• Juin-2007-009-copie-1.jpg       

    Il est minuit passé depuis longtemps
    Et je ne dors toujours pas
    pourtant je suis calme et détendue
    du moins je le crois,
    car si je l'étais,le sommeil déjà
    m'aurait étreint de ses longs bras
    cotonneux et je voyagerais en son sein,
    bienheureuse et apaisée
    au pays de Morphée...
    Qui me retient sur le rivage,
    quel rêve, quel fantôme,
    quel chant veut voir le jour
    et attend que je lui prépare
    un nid accueillant? 

    Pourtant,dans mon coeur un grand vide
    dans ma tête,seulement des nuages
    et la crainte demain
    de traîner jusqu'au soir des paupières lourdes
    une flamme vacillante
    et une grande peine à rester debout.

    Mais demain est très loin.
    C'est ce moment de grand silence 
    au coeur de la nuit 
    qui demande à être vécu..
    Je goûte,
    je savoure voluptueusement ces instants volés
    au sommeil
    J'accueille en moi tous ceux que je côtoie dans le jour
    et aussi ceux qui sont loin de moi
    Je les berce de mots d'amour que ma bouche ne sait pas leur dire dans le jour;
    je les contemple avec joie et remercie mon insomnie de m'avoir donné ce temps pour être avec eux..


    29 commentaires
  •   A 96 ans, il écrit toujours ou plus exactement, il dicte ses mots  à la personne qui l'assiste et il vient de publier un nouveau livre, une histoire de passion, d'amour et de folie...où circule une énergie incroyable...Comment ne pas se remettre debout après une telle lecture ? Les dés ne sont pas jetés. On peut, à tout âge, changer sa trajectoire, sortir des rails que d'autres ont prévu pour nous, reprendre sa vie en main même si elle nous a échappé jusqu'alors..Si nous savons voir, nous saisirons la main tendue...De même, dans cette histoire, Florence a su voir dans le peintre fou Florian, celui qui allait la guérir....
      Bauchau nous montre merveilleusement à quel point les forces de l'inconscient  sont tout à la fois destructrices et fécondes et combien la fragilité peut être alliée à la puissance.
    Les pages sur la création de la grande fresque sont aussi trés denses et passionantes.
    C'est avec regret que je parviens aux dernières pages...Je vais le relire rapidement ce livre,  je crois...Il nous ouvre des portes sur l'inconnu qui est en nous et dans les autres

    16 commentaires
  • "Qu'est-ce que cette lumière
     soudain qui se fait
    dans la doublure des ombres
    et qui donnerait le vertige aux oiseaux
    cette lumière

    qui tient dans une main d'homme
    et qu'on versera
    comme une eau de baptême
    au front des suppliciés
    si peu
    un rien - la blancheur des oliviers
    dans l'arrière-pays de la mort"  
    J P Siméon


    C'est lui qui est à l'origine du Printemps des Poètes..Je l'ai rencontré à la médiathèque de Valence...
    Poète engagé, romancier, homme de théâtre,il tente de répondre à la question:concrètement , à quoi sert la poésie?
    "Ce n'est pas un pot de fleurs pour agrémenter un quotidien triste,nous dit-il. Elle n'est pas là pour charmer, pour consoler.
    Elle est le contraire de la distraction et du divertissement qui nous détournent du monde réel, de la complexité des êtres et des choses.  Chaque être est un monde infini alors qu'on nous aplatit, on nous catégorise...Elle nous rend notre dignité....On dit des poèmes parce que nous avons besoin d'exister
    La poésie, c'est une nourriture, c'est un concentré de tous les arts.
    Tout poème pose la question essentielle du sens de l'existence : d'où viens-tu ? Où vas-tu?
    La poésie n'est pas exquise,. Elle nous regarde droit dans les yeux;
    Elle est ourlée du sentiment de notre fragilité.
    Elle nous renvoie à l'éphémère et nous donne des points d'appui en recréant du lien.

    Beaucoup connaissent la poésie comme un pays lointain où ils ont fait une excursion parfois en voyage organisé alors que la poésie est là pour éveiller notre conscience et lui apporter un peu d'air frais, pour nous apprendre à habiter le monde et à nous habiter nous-même.

    La poésie a autant de formes qu'elle a de visages : haïku,sonnet, alexandrin, poème en prose,, pantoum, verset....
    Chaque fois que nous rencontrons un nouveau visage de la poésie, nous découvrons en nous un visage caché "Je est un autre"...Elle éveille en nous la part manquante.
    Et il ya mille façons d'entrer dans un poème : le lire, l'entendre, en rêver, le chuchoter . A chacun d'inventer son chemin."

    Je partage avec vous les notes que j'ai prises lors de cette rencontre  qui m'a donné du bonheur;
    Ensuite, l'éditeur des éditions Cheyne: Jean-François Manier est venu lui aussi nous parler et lire des poèmes mais il fallait que je parte m'occuper de mes petits enfants....
    Et je m'en suis allée , le coeur léger.


    20 commentaires
  • "Lire, c'est ce plaisir extrême de découvrir un univers différent du mien- autre sensibilité, autres conceptions, autre manière d'appréhender les êtres, la vie, le monde - et dans le même temps, de pénètrer en des régions de moi-même inconnues, de m'enrichir de ce que je possédais mais ignorais posséder, d'être poussé à mieux me connaître.
      Inoubliables heures de lecture qui me tirent hors du temps et me donnent la sensation que l'essence de la vie coule dans mes veines. Poèmes, romans, essais, hymnes à la vie,témoigngesde ceux qui ont connu les pires souffrances, tout ce clair et tout ce noir se mêlent à ma pulpe, apaisent et aiguisent ma soif, me rendent plus grave, plus intense, plus aimant."  Charles Juliet  (Journal VI - page23)


    Un nouveau tome de son journal vient de paraître et évidemment je me suis précipitée pour l'acheter et je ne suis point déçue..Le lisant, il me semble que je me rapproche de moi-même et de toud les autres humains

    16 commentaires
  • J'avais vu une affiche, une seule...
    Francesca Solleville..
    J'apprends justement une chanson d'elle en ce moment..Je retiens donc le lieu et la date..
    J'aimerais vraiment la voir,me dis-je mais mon emploi du temps est chargé ces jours-ci..Cela ne me paraît guère possible..
    Et puis , à tout hasard, en revenant de l'atelier chant, j'en parle aux amis qui sont avec moi et qui manifestent aussitôt le désir d'y aller,toutes affaires cessantes...Comment ne pas saisir cette aubaine..Nous décidons d'y aller ensemble.

    Ces petits et grands bonheurs qui nous arrivent dessus sans qu'on ait eu le temps de les désirer ont une saveur à nulle autre pareille...

    Nous découvrons une belle salle bien remplie
    Et nous avons la surprise, en première partie, d'un très bel hommage à Jean Ferrat: un très beau diaporama, un groupe de chanteurs amateurs chantent plusieurs de ses chansons avec une maîtrise et un talent de professionnels...Il ya beaucoup d'émotion sur la scène et dans la salle...Cet hommage était préparé depuis plusieurs mois, il aurait pu avoir lieu de son vivant..Et Nicole Rieu était invitée et elle aussi a chanté  du Jean Ferrat

    Et, après l'entr'acte, toute la scène a été laissée à  Francesca et à son pianiste
    Elle a terminé en chantant un poème de Nazim Hikmet  sur" les chants des hommes"
    Et ce fut encore un moment de communion intense....
    Les amis n'ont pas regretté le match de rugby qu'ils pensaient regarder à la télévision

    Nous nous en  souviendrons longtemps de cette soirée imprévue

    17 commentaires