• D'après Tchouang-Tseu(sage taoïste chinois)

     

    "Dans son sommeil, un homme rêve qu'il est papillon.

    Il voltige de fleur en fleur, il butine, ouvre et referme ses ailes.

    Il a la légèreté du papillon, sa grâce, sa fragilité.

    Soudain, il se  réveille et s'aperçoit avec étonnement qu'il est un homme.

    Mais est-il un homme qui vient de rêver qu'il est un papillon?

    Ou bien est-ce un papillon qui rêve qu'il,est un homme ?"

     

     

     

    Et vous, vous arrive-t-il parfois de douter de votre réalité?


    30 commentaires
  • Je l'avais découvert, il y a quelques années au théâtre.

    J'en gardais le souvenir d'un moment de qualité.

    Il y a peu, j'ai eu l'occasion  d' écouter une lecture de cette nouvelle de Stefan Zweig .

    C'était dans un joli parc boisé, à Mirabel et Blacons

    Et cela nous était proposé par la Compagnie de la Muse Errante.

    La lecture était très prenante...La comédienne devient l'inconnue

    et toutes les émotions se lisent sur son visage;

    sa voix aussi est très expressive.

    Le vent lui aussi joue sa parttion par moments et l'oblige à hausser la voix;

    et le drame n'en devient que plus fort.

    Comment ne pas être pris, emporté dans cette histoire étonnante

    d'un amour passion qu'une jeune fille éprouve, sa vie durant, pour un homme qui, jamais, ne la reconnaîtra.Comment ne pas s'interroger devant l'absolu d'un tel amour : folie pour les uns, merveille pour les autres...

    Je suis encore plus touchée que lorsque je l'avais vu pour la première fois au théâtre.

    Une simple lecture peut vous emmener très loin.


    17 commentaires
  • "Je ne trouverai que si je joue.Trop de "il faut" me coupe les ailes.
    il faut jouer,toujours jouer,écrire librement !
    Toi aussi,joue !"

    "De rêveurs,vous deviendrez éveilleurs
    .Vous devez arriver à ce point
     Que quiconque vous regarde - s'éveille."

    Je viens  de relire "Le Testament de l'Ange" où Bernard Montaud raconte les derniers jours de Gitta  Mallasz...Gitta a écrit les "Dialogues avec l'ange",cet extraordinaire récit qui narre la rencontre pendant la guerre,en Hongrie,d'une "Force de Lumière",avec quatre jeunes gens dont trois périront par la suite en camp de concentration.

       Elle est là,mourante...Elle se réveille d'une nuit coupée de nombreuses crises et elle murmure:"La vie est un peu faible ce matin"
       Et Bernard Montaud commente:
    "Des mots si simples,si paisibles au milieu d'un tel champ de bataille et d'une telle défaite du corps.Depuis quinze jours,décidément j'ai beaucoup appris,plus que pendant les huit années passées auprès d'elle.Sa chambre est devenue un écrin protégeant son don le plus précieux : sa sincèrité ultime.
       Impossible, en face d'elle de ne pas essayer d'avoir d'autres  yeux,d'autres oreilles, une autre bouche.
    .......Tout fut alors baigné d'amour....De partout,l'amour jaillissait, m'embrasant ,au point qu'il me sembla frôler la mort;car l'on en meurt que tant d'amour soit possible"


    Pour certains,ces mots n'auront peut-être pas de sens,et je peux le comprendre...mais moi,parce que j'ai partiellement vécu quelque chose de semblable, je me sens très proche de cette expérience.


    21 commentaires
  •   Pour ceux qui l'ignorent, L' ACAT est une association dont le but est de lutter contre la torture  dans le monde.

    Le temps fort de cette journée de rencontre fut pour moi la conférence de Marc Laghouati sur le thème suivant :Torture et géopolitique et clés pour comprendre;

     

    Il a commencé par nous dire que l'éducation des droits de l'homme, nous pouvions la prendre en charge partout où nous sommes.  Et que pour amener quelqu'un à regarder les choses différemment, il fallait ne pas le sous estimer même si ses propos nous indignent.

    Pour convaincre quelqu'un, il faut aller le chercher là où il est, dans ses arguments, en discuter pied à pied et donc y avoir réfléchi soi-même, être capable de dire pourquoi  on se sent impliqué dans ce combat et tenter de créer un espace commun avec notre interlocuteur.

     

    La compréhension des phénomènes géopolitiques est très importante pour avoir une action efficace..Il est nécessaire de décentrer notre regard. Les mêmes événements, nous ne les comprendrons pas de la même façon selon que nous habitons en France ou en Afrique...

    L'action de l'ACAT consiste à soutenir les défenseurs des droits de l'homme qui se trouvent dans les différents pays et soutenir, ça veut dire accepter que la logique des gens qui sont sur place ne soit pas la même que la notre.

    C'est dans le soutien à la personne humaine que nous pouvons nous retrouver malgré nos divergences, nos désaccords .

    Derrière les idées, derrière les valeurs , il y a des êtres humains et c'est pour eux que nous nous battons.

     

    Je n'ai pas vraiment compris ce qu'était la géopolitique mais j'ai retenu ces quelques points qui m'ont paru importants et je suis repartie avec le désir de participer un peu plus activement à ce que faisait cette association


    19 commentaires
  •   C'est avec beaucoup d'intérêt que j'ai lu vos différentes réactions à la citation de Charles Juliet que je vous ai envoyés jeudi dernier sous le titre "Identité 2"

      Et tous vos petits mots m'ont permis d'approfondir ma réflexion et de constater  combien une même phrase pouvait être comprise différemment selon  nos sensibilités et notre vécu.

     

     Je cite à nouveau Charles Juliet pour ceux qui auraient oublié

    "Refuser d'être soi-même, c'est encore être prisonnier du moi, de ses problèmes et de ses complications . Ce n'est nullement être engagé dans le renoncement à soi-même. Celui-ci exige précisément d'éroder  le moi jusqu'à le faire disparaître

     

     

      C'est une réflexion qui s'approfondit au gré de ses propres expériences et qui n'est jamais terminée, je crois.

     

    Ce n'est que lorsqu'on est pleinement soi-même, ce n'est que lorsqu'on est tout à fait conscient de ce que l'on est et que l'on est capable d'exprimer ses désirs, son ressenti, c'est seulement  alors que l'on peut renoncer à soi-même, que l'on peut"éroder le moi jusqu'à le faire disparaître" comme dit Charles Juliet...Et cela pour découvrir quelque chose de plus grand que soi...Un sacrifice n'a de valeur et d'intérêt que s'il est fait dans la joie et la pleine conscience...

     

      On ne peut donc renoncer à soi-même que lorsqu'on s'est pleinement accepté.

    Tant qu'on se contente d'endosser les rôles que notre entourage désire nous faire jouer.

    Tant qu'on est dans le refus de  soi (on n'en est malheureusement pas toujours conscient) il nous est impossible de renoncer à nous-même...Comment renoncer à ce qui en nous n'a pas vu le jour ?

     

     Je ne suis pas sûre d'avoir su vous apporter un éclairage nouveau et je le regrette mais vous, vous m'avez permis de clarifier, au moins pour moi-même ce que je ressens et je vous en remercie


    15 commentaires