• 7 décembre

    7 décembre

    C'est l'anniversaire de mon plus jeune fils,

    L'anniversaire de son arrivée sur terre

    et, 19 ans plus tard, l'anniversaire de son départ.

    mais dans nos coeurs, il est toujours vivant  et il nous appartient de le garder vivant parmi nous.

    La frontière entre les vivants et les morts n'est pas si étanche... et on peut communiquer avec eux sans paroles, sans vision,

    simplement en  gardant  précieusement la petite flamme de notre amour...

     

    Je relis ce que j'avais écrit, à cette date, la première année où j'ai commencé ce blog, c'est-à-dire en 2007.

     

     

    le 7 décembre 2007

    Joie et douleur mêlées...Je me dis que , enfin tu ne souffres plus, enfin je ne suis plus morte d'inquiétude...

    Le pire est arrivé, il n'est plus à craindre..

    Mais c'est intolérable, on ne met pas au monde un enfant pour, quelques années plus tard, le porter en terre...

    il y a maldonne,il faut recommencer la partie mais rien ne se recommence et tout se vit...

    Et tu es là, derrière mon épaule , et surtout au plus profond de moi, et tu me dis:

    " tout ce que je n'ai pas vécu, vis le à ma place, tout ce que je n'ai pas admiré, admire le pour moi".. .Si je me laissais aller,ce serait comme si je te faisais mourir une seconde fois...Alors, je vis mon enfant, je vis !

     

    le 23 décembre 2007

    Tu es l'absent présent.
      Je ne te cherche plus, tu t'imposes à moi. Chaque fois que je prépare ma valise pour quitter la maison,c'est comme si tu te glissais dans mes bagages incognito, et je te découvre à l'arrivée et tu ris de ma surprise et tu me dis:"toi qui aimes écrire,qu'attends-tu pour me redonner la vie?"
      -Mais,mon petit,c'est difficile,bien sûr que je brûle d'écrire un poème à toi dédié
    mais il y a eu ces trois années sombres avant que tu ne nous quittes et nous avons failli sombrer ensemble dans la folie et dans la peur? Comment nous retrouver?
      Et tu me réponds avec ton fin sourire:"ne te décourage pas, tout a un sens, je ne suis pas venu au monde pour rien...cherche mais surtout aime la vie, c'est un cadeau trop immense pour le négliger,c'est parce que je l'aimais trop que je l'ai quittée, je ne pouvais pas me contenter de faire semblant,vis pour moi, tu me réjouiras"

    Toi qui voulais une seconde naissance,je suis dans l'attente de toi, je veux te la donner,car de ta mort doit jaillir la VIE. Je sais que tu attends cela, que cela est nécessaire pour que le drame de ta mort ne soit pas rejoué encore. L'ombre est là pour que tu en fasses de la lumière. Ta mort doit devenir source de VIE.

    Ainsi ,tous ces liens qui se sont créés ou qui se sont fortifiés depuis que je parle de toi, n'est-ce pas de la vie qui circule...Merci à tous ceux qui m'ont envoyé des commentaires ,des mails....Je n'espérais pas tant de chaleur, tant de partage, tant de compréhension...Merci infiniment et BON NOEL à tous...Croyants ou incroyants,peu importe...Vivons la vie et le partage.

     

     

    Cette année, il y aura 20 ans que tu es notre absent présent.

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 7 Décembre 2015 à 17:50

    J'ai lu avec les larmes aux yeux, ce poème en prose, si émouvant écrit pour ton fils.

    Je trouve tes mots de tendresse et d'amour maternel  plein de vie, il faut donc que tu vives pour qu'il continue à vivre.

    Bien amicalement

    2
    Lundi 7 Décembre 2015 à 19:09

    Un double anniversaire que tu évoques avec une sensibilité extrême.

    Nous nous joignons à ton émotion.

    3
    Lundi 7 Décembre 2015 à 19:44
    aude terrienne

    Tu es une femme intelligente et ton fils a eu de la chance de venir de toi.

    Mille pensées chaleureuses.

    4
    nicole 86
    Lundi 7 Décembre 2015 à 20:17

    Bonsoir Gazou,

    j'aurais tellement aimé que maman écrive tes mots, elle n'en a jamais eu la force. J'aurais aimé avoir une maman vivante. Je n'ai appris que très tard pourquoi elle n'était pas comme les autres mamans.

    Je veux te dire que, ce soir, pour moi, tes mots sont source de VIE. Merci et les yeux sont un peu embués.

    Je t'embrasse.

    5
    Lundi 7 Décembre 2015 à 20:35

    C'est émouvant. Peut-être as-tu de l'apaisement encore à accueillir ... Merci pour ce que tu es.

    6
    coumarine
    Lundi 7 Décembre 2015 à 21:55

    c'est beau ce que tu as écrit Gazou, c'est fort et vivifiant

    Ton absent présent chéri est là, nous le sentons

    Je suis émue à la lecture de ton billet, Gazou...

    Merci pour la force qui s'en dégage et qui vient nous nourrir

    7
    Mardi 8 Décembre 2015 à 01:03

    C'est très touchant. Une blessure dont on ne guérit jamais.

    8
    Mardi 8 Décembre 2015 à 08:30

    Bonjour. C'est extrêmement difficile de lire ça, trop émouvant pour moi, MAIS, je retiens une chose, ces mots qu'il vous murmure : "tout ce que je n'ai pas vécu, vis le à ma place, tout ce que je n'ai pas admiré, admire le pour moi"

    J'admire vraiment la façon dont vous vivez cette perte (qui n'en est pas totalement une, au fond), dont vous vous nourrissez de la vie pour qu'il ne l'ait pas quittée pour rien... 

    Je vous souhaite une excellente journée.

    FP

    9
    Mardi 8 Décembre 2015 à 08:46

    Que dire ? 

    Silence et recueillement devant tant d'AMOUR

    Merci Gazou

    10
    Mardi 8 Décembre 2015 à 08:54
    eMmA MessanA

    A la lecture de ton hommage pour ton fils, je sais qu'il a continué de grandir à travers la tendre et douce maman que tu es. Il s'est enrichi de tout ce que tu as vécu ici-bas et lui, t'a insufflé la force nécessaire pour demeurer intacte, une femme qui sait où puiser ses joies et les partager.

    Merci de nous montrer le chemin.

    eMmA

     

    11
    Mardi 8 Décembre 2015 à 09:20

    Oui, nou avons ainsi des épreuves qui restent gravées dans notre chair... et qui régulièrement redeviennent actuelles...  Mais ils ne reviendrons pas,c'est nous qui irons vers eux les retrouver, ce jour approche....

    12
    Mardi 8 Décembre 2015 à 09:43

    Bonjour,

    Comme tu le dis si bien, les êtres chers disparus ne sont qu'absents physiquement. Et, ce n'est pas dans notre tête qu'ils nous accompagnent mais dans notre cœur. Tout cela prends du temps, mais une fois franchi ce cap, la communication s'installe, nous sommes apaisés et ils font partie de nous.

    Gros bisous

    13
    Mardi 8 Décembre 2015 à 10:44
    Daniel

    C'est très, très émouvant. La perte d'un enfant est une épreuve terrible. Tes mots sont forts !

    14
    Mardi 8 Décembre 2015 à 13:55
    Edmée De Xhavée

    Bien entendu, comment ne pas sentir la cuisante tristesse dans ce double anniversaire? Surtout l'évocation si pudique que tu fais du départ de celui qui devenait instantanément l'absent-qui-est-toujours-là. 

    Oui je sais, le contact reste, et en effet on ne vient pas pour rien. Et la mort n'est pas une punition, mais un passage, et une horrible épreuve pour ceux qui ne peuvent suivre tout de suite. Mais on sait qu'on est attendu sans impatience, qu'on nous accueillera. Je sens ça surtout avec ma mère, en fait je ne le sens pas avec mon Papounet que pourtant j'aime énormément, mais ma mère m'est sans doute plus proche pas des fluides intimes, et voilà... elle m'attend en lisant de bons livres et en papotant.

    Bon anniversaire alors à ce beau jeune homme absent mais toujours là, et bonne moisson à tout ce qu'il a semé...

    15
    Mardi 8 Décembre 2015 à 19:13

    Je découvre ton blog.

    Je partage ta peine. Je t'adresse des pensées de douceur et d'amitié.Bonne soirée.Seringa.

    16
    Mardi 8 Décembre 2015 à 19:23

    Entre bonheur et tristesse, mais garder en mémoire fait qui vit encore

    17
    Mardi 8 Décembre 2015 à 21:59

    Tes propos et tes messages à ton fils aimé sont très émouvants et ton courage est admirable . Je t'adresse ma plus chaleureuse sympathie

    18
    Mercredi 9 Décembre 2015 à 08:31
    Beaucoup d'émotion à te lire et une envie folle de vivre.

    Merci
    19
    Mercredi 9 Décembre 2015 à 08:54

    Un p'tit bonjour

    Jean

    20
    Mercredi 9 Décembre 2015 à 19:52

    Je ne peux rien dire... j'ai les larmes aux yeux.

    21
    Mercredi 9 Décembre 2015 à 21:46
    erato:

    Je suis très émue , ta volonté de le garder vivant en toi est magnifique , je m'associe à ton Amour.

    Belle soirée Gazou

    22
    Jeudi 10 Décembre 2015 à 17:59

    et oui tu as parfaitement raison et des dates difficiles à passer

    23
    Jeudi 10 Décembre 2015 à 20:39
    cathycat33

    Où qu'il soit, il doit être très fier de toi car depuis que je lis tes lignes je trouve en toi une grande richesse et je comprends mieux maintenant ce qui contribue à te donner cette force. Tu lui rends un bel hommage même si... mais je suis sûre que derrière ton épaule il t'insuffle amour, courage et espoir. Gros bisous

    24
    salvatore1
    Dimanche 13 Décembre 2015 à 18:36

    il est dans tes pensées et c'est comme s'il était vivant

    paroles très belles et touchantes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :