• Un jour,un ange devint amoureux
    d'un affreux diable fielleux
    lequel d'abord n'en crut pas ses yeux.
    Diable,se dit-il,
    la chose est peu commune,
    est-ce jour de pleine lune?
    Est-ce une diablesse déguisée?

    Le voilà fort intrigué.
    Il le laisse approcher,
    curieux,interessé...
    D'habitude,c'est lui qui accapare,
    c'est lui qui attire,lui qui possède.

    Or,cet ange-là est venu,
    sans même qu'il pose son regard sur lui;
    celui-là s'est asservi
    sans qu'il l'ait appelé et reconnu
    parmi les élus.

    Suis-je donc devenu si séduisant
    que sans un regard et sans un appel,
    un être se soumette à mon pouvoir?
    le diable trouva l'ange délicieux,
    il lui révèla toute la beauté qui était en lui,
    et l'ange brillait plus beau que jamais.
    Le diable ébloui par tant de blancheur
    le traîna dans la boue.

    Si celà est bon pour toi,
    j'irai où tu voudras,
    dit l'ange amoureux.

    Le diable ricana
    en voyant son ami sali.
    Mais l'ange restait un ange;
    même dans la boue où il s'enlisait.
    Il prit la main de celui qu'il aimait
    et lui dit :ma blancheur ternie
    ne t'aveugle plus,
    tu peux me regarder...
    Et dans les yeux de l'ange,
    il y avait tant de tendresse
    que le diable pleura
    et l'ange le consola.

    Restons ce que nous sommes,
    ange auréolé de boue,
    diable baigné de pleurs,
    et soyons amis...
    Qui était l'ange
    et qui le diable?
    Il n'est plus personne
     qui s'en souciat.


    24 commentaires
  •   Dès les premières lignes de ce livre, je sens que ce qui pourrait paraître ordinaire va devenir le lieu de l'extraordinaire tant l'auteur sait nous le rendre dense et passionnant, tant elle sait nous faire voir l'invisible, tant elle sait creuser en profondeur le matérau le plus banal.
      Ses personnages sont des taiseux, incapables" d'enjuponner de bavardages commodes" leurs gestes quotidiens".Mais l'auteur sait admirablement pénètrer leur âme, les comprendre de l'intérieur...Et même si les deux oncles et la soeur  paraissent racistes et méchants, elle ne porte jamais de jugement sur eux...L'apparence n'est pas toujours la réalité.
      Qu'elle raconte la nuit, l'orage,la campagne ou un repas au mois de juin, les choses les plus banales ,elle sait leur donner l'apparence du merveilleux.
      L'histoire est simple . Un agriculteur qui vit seul dans le Cantal avec sa soeur et ses deux oncles décide de se trouver une femme "à son côté,pour les jours et les nuits, pour vivre et durer" . Et il fait paraître une annonce...Et c'est dans une écriture âpre et douce que Marie-Hélène Lafon nous raconte cette simple histoire d'amour...C'est vraiment superbement écrit.

    13 commentaires
  •   Cette nuit,après trois bonnes heures de sommeil, je me réveille.
    Un rêve m'habite, ce qui est rare,d'ordinaire je n'ai aucun souvenir, même pas la queue d'un rêve, tout s'évanouit dès que j'accède à la conscience.
    Et curieusement, j'ai même la sensation que ce rêve m'est déjà venu plusieurs fois...
    Je suis dans un cimetière souterrain...Je suis avec d'autres personnes..
    Seule , la peur m'engloutirait je crois.
    Ces personnes n'ont pas de visage, peu importe, elles sont là.
    Le cimetière est exactement comme celui de notre village, il y a même des fleurs...Comment vivent-elles sans soleil ?Dans les rêves, on ne se pose pas ce genre de question.
    Je suis étonnée de la grande paix qui m'enveloppe en sortant de ce rêve...
     il y avait des fleurs, il y avait de la vie et nulle raison d'avoir peur.

    ( Impossible de prendre une photo d'un cimetière de rêve, c'est donc celui du village que vous pouvez apercevoir)

    19 commentaires
  • En ce monde-ci
    tout va par deux.
    la lumière va avec l'ombre
    La nuit avec le jour
    le tout avec le rien.
    La mémoire a besoin d'oubli
    Le oui a besoin du non.
    La douceur ne va pas sans violence
    et la joie sans douleur
    La vie a besoin de la mort.
    Et pour s'immobiliser
    l'oiseau a besoin de battre des ailes.


    29 commentaires
  • C'est une question que je me pose assez souvent...
    L'écrivain espagnol Rafaël Chirbes nous dit : "Si je n'écris pas , je ne sais rien, je ne vois rien, je suis vide"
    Je ne serai pas aussi catégorique...
    Simplement , j'aime écrire...
    Et je vis mieux quand j'écris.Mes journées se déroulent plus harmonieuses, plus denses.
    J'écris pour apprendre à voir, pour rejoindre les autres dans ce qu'ils ont de plus vrai.
    J'écris pour mettre un peu de clarté, un peu de paix en moi-même et peut-être parfois dans les autres...
    J'écris pour devenir le plus possible vivante, pour tenter de sortir des limites handicapantes qui m'ont été imposées et qui m'empêchent d'être ce que je devine être en profondeur.
    J'écris pour sentir en dehors de moi, pour pénétrer dans la bulle de ceux que j'approche.
    J'écris pour abolir le temps, pour que passé, présent et futur s'emmêlent.
    J'écris pour trouver ma musique intérieure, j'écris pour sonner juste.pour aller là où je ne savais pas pouvoir aller, pour avancer en moi aussi loin que posssible.
    J'écris parce que j'en ai besoin.


    23 commentaires