• LE TABLEAU DU SAMEDI et vos participations-

     

    Résultat de recherche d'images pour "Le semeur de Van Gogh" peint en 1888,

    au musée Marmottan jusqu'au 7 février 2016

     

    Le semeur est tout petit

    C'est la terre qui tient toute la place du tableau. elle est est aussi travaillée au pinceau que par le soc de la charrue...

    Mais ce qui étonne, c'est que la terre est blonde comme au printemps alors que le tableau a été peint en automne et que la terre vient d'être labourée

    Le peintre veut évoquer l'espoir du semeur qui pense à ce que la terre va devenir....L'image du semeur comptait beaucoup pour Vincent, il nous voit tous comme" des petits semeurs dans le monde"

     

     

     

     

     

    Afficher l'image d'origine

      L’œuvre de Vincent a évolué et la couleur est devenue le véritable langage de ses tableaux.

    L’explosion du jaune et du violet sur la toile de 1888 n’a rien à voir avec le dessin sombre de la période hollandaise.

    Le semeur au soleil couchant (novembre 1888) au musée d'Amsterdam

     

    . Ici nous pouvons observer une utilisation encore plus dramatique des couleurs. Il n’y a plus de joie de la toile précédente, les couleurs s’éclatent pour annoncer la tragédie du peintre et l’état de désespoir de son âme torturée.

     


    22 commentaires

  •  

     

    Toujours alerte avec ses 104 ans, Robert Marchand a effectué en vélo une partie d'une étape du prochain Tour de France 2016. Malgré le froid et le vent, il a roulé une vingtaine de kilomètres sans difficulté dans les Gorges de l'Ardèche.

    • Par Nicolas Ferro
     
    Robert Marchand sur son vélo sur la route touristique des Gorges.

    Robert Marchand sur son vélo sur la route touristique des Gorges.

     
    Ce jeudi 26 novembre, Robert Marchand fête ses 104 ans. Pour l'occasion, les bénévoles de l'Ardéchoise lui ont fait un beau cadeau : celui de reconnaître ensemble une étape du prochain Tour de France. Précisément, une partie du contre-la-montre prévu entre Bourg-Saint-Andéol et la Caverne du Pont-d'Arc en 2016.

    Malgré le froid et le vent, le départ est donné à Saint-Remèze pour une ballade d'une vingtaine de kilomètres. Robert Marchand est un peu inquiet mais toujours vaillant. L'équipée rejoint rapidement la route touristique des Gorges de l'Ardèche et marque un arrêt au belvédère du Serre de Tourre et au fameux Pont d'Arc. La descente terminée, Robert Marchand est rassuré et poursuit jusqu'à Vallon-Pont-d'Arc où des enfants d'une école primaire lui posent quelques questions.

    Les 104 ans de Robert Marchand

    Les enfants de l'école du Pont d'Arc l'accueillent en chanson


    Déterminé à aller jusqu'au bout, il reprend le guidon pour la montée jusqu'à la Caverne du Pont-d'Arc.
    Quatre kilomètres de côte qui n'ont pas altéré le Monsieur. Chapeau Robert !  

    Pour son anniversaire, Robert Marchand s'offre une étape du Tour de France 2016 en Ardèche

     

     

    Dans le mail que j'ai reçu, il y avait aussi une vidéo que je n'ai pas su installer...Les enfants de l'école lui souhaitaient un bon anniversaire et lui demandaient comment il faisait pour, à 104 ans, faire encore du vélo et il a répondu simplement qu'il fallait user de tout et n'abuser de rien...Bon !!!  ça fait quand même plaisir de voir des gens comme  lui qui savent si bien profiter de la vie !


    19 commentaires
  • Quelques devinettes reçues aujourd'hui et que j'ai trouvées amusantes, je les partage avec vous

     

    Quelle est la différence entre une girouette et un horloger ?
     La girouette montre les vents et l' horloger vend les montres.
     

    Quelle est la différence entre un enfant qui fait des bêtises et un sapin de Noël ?
     Aucune !  Les deux se font enguirlander.  
     

    Quelle est la différence entre un homme et une calculatrice ?
     On peut toujours compter sur une calculatrice.
      
     Quelle est la différence entre la lettre A et le clocher de l' église ?
     La lettre A, c' est la voyelle et le clocher, c' est là qu' on sonne.
       
     Quelle est la différence entre un cendrier et une théière ?
     Le cendrier c' est pour des cendres, la théière c' est pour mon thé... 


    13 commentaires
  • Samia Orosemane, le rire comme bouclier contre la haine

    Par Sophie Granel @Culturebox

    Samia Orosemane dans son "Message aux djihadiste".

    Samia Orosemane dans son "Message aux djihadiste".

     

    En janvier dernier, son message décapant aux terroristes avait fait le buzz sur Internet. Aujourd’hui, alors que Paris est à nouveau la cible de la haine, Samia Orosemane maintient le cap. Pour cette jeune Française d’origine tunisienne qui porte le voile, le rire est un rempart à l’horreur. Son spectacle "Femme de couleurs" est à découvrir jusqu’au 28 décembre au Point Virgule.

    Reportage : M.Buzon / F.Le Moing / P.Gomez
     
    Porter le voile en cette période troublée, ça n’est pas forcément évident, mais Samia Orosemane en a fait une force. La force du comique. A grand renfort d’autodérision, la jeune stand-uppeuse entraine le spectateur dans son univers coloré.

    Née dans le 19e arrondissement de parents tunisiens, l’humoriste a vécu toute sa vie dans ce Paris cosmopolite aujourd’hui attaqué. Face à la peur et à la haine, elle brandit son humour. "Le rire est une soupape", explique-t-elle. "Avec le rire on déconstruit la peur, on réunit, on rassemble".

    Contre l'amalgame 

    Ce voile qu’elle a commencé à porter à l’âge de 22 ans par amour pour un homme, fait désormais partie intégrante de ce qu’elle est. Une Française musulmane qui ne se reconnait absolument pas dans ces "cinglés, ces malades mentaux  qui se prétendent islamistes juste pour commettre leurs méfaits". C’est en ces termes qu’en 2014 (avant même les attentats de janvier 2015) elle s’adresse aux djihadistes dans une vidéo hilarante qui se répand sur la toile comme une trainée de poudre. 
     
    Grâce à son humour, Samia Orosemane a vaincu les réticences liées à sa religion. Sa "Femme de couleurs" est une ode à la tolérance et au vivre ensemble. Quant à ceux qui s’arrêtent encore à son foulard, elle leur répond avec un grand sourire : "tant que les gens n'enlèveront pas le voile qu'ils ont devant les yeux, moi je n'enlèverai pas celui que j'ai sur la tête".
     
    Samia Orosemane "Femme de couleurs" les dimanches et lundis jusqu’au 28 décembre au Point Virgule
    7 rue Sainte-Croix de la Bretonnerie
    75004 Paris

     


    18 commentaires
  • Il nous dit : "Jusqu'à quinze ans,  toutes mes idées venaient de ma mère, je n'avais aucune pensée personnelle,.

    Je suivais la ligne qu'elle m'avait tracée sans me préoccuper de savoir si elle me convenait vraiment...Aussi quand, après le bac, je décidais de suivre des études de médecine, j'éprouvais un sentiment de légitime fierté car c'était moi qui avais fait  ce choix.

    Mais quelques années plus tard, alors que j'étais malade, un souvenir d'enfance me revint, souvenir que j'avais enfoui au fin fond de ma mémoire et que j'avais totalement oublié...Je me suis revu, à l'âge de neuf ou dix ans, le docteur était venu me voir car j'avais une bonne fièvre...Et lorsqu'il était parti, ma mère avait dit : "Pédiatre, c'est un bon métier"

    Or, c'est justement ce que j'avais choisi comme spécialité, j'étais devenu pédiatre...

    Je m'étais donc illusionné en croyant avoir choisi librement mon métier...Je me suis enti très déçu en faisant cette constatation. "


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires