• Dernier journal de Henri Bauchau

      Je viens de terminer avec plaisir et avec regret le dernier journal de Henri Bauchau,

    écrit de  2006 à 2012, année de sa mort à 99 ans.

    Et je suis admirative. Cet homme, à la santé chancelante, avec une vue très faiblissante,

    s'est astreint  à cette discipline jusqu'au bout.

    Il a même écrit encore un roman et il avait d'autres projets...

    Si je suis encore sur terre, disait-il, c'est que j'ai encore des choses à écrire et c'est ce qui me tient en vie...

    Son intérêt pour ce qui se passait dans le monde et pour les êtres humains  est demeuré vivace jusqu'au bout.

     

     

       Dernier journal (2006-2012)

     

     

                                                  “Je constate en moi une espérance après la mort, je ressens un désir d’infini, mais aucune certitude, et la mort m’a toujours paru un des actes nécessaires de la vie en nous. J’accepte la fin de tout, liée à la mort du corps, les regrets ne consistent que dans l’inachèvement de ce qu’on a accompli. L’espérance d’un après la mort ne doit pas être rejetée quand elle existe, mais elle n’est que du ressort de l’intuition. J’espère et j’attends, comme le petit garçon qui s’est installé à la place du père dans le lit maternel. J’attends d’être remis tendrement dans mon propre lit.”

     

    "Il s'agit ici de ma tendance à agrandir et embellir les choses pour tenter de réenchanter un peu le monde."

     

    "Pourquoi est-ce que je passe par tant d'accidents et d'épreuves pour conserver une vie si réduite, A cela je ne vois toujours qu'une seule réponse, c'est que j'ai encore à écrire...Tant qu'on a quelque chose à faire sur un plan que nous ignorons, nous sommes restés invités à rester en vie même si  nous avons envie de mourir."

     


  • Commentaires

    1
    Marico
    Vendredi 10 Juillet 2015 à 16:01

    Je t'ai cherchée Gazou et je t'ai trouvée.  Et encore une fois ton texte m'est un condensé de ce qu'il y a de plus beau.  La journée sera bonne.  Merci et je te souhaite du bonheur, beaucoup de bonheur.

    2
    Vendredi 10 Juillet 2015 à 16:07
    eMmA

    Puissions avoir une once de cette belle sagesse à la fin de notre vie...

    Ce sont de tels hommes qui forgent l'espérance en l'Humanité.

    Merci Gazou de nous faire connaître ce journal d'Henry Buchau.

     

    3
    Vendredi 10 Juillet 2015 à 17:40
    Tant que nous sommes sur terre même malade c'est que nous avons encore une action à mener
    4
    Vendredi 10 Juillet 2015 à 17:50

    Merci Marico...Et beaucoup de bonheur à toi aussi

    5
    Vendredi 10 Juillet 2015 à 17:58

    Bonjour,

    Prenons-en de la graine !

    Bisoussss

    6
    Vendredi 10 Juillet 2015 à 19:13

    Moi je découvre

    7
    Vendredi 10 Juillet 2015 à 19:24

    Puissions-nous rester "en vie" jusqu'au bout avec toujours des choses à dire et à faire

    8
    Vendredi 10 Juillet 2015 à 20:46

    Un grand écrivain dont on ne parle pas assez. 

    9
    Vendredi 10 Juillet 2015 à 20:55

    Vieillir comme lui, serait le rêve de tout le monde, il y en a eu beaucoup comme J. de Romilly, Jerphagnon qui ont eux aussi écrit jusqu'à leur dernier souffle. C'est beau!

    10
    Samedi 11 Juillet 2015 à 06:34

    Comme je vous le disais, Bauchau a été une des grandes grandes découvertes de ces dernières années. J'aime infiniment l'écrivain, le poète, l'homme. Une leçon de vie.

    Bon week end.

    11
    Samedi 11 Juillet 2015 à 08:01

    Vivre avec courage ce qui advient. Trouver ce qui nous fait vivre encore et encore. Espérer, attendre ... Se laisser remettre dans son lit comme une rivière, un fleuve. Tout cela est très beau. J'aime bien aussi ses romans et poèmes. Un homme qui invite à se mettre à l'écoute de soi-même et du monde.

    12
    Samedi 11 Juillet 2015 à 09:46

    Oui, il faut toujours garder de l'activité....  C'est le meilleur remède...

    13
    Samedi 11 Juillet 2015 à 13:36

    J'aime beaucoup l'image "du petit garçon qui s'est installé à la place du père dans le lit maternel"... Tout est dit et joliment dit. Une image simple qui rassure et rend vraiment serein... Merci pour ces beaux extraits. Bisous

    14
    Samedi 11 Juillet 2015 à 20:24

    Bien d'accord avec Flipperine

    Si nous vivons vieux, je pense que c'est du "rab" offert par Dieu pour nous permettre de débloquer des Pardons en nous pas encore effectués envers les offenseurs, des demandes de Pardons que nous n'avons pas eu le courage de faire à ceux que nous avons blessés... ou tout simplement nous tourner vers Dieu - enfin - ... alors que nous L' avons refusé jusque là !!!

    ... nous permettre de Le rencontrer et d'accepter son Amour avant de mourir.... Être "l'ouvrier de la dernière heure" !

    Très beaux extraits de son livre !

    Bisous Gazou

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :