• Courir avec Thierry Romanens

                                                       

     

     

     

     

     

      

     

    Hier soir, nous sommes allés au spectacle.

    Spectacle jubilatoire  , écrit d'après le roman de Jean Echenoz       "COURIR"

    Rien n'est inventé, ce coureur a bel et bien existé, c'est Emile Zatopek

    C'est l'histoire de l'homme qui va courir le plus vite sur terre. Personne ne l'a égalé.

    Et Thierry Romanens nous raconte son histoire sur un rythme endiablé...Il court tout en parlant ou chantant, accompagné d'un pianiste, d'un contrebassiste et d'un batteur. On a l'impression de courir avec lui. Il nous entraîne, on jubile avec lui, on s'émerveille.... c'est une véritable performance et on rentre chez soi, contents

     

     

     

    Emil Zátopek  (né le 19 septembre 1922 à Kopřivnice en Tchécoslovaquie et mort le 22 novembre 2000 à Prague) est un athlète tchécoslovaque spécialiste des courses de fond, du 5 000 mètres au marathon. Totalisant cinq médailles dont quatre titres olympiques et quatre médailles dont trois titres continentaux, il a également battu 18 records du monde sur des distances variées, devenant le seul homme à détenir simultanément 8 records du monde différents. En septembre 1951, il réalise la prouesse de battre en une seule course 4 records du monde différents. Considéré comme l'un des plus grands coureurs de tous les temps, il a marqué les esprits à la suite de son triplé historique lors des Jeux olympiques d'Helsinki où il a remporté successivement le 10 000 mètres, le 5 000 mètres et le marathon — distance qu'il courait pour la première fois —, performance qui n'a jamais été reproduite depuis. De 1948 à 1954, il dispute trente-huit 10 000 mètres sans jamais en perdre un seul. Il remporte également 15 titres de champion de Tchécoslovaquie sur 5 000 m, 10 000 m et en cross-country.

    Révolutionnaire dans ses méthodes d'entraînement en inventant la course fractionnée, désormais utilisée par la très grande majorité des athlètes de haut niveau, ou en pratiquant régulièrement un entraînement en hypoventilation, Zátopek possédait un style de course atypique, grimaçant et exprimant beaucoup de souffrance lorsqu'il courait. Après la fin de sa carrière, Zátopek, héros national, est discrédité après avoir soutenu Alexander Dubček durant le Printemps de Prague. Obligé à exercer des métiers manuels pendant près de 6 ans qui minent sa santé, notamment dans les mines d'uranium de Jáchymov, Zátopek est réhabilité en 1975 puis honoré par Václav Havel en 1988 qui lui décerne l'Ordre du Lion blanc. Il décède en 2000 à la suite d'une pneumonie. Récipiendaire de la médaille Pierre-de-Coubertin pour son esprit olympique permanent, sur et en dehors de pistes, il est intronisé au Panthéon de l'athlétisme de l'IAAF en 2012.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 8 Mai à 12:09

    Mais cela fait du bien...de courir!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mercredi 8 Mai à 13:12

    Et quand on peut courrir c'est tout bon... malheureusement, ce n'est plus pour moi.

    Bises et bon mercredi, pour moi sous des averses orageuses sous mon ciel breton

    3
    Mercredi 8 Mai à 17:07

    j'ai lu avec plaisir la bio de Zatopek (souvenir lointain). 

    Et j'ai bien aimé : on rentre chez soi, contents.

    Je te souhaite un bon dimanche (ici pluvieux). Bises 

    4
    lenez o vent
    Mercredi 8 Mai à 18:55

    spectacle unique et débordant de vie, il me parait

    Merci, bisous Gazou

    5
    Mercredi 8 Mai à 21:34

    Zatopek est un nom qui me disait quelque chose mais je n'aurais pas su te dire quoi ... je me souviens vaguement maintenant après t'avoir lu !

    amitié .

    6
    Mercredi 8 Mai à 22:11

    Sûrement un excellent moment de détente.

    Merci pour la biographie, je ne connaissais pas.

    Bisous Gazou .Aimée

    7
    Jeudi 9 Mai à 08:09

    Merci pour le partage, Gazou.

    Je me souviens du coureur... mais je n'ai pas vu le spectacle.

    Bisous et douce journée.

    8
    Jeudi 9 Mai à 08:44
    Edmée De Xhavée

    Je savais qui il était, oui oui, moi qui ne m'intéresse pas du tout au sport. Belle idée que d'en faire un spectacle qui doit défiler ... à toute allure!

    9
    Flore
    Jeudi 9 Mai à 08:51
    Il y a bien longtemps que je ne t'ai écrit....Zatopeck! Ou le bonheur de courir. Toute mon enfance mon père nous racontait ses exploits en nous le donnant en exemple quant à sa persévérance ! Toujours un grand bonheur de te lire Solange Tu nous enchante par tes textes si variés et avec toi, on se cultive. Un très grand merci avec un rayon de soleil de Provence !
    10
    nicole 86
    Jeudi 9 Mai à 09:47

    Zatopek, un nom qui a bercé mon enfance, la cendrée, la course fractionnée et ...  tout ce qui, a contrario, était interdit ... l'inaccessible rêve comme chantait Brel.

    11
    Samedi 11 Mai à 14:37
    daniel

    Je me souviens bien de Zatopek quand j'étais jeune…...C'est bien loin !!

    12
    Samedi 11 Mai à 20:46

    Le nom me disait qq chose ! merci de nous le remettre en mémoire !

    L'acteur qui court tout en chantant, et jouant : pas simple !!! il a du coffre, lui aussi !

    Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :