• Constantin Cavafis

     

     

                                                   "  Essaie de les retenir, poète

                                                         Même s'il y en a peu qui s'arrêtent

                                                        Les visions de ton désir;

                                                        Glisse-les, à demi-voilées, dans tes phrases.

                                                        Essaie de les retenir, poète.

                                                        Quand elles surgissent dans ton cerveau

                                                        La nuit ou dans le plein éclat de midi."
       
     

    Constantin Cavafis

    Nationalité : Grèce
    Né(e) à : Alexandrie , le 29/04/1863
    Mort(e) à : Alexandrie , le 29/04/1933
    Biographie :

    Constantin Cavafy ou Cavafis (connu également comme Konstantin ou Konstantinos Petrou Kavafis, ou Kavaphes) est un poète grec.

    A 29 ans, il entre au Service de l'Irrigation du ministère des Travaux publics où il accomplit toute sa carrière, finissant directeur-adjoint. Également courtier à la Bourse d'Alexandrie à partir de 1894, il mène une existence confortable avec sa mère jusqu'au décès de cette dernière, en 1899.

    En 1922 il se retire et passe le reste de sa vie en Alexandrie pour se consacrer à son œuvre et se rendre régulièrement en Grèce. Vers 1930, il habite un hôtel d'Athènes, place Omonia, où il reçoit de jeunes admirateurs.

    Cavafis n'a publié aucun recueil de son vivant. Par contre, il remaniait sans cesse ses textes, et en détruisait beaucoup, surtout ses œuvres de jeunesse. Ainsi, l'essentiel de son œuvre a été composé après sa quarantaine. Cavafis a publié 154 poèmes surtout dans des revues littéraires, auxquels on peut ajouter 75 restés inédits jusqu’en 1968, et 27 autres qu’il avait publiés entre 1886 et 1898 mais reniés par la suite.

    Très peu connu de son vivant, il est désormais considéré comme une des figures les plus importantes de la littérature du XXe siècle.

    Source : Wikipédia

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 9 Octobre à 09:40

    Je découvre ce personnage Gazou. Ce que tu écris le concernant est très intéressant. Bel extrait de ses textes.

    Bises et bon vendredi

    2
    Vendredi 9 Octobre à 09:59

    Comme c'est étrange ces fluctuations de l'opinion... Mais ce poème est très expressif, très inspirant.

    3
    Vendredi 9 Octobre à 10:44
    eMmA MessanA

    Tiens, il faudra que je demande à mon fils (qui a vécu et travaillé à Alexandrie) si ce poète est aimé et surtout reconnu de nos jours dans son pays de naissance par les gens qu'il y côtoyait.
    Merci de nous le faire connaître.
    Passe une bonne journée, Gazou.

    4
    Vendredi 9 Octobre à 15:01

    Merci pour la découverte de ce poète que je ne connaissais pas.

    5
    Vendredi 9 Octobre à 16:29
    renée

    merci de me faire découvrir ce personnage Grec que je ne connais pas du tout malgré toute mes années passé là-bas. Bisous

    6
    Vendredi 9 Octobre à 17:23

    Je ne connaissais pas ce poète.

    Les vers que tu as choisis rendent bien compte d'une forme d'expérience à propos de la créativité. Comment ne pas laisser s'envoler à jamais les visions du désir, selon son expression. Notamment lorsqu'elles sont fugaces et nocturnes.

    J'ai un peu cette expérience.

    J'ai bien aimé.

     

    7
    Vendredi 9 Octobre à 21:16

    Merci Gazou de m'avoir fait découvrir ce poète.

    Bel extrait d'un de ses écrit.

    Il avait une vie bien remplit.

    Bisous Aimée

     

    8
    Samedi 10 Octobre à 12:31

    Une découverte pour moi Gazou ! Bon week end

    9
    Samedi 10 Octobre à 17:22

    le poème que tu nous soumets me plait même si son auteur m'est inconnu ... j'aimerais pouvoir retenir toutes ces pensées qui me viennent au détour d'un moment propice ... et que j'oublie dans l'heure ...

    amitié .

    10
    Dimanche 11 Octobre à 11:05
    daniel

    Une découverte!! Je ne connaissais pas du tout !

    11
    Lundi 12 Octobre à 10:39

    Merci pour cette découverte Gazou, la poésie est à consommer sans modération il me semble... Lumineuse journée à toi.   brigitte

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :