•  Avec ta mine de papier mâché

    ton visage long comme un jour sans pain

    tu ressembles à un qui s'en allait guerroyant

    contre tous les moulins à vent.

    Toute ton énergie tu la passes dans un combat perdu d'avance

    et tu te sens seul et incompris

    bien que tu sois au milieu de tes amis...

     

    Pourquoi te battre avec les armes de ceux d'en face?

    Et pourquoi, de petitesse en petitesse,

    avancer la bouche pleine de fiel?

    Tu te déssèches,

    tu t'aigris,

    tu te désertifies.

    Et le lieu que tu veux défendre se rabougrit avec toi.

    Ami, prends un peu de hauteur,

    sois large et génèreux,

    délaisse la révolte stérile,

    cesse les combats inutiles

    et invite les tous à la rencontre.

    A te voir si joyeux, ils s'approcheront.

     

    Crois naïvement à la fête.


    18 commentaires
  • Mon ami Gérard me demande d'annoncer la vidéo projection "Contez-moi Crussol" qui aura lieu le 9 décembre à 19 heures 30 à la M J C Châteauvert à Valence .

    Crussol étant un lieu magique où demeurent les ruines d'un vieux château que l'on peut apercevoir de loin

     

    6246282880_4d26923bcf.jpg

     

    J'en profite pour publier à nouveau ce poème écrit il y a déjà quelques années

     

    Il était une fois sur une colline 
    un magnifique château en ruines.

    Il était une fois un exilé
    qui se souvenait
    que sur des terres lointaines,
    il avait autrefois été un seigneur.

    Un jour,il arriva ce qui devait arriver.

    Le château rencontra le seigneur exilé
    et il en tomba éperdument amoureux.

    Alors,il lui tendit les bras,
    il l'embrassa,
    il le capta,
    il l'entoura,
    il l'encercla,
    il l'emprisonna ou il le libéra,
    je ne le sais pas.

    Toujours est-il que désormais,
    le seigneur exilé ne fut plus ce qu'il était,
    un  errant sans frontières,
    un seigneur sans château,
    un exilé déraciné et fuyant le danger.

    Il avait désormais une terre
    et il voulait la magnifier
    et il voulait y attirer 
    le monde entier.
    Et il voulait tout sacrifier,
    son amour et sa vie,
    plus rien ne comptait,
    seule l'oeuvre existait.

    Etait-ce oeuvre de vie,était-ce oeuvre de mort,
    je ne le sais pas,je  ne le sais pas.

    359977523_7e123ccf3a.jpg
    Le temps passa,le temps passa

    Un jour,m'a-t-on dit,
    le seigneur exilé,
    comme une pierre dans le ciel,
    se transforma
    comme une pierre dans le ciel.

    Et alors il découvrit
    que le plus beau château,
    c'est celui qu'il faut construire,
    à l'intérieur de soi.
    Et il s'en alla vers son avenir,
    comme une pierre dans le ciel.

    Ce conte serpente comme un ruisseau,
    nous l'avons conté à des seigneurs.



    image flickr


    47 commentaires
  • img053.jpg

     

    Cette nuit,j'ai terminé ce livre de Lyonel Trouillot :"La belle amour humaine"

     

    C'est un livre plein de poésie et de lumière,

    c'est aussi un livre plein de réalisme.

     

    Une jeune femme arrive dans l'île et cherche les traces de son père qu'elle ne connaît pas puisqu'elle avait 3 ans lorsqu'il est mort et sa mère n'a jamais eu envie de lui aprler de lui...Elle vient sur le lieu où il a passé son enfance et son adolescence pour que ceux qui l'ont connu lui parlent de lui...Elle vient aussi comme lui dit son guide pour répondre àcette question : Est-ce que je fais un bel usage de ma présence au monde? Est-ce que je contribue un peu à produire des merveilles?

    Je vous livre quelques extraits

     

    "Là-bas, à vivre de mer et d'arc-en-ciel, les couleurs souvent leur suffisent. Ils savent rester des journées entières à arpenter leur bord de mer sans mettre des mots sur leurs pensées. Ce n'est pas comme ici où la vie a peur du silence."

     

    "Un jour, vous aussi, vous mourrez.Quand viendra l'heure, posez-vous la question qui compte :Ai-je fait un brel usage de ma présence au monde? Si la réponse est non, ce sera trop tard pour vous plaindre comme pour changer. Alors, n'attendez pas..."

     

    "Il souriait tout le temps mais ce n'était pas un vrai sourire, juste une devanture. Il y avait quelque chose en dessous qui n'invitait pas au partage."

     

    "Quand on passe sa  vie à recevoir des coups de pied au cul, cela finit par transparaître sur le visage."

     

    "La parole sert parfois à trouver les mots, à les sortir de leur cachette afin qu'ils nous aident à nous révéler à nous-mêmes"

     

    "Que dira-t-elle? Qu'au bout de son voyage, elle aura rencontré la superbe, criminelle, naïve, contagieuse et si simple obsession d'un devoir de merveille ?...Tous les lieux sont bons pour jouer  sa partition dans la musique du monde."

     

     

     

     


    19 commentaires
  • img052.jpg L'autre jour, revenant de chez notre fille, nous avons décidé de prendre le chemin des écoliers...nous passons , souvent, sans nous arrêter, près de lieux qui , pourtant, méritent un détour....

    Ce matin-là, nous passons par le lac de Paladru mais le brouillard est si intense que cela nous dissuade de faire halte...

     Une heure après, le soleil apparaît...Nous aurions dû attendre..Tant pis, ce sera pour une autre fois.

     Mais voilà que, sur notre droite, un panneau indique "Notre Dame de L'Osier"...que se cache-t-il  derrière  cette appellation incongrue ?

     Nous arrivons dans un petit hameau...mais il y a une mairie et une église..nous entrons, nous admirons son élégance

     

     

    img051.jpg

    Que s'est-il donc passé pour que ce lieu devienne terre de pélerinage?

    C'est en1649, un brave huguenot part tailler ses osiers...Or, c'est un 25 mars, jour chômé à cette époque...Et voilà que le bois qu'il taille se met à saigner et que la Vierge lui apparaît et lui demande de "changer d'état" .Ce n'est que, peu de temps avant sa mort qu'il décide de devenir catholique...Mais peu importe sa religion ou sa non religion..Il lui a simplement été demandé de "changer d'état "

    Terre de conversion intérieure, de retournement, comme une terre labourée, lieu de calme propice à une réflexion, tout promeneur passant par l'Osier est invité à cette démarche...C'est ce que nous explique la petite brochureque nous trouvons dans l'église.

     

    img050.jpg                                                                                                                                                                                                                               

      Dans le tympan de la basilique, il y a ce vitrail qui nous montre Pierre Paul-Combet en train de tailler son osier.

    D'autres vitraux nous détaillent l'histoire;

     

     Face à l'église,là où la Vierge est apparue, un oratoire est construit en 1667 et un tour est érigée un peu plus tard.

    Nous continuons la promenade jusqu'au cimetière et là, nous arrivons au bout du chemin..Il y a un banc qui s'offre à nous, face à un beau paysage un peu sauvage...à l'abri du vent, au soleil...Nous y passons un moment délicieux..Un chat surgit et quémande nos caresses.

    Nous repartons, contents de notre halte....


    9 commentaires
  • Je suis seule  dans ma maison,

    enveloppée de silence.

    Libre de mon temps.

    Libre de choisir  de qui je veux être à l'écoute.

    Je prépare la soupe pour ce soir;

    Je prépare le pain.

    Et j'écoute "Etonnez-moi Benoît" à la radio.

    Et, aujourd'hui, c'est le dessinateur Sempé

    qui est l'invité

    et qui partage avec nous

    ses goûts en musique et qui évoque

    les grands et petits bonheurs de sa vie,

    comme sa rencontre avec Count Basie

    à qui  il a dédicacé un de ses livres.

    Hier, sur le journal, je lisais qu'il avait eu une enfance malheureuse

    à cause des disputes incessantes entre sa mère et son beau-père

    et des dettes qui s'accumulaient et les obligeaient à fuir

    pour échapper aux créanciers.

    Mais nulle trace dans ses dires de ce passé difficile.

    Il préfère égrener les  petites joies qui viennent à lui

    et nous faire part de ses émerveillements.

    C'est une grande paix qui m'envahit.

    Les paroles de Sempé se déposent dans le silence de la maison.

     

    Précieux  sont ces moments de solitude habitée...

    Ce soir, quand il rentrera, peut-être pourrons-nous les partager.

     

     

     


    21 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires