• Combat intérieur


       A l'intérieur de moi
       deux petites voix

    L'une dit: à quoi bon?
    A quoi ça sert tout ça?
    Faut que ça s'arrête!


         
    Et l'autre dit.: ah ! que c'est bon
        la VIE

    Quelle merveille,quelle joie
    Chaque jour est nouveau
    chaque jour nous étonne.



    L'une dit: ne bougeons plus,
    Attendons la fin.

    Et l'autre,  légère et papillonnante
    ne cesse de voltiger,
    de danser,  de s'émouvoir, de s'attendrir, de s'épanouir,
              d'inventer.

     

     Quand la première prend le dessus,                

    je m'enlise.

    Quand la seconde triomphe,

    tout devient simple et facile.



    Si je fais taire la première,

    si je lui déclare la guerre,

    quand je crois l'avoir vaincue

    la voilà qui se venge et m'assaille

    .

    Alors peut-être vaut-il mieux l'écouter
    lui dire qu'on l'a entendue
    la consoler avec des mots très doux,


    Lui dire aussi qu'elle se trompe
    qu'elle n'a pas besoin d'être aussi méchante
    et qu'elle ferait mieux de chanter en harmonie avec son double.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Avril à 10:18
    eMmA MessanA

    Le fait même que tu écrives ces mots, démontre que la voix qui chante a gagné !

      • Jeudi 13 Avril à 12:10

        Je suis d'accord avec eMmA.

        Ton poème est très beau, Gazou.

    2
    Jeudi 13 Avril à 10:28

    Quel beau poème ! Le poème est toujours la voix de l'être intérieur réel et bien sûr c'est lui qu'il faut écouter...

    3
    Jeudi 13 Avril à 10:52
    Edmée De Xhavée

    Jolis mots pour parler du duel qui souvent se déroule dans notre sein.

    Je le connais aussi, et tout le monde le connaît, le vit et apprend à être le temple de cette dualité. Je déteste cette jument de nuit qui me fait enfourcher un balai et courir dans tous les sens, échevelée de peur, menaçant de me fracasser sur les murs, et heureusement j'arrive toujours à l'apaiser, à m'apaiser et à lui dire "quelles folles nous avons été".

    Je pense que sans la reconnaissance de cette lutte, on serait de ridicules fleurs bleues dans le monde merveilleux de Disney ou d'indécrottables "pieds sur terre" de préférences boueuse et spongieuse, aspirante et tout et tout. 

    Bon week end de Pâques!!!

    4
    Jeudi 13 Avril à 14:16

    très beau texte

    et réflexion profondément juste

    bravo Gazou.

    5
    Evy
    Jeudi 13 Avril à 14:33

    Magnifique poème bonne journée bisous

    6
    Jeudi 13 Avril à 19:25

    Ces mots expriment très justement ce que disent ces deux voix qui nous habitent. Chacune a son mot à dire .

    La voix grise et la voix multicolore . Les laisser s'entremêler , et laisser les couleurs remonter à la surface , à la lumière

    Pour voir la beauté .

    Merci Gazou

     

     

    7
    Jeudi 13 Avril à 20:32

    Bonsoir Gazou
    Ton poème me parle, j'ai deux voix qui se disputent fréquemment aussi en moi. Mais c'est toujours la plus sage qui a le dessus, enfin jusqu'à présent. :-)
    Bonne soirée à toi.

    8
    Samedi 15 Avril à 15:26

    c'est génial ta solution. Et lorsque la petite voix "miss catastrophe" intervient, c'est un signe que nous nous faisons du souci ... et le souci ne sert qu'à nous emberlificoter. Bises 

    J'ai beaucoup aimé les tableaux d'I. Guerra et j'en ai mis deux sur ma colonne de droite. 

    9
    Samedi 15 Avril à 17:23
    Daniel

    Et accepter cette deuxième voix !!

    10
    lenez o vent
    Dimanche 16 Avril à 17:58

    belle réflexion posée en cours de résolution positive

    ( dualité yin-yang)

    bises Gazou

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :