisiens, l’humoriste a vécu toute sa vie dans ce Paris cosmopolite aujourd’hui attaqué. Face à la peur et à la haine, elle brandit son humour. "Le rire est une soupape", explique-t-elle. "Avec le rire on déconstruit la peur, on réunit, on rassemble".

    Contre l'amalgame 

    Ce voile qu’elle a commencé à porter à l’âge de 22 ans par amour pour un homme, fait désormais partie intégrante de ce qu’elle est. Une Française musulmane qui ne se reconnait absolument pas dans ces "cinglés, ces malades mentaux  qui se prétendent islamistes juste pour commettre leurs méfaits". C’est en ces termes qu’en 2014 (avant même les attentats de janvier 2015) elle s’adresse aux djihadistes dans une vidéo hilarante qui se répand sur la toile comme une trainée de poudre. 
     
    Grâce à son humour, Samia Orosemane a vaincu les réticences liées à sa religion. Sa "Femme de couleurs" est une ode à la tolérance et au vivre ensemble. Quant à ceux qui s’arrêtent encore à son foulard, elle leur répond avec un grand sourire : "tant que les gens n'enlèveront pas le voile qu'ils ont devant les yeux, moi je n'enlèverai pas celui que j'ai sur la tête".
     
    Samia Orosemane "Femme de couleurs" les dimanches et lundis jusqu’au 28 décembre au Point Virgule
    7 rue Sainte-Croix de la Bretonnerie
    75004 Paris

     


    18 commentaires
  • Impossible de dormir cette nuit

    Et pourtant j'étais lourde de fatigue quand je me suis couchée

    Et aujourd'hui, je me traîne, les paupières lourdes et la tête pesante...

    Et cependant je ne regrette pas cette nuit presque blanche...

    Elle m'a permis d'entendre , à la radio, une femme incroyable: Béatrice...

    Elle-même, handicapée à cause d'une maladie génétique, elle a été à l'origine d'un centre de consultation où viennent  les femmes handicapées et cependant désireuses d'avoir un enfant...

    Elle même a eu une fille qui a maintenant 21 ans et qui  estime que sa maman est une maman comme les autres même si elle est en fauteuil roulant...ce qui ne l'empêche pas d'avoir une grande énergie et toujours le sourire aux lèvres et le rire prêt à jaillir... et d'être incroyablement stimulante...

    Elle estime que sa maladie est peut-être un cadeau car elle n'aurait jamais fait ce qu'elle a fait pour les handicapées si elle-même ne l'avait pas été...Sa maladie l'a ouverte à la vie.

    Après avoir entendu cette dame, comment pourrai-je me plaindre d'une nuit blanche?

     


    19 commentaires
  •  .     Il est des êtres surprenants.

    Née en 1902 à Châteauneuf de Galaure dans la Drôme, elle est atteinte à 16 ans d'une paralysie progressive.

    De 18 ans jusqu'à sa mort en 1981, elle restera alitée dans sa chambre.

    Les premières années de sa maladie ont dû être très éprouvantes, il y avait eu la grippe espagnole et les gens du pays pensaient qu'elle pouvait être contagieuse, elle ne recevait donc aucune visite. seules sa mère et ses soeurs la voyaient.

    Plus de 100 000 visiteurs viendront la visiter  dans sa chambre tout au long de sa vie....

    En 1933, elle  reçoit un message du Christ lui demandant de fonder des foyers de charité...

    Aujourd'hui, il en existe 76 répandus dans 40 pays.

     

    Cette vie-là, c'est pour moi un grand point d'interrogation...

    Moi qui suis  souvent fatiguée et me sens alors bien incapable,

    comment a-t-elle pu elle qui a passé la majeure partie de sa vie, grabataire et très souffrante,

    comment a-t-elle pu réaliser tant de choses et attirer tant de monde?

     

     


    18 commentaires
  •  

      Par hasard, je redécouvre cette phrase de Christian Bobin 
     
    "Pour bien voir une chose,il vous faut toucher à son contraire.
    Vous n'avez jamais su voir autrement:
    par l'ombre,vous allez à la lumière;
    par l'indifférence,
    vous atteignez à l'amour"
     
    Pour le croire, il faut en avoir fait l'expérience.



    J'ai eu le plaisir d'entendre cet écrivain à la radio à l'occasion de la parution de son  livre
    "La dame blanche" où il parle de la poëtesse Emily Dickinson
    qui a vécu recluse (elle ne sortait jamais de chez elle)
    et pourtant fortement reliée à tout ce qui est vivant....
    dans une longue conversation avec les humains...Nul doute qu'il s'est senti quelques affinités
    avec cette étrange et lumineuse jeune femme !
    Moi aussi,elle m'attire mais elle me fait peur...
    .Si j'avais dû vivre ainsi isolée,je me serai étiolée,j'aurai sombré..
    Les autres me sont absolument nécessaires pour rester vivante,pour me stimuler...
    Quelle force incroyable lui a permis de rester reliée...
    Et quelle force aussi l'a obligée à un isolement aussi radical ?
    J'ai besoin de solitude à certains moments
    mais j'ai besoin aussi de contacts...



    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique