• 5-juillet-2007-006.jpg

     

     

    Aujourd'hui n'est pas un jour banal

    Aujourd'hui je clos la parenthèse de ces 4 semaines  de repos  à Dieulefit, je quitte  des gens que j'ai appréciés pour leur savoir faire, pour leur gentillesse , pour leur écoute discrète..Je quitte un lieu de paix pour reprendre la vie à la maison, chez moi, y retrouver mes joies et mes soucis quotidiens et c'est vrai que je suis très heureuse d'y revenir mais quand même cette maison de santé où je n'avais aucune envie de venir au départ, je sens bien que je vais en garder un très bon souvenir...

     

    Et aujourd'hui, c'est aussi les quatre ans de ce blog, ce n'est donc pas un jour banal....Que d'heures passées à écrire, à répondre, à lire les blogs amis...Et je ne regrette rien..Certains ne comprennent pas ..Tant de temps passé...quel intérêt !  Mais peu importe qu'ils comprennent ou non !  Moi, je sais que c'est du bonheur, quelques amis de plus et je vous remercie....


    39 commentaires
  •   Je revenais du village et j'étais déjà dans le chemin qui conduit au Centre..Je rencontre un vieux monsieur qui me dit bonjour et me demande où est le village de Dieulefit

    -J'en viens , lui dis-je et je lui montre la direction.

    -Vous êtes sûre, moi, ça fait trente ans que je le cherche..Puis il ajoute, goguenard : Je vous dis ça mais c'est juste pour dire  trois mots  parce que ça fait plus de trente ans que j'habite par là et,si vous voulez savoir, je venais souvent ici..parce qu'il faut quand même que vous le sachiez :ici, c'était une ferme avant...

      Elle était habitée par une famille italienne..Ils avaient un ou deux enfants quand ils sont arrivés et puis ils en ont eu une dizaine..Les deux aînés , Charles et Alfred , sont restés.. et les autres sont partis ailleurs....Il y avait des vaches qui pâturaient là...Les deux grands chênes étaient juste devant la ferme et ce grand cyprès, il bordait le jardin...Et moi j'aimais bien venir , tous les jours, je bavardais avec la vieille maman, elle parlait un mélange d'italien et de français mais je la comprenais bien...Et puis elle est morte,les deux fils ont continué..et puis ils ont vendu le terrain à la société qui a fait construire le Centre et maintenant ils se trouvent à la maison de retraite de l'hôpital..

      .Et moi, j'ai été soigné ici , il y a trois ans, quand j'ai eu des problèmes cardiaques...Oh ! on me connaît bien..Et maintenant, je fais ma promenade tous les jours...On m'appelle le Louis, tout le monde me connaît...

      Il s'inquiète de mes problèmes de santé, me demande si je suis bien soignée, me dit au revoir trois ou quatre fois avant de s'éloigner...

      Tout ça, c'était juste pour dire trois ou quatre mots...mais aussi parce qu'il adore parler aux gens et parce qu'il éprouve le besoin de transmettre  ce qu'il sait du passé, de ce passé qu'il regrette et qu'il voudrait bien ne pas voir mourir complètement....


    33 commentaires
  • Bizarre chose que l'énergie !

    Hier, je crois avoir compris quelque chose d'important.

    Je me sens fatiguée, très fatiguée à plusieurs moments de la journée...

    Je regagne ma chambre après le repas du soir, il n'est pas encore vingt heures...

    Et au lieu de me dire comme les autres soirs, il est trop tôt pour aller se coucher, j'accepte l'état lamentable dans lequel je me trouve et je m'allonge sur le lit quelques minutes...Peut-être même j'ai un peu dormi...

    Je me relève un quart d'heure plus tard, me plonge dans un livre et la fatigue s'envole tout à fait..et deux heures plus tard, je suis en train d'écrire et je suis en bonne forme... et quand même contente de me coucher.

     

    Il me faut apprendre à à gérer ces fatigues impromptues et irrésistibles...En les acceptant, j'en sors beaucoup plus vite.

    Il me faut aussi apprendre à gérer le souffle, pratiquer spontanément cette respiration ventrale profonde dès que le souffle se cabre;

    Il me faut aussi apprendre la lenteur.


    34 commentaires
  •   C'était mon voisin de table. à présent il est reparti chez lui.

      Il me dit : "Le premier jour où je suis arrivé ici, je n'étais pas heureux...On me poussait dans une chaise roulante, ,j'avais honte,moi ! Et je me suis trouvé avec trois autres personnes à table et elles ne disaient pas un mot...Il y en avait un qui nous regardait par dessus ses lunettes et puis piquait le nez dans son assiette...J'ai passé trois jours sans parler..Puis un jour, j'en ai sorti une et toput le monde s'est mis à rigoler et à parler....Et maintenant, je vais retourner chez moi, mais je ne suis plus le même homme, j'ai toujours envie de rigoler...J'ai acheté un paquet de nougats pour les infirmières, pour leur gentillesse à supporter mes gaudrioles..."

       Il était content de rentrer chez lui, certes,mais  quand même un peu nostalgique du temps passé ici....ce temps qui lui avait permis de se retrouver...


    24 commentaires
  •  C'est avec tant de conviction et d'enthousiasme

       qu'elle envisageait ce qu'elle serait devenue dans dix ans, dans vingt ans

        Que...moi l'écoutant,

          je sentis naître en moi

           une joyeuse envie de vivre

               encore quelques années

                          pour partager son bonheur.


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique