•   Pas beaucoup de temps aujourd'hui...Les journées sont pleines à craquer ces derniers jours..Alors je vous envoie simplement ce texte du poète Abdellatif Laabi

    "Apprendre à voir, écouter les autres, les rejoindre dans ce qu'ils ont de plus authentique, c'est se mettre en position de poésie si j'ose dire.

      Cette époque intense où la poésie était en quelque sorte notre pain quotidien, une raison de vivre.

      Ecrire n'est plus un domaine réservé dans ce que j'éprouve, donne. Plus question de privilégier ou de minimiser . Il s'agit de de poursuivre sa marche, à coeur ouvert.

      Une main qui s'ouvre à moi, j'y vois d'abord l'offrande et j'y réponds en mobilisant ma lucidité, ma tendresse.

      L'intense rejoint. Et c'est la ténacité de cette marche vers les possibles fraternels qui fait de nous des vivants.

     

      Il y a ce carrefour des soleils fraternels pour lequel bat le coeur de tous les damnés de la terre, ceux dont le but est de purifier la terre en une liane de mains unies et fertiles."      Abdellatif Laabi


    13 commentaires
  • Que de bonnes surprises en ce jour !
    -lecture d'un petit livre délicieux : "Celui qui n'est pas venu" où Alain Rémond se remémore le jeune homme qu'il a été, il y a plus de quarante ans, alors qu'il était en Algérie et enseignait à des élèves qui attendaient tout de lui . Il nous parle aussi de l'influence décisive qu'un certain Jacques Vallot a eu sur lui, de sa rencontre avec Anne qui deviendra sa femme, de sa passion pour l'écriture...et tout cela avec beaucoup de simplicité et de tendresse

    "J'écrivais tous les  jours,compulsivement, sans réfléchir. Les mots sortaient , jaillissaient sans que j'y puisse rien. Je les découvrais et me découvrais en les écrivant. Ils me révélaient à moi-même. Ils en savaient beaucoup plus sur moi-même  que ce que je croyais savoir"

    -Le soir, à la radio, je découvre par hasard une émission sur Abdel Azrié, chanteur et compositeur syrien vivant en France...A Fès, j'ai pu entendre sa voix  profonde qui nous emmène en voyage dans des textes anciens et c'est un vrai bonheur que de s'abandonner à son chant

    -L'après midi, je prends un long moment pour apprendre un chant du Moyen- Age qui me ravit et, pour cause, puisqu'il s'agit du "chant de la ravie"

    Il serait bon, je crois, d'aller chaque soir, à la cueillette de ces petits bonheurs tout simples qui ornent notre journée..Ils passent parfois tellement vite que, si on ne les savoure pas une deuxième fois par la pensée, on en perd rapidement conscience, on les oublie et c'est bien dommage  Même dans les journées noires, on peut en trouver quelques-uns !


    14 commentaires
  • L'autre soir, au cours d'un repas villageois, notre voisine présente une autre dame  à la personne qui se trouve à côté d'elle
    -"C'est la femme de notre maire", lui dit-elle
    -Et cette dernière de s'insurger aussitôt et de répliquer :"Non, je ne suis pas sa femme, je suis sa compagne et la mère de ses enfants"
    Elle devait être mal lunée,  la  Marie ce jour-là , me dit ma voisine en rigolant, car, pour elle , cela n'avait pas  de sens, les deux termes étant équivalents...Je pense, moi, que pour elle, c'était très différent..Sinon, elle n'aurait pas réagi aussi vivement...Et vous, qu'en pensez-vous ?

    17 commentaires

  • Gérard Zilberman


    Que me dit ce regard?
    Est-ce l'effroi,
    Est-ce l'extase ?
    Par quoi ou par qui 
    est-il captivé?
    Chacun l'a coloré de ses pensées...
    Certains ont dit: il me fait peur
    D'autres ont dit : il est émerveillé...

    Attiré et terrifié tout à la fois
    par cet invisible qui le fascine.

    "Qu'est-ce que je ne vois pas dans ce que je vois ? Cette question devrait accompagner chacun de nos regards"
                                                                               Bernard Noël

    "Dehors la lumière éblouit l'invisible
    Que se disent les deux figures?
    -Jusqu'où s'étend le bleu du doute?
    demande le philosophe
    -Jusqu'au parloir de l'orage?
    répond le poète.
    Dehors la lumière éblouit l'invisible."
                      Jean Lacarrière (d'après les tableaux de Chirico)


    15 commentaires
  • J'apprends ce matin, en lisant le blog de
    Fabienne (il-était-une-fois) et celui de Khanouf (voir lien à droite) que le premier juillet était le jour de la liberté d'expression sur les blogs..Je m'y associe donc  tant il me paraît important, en effet que chacun puisse exprimer son opinion sans risque d'être poursuivi.


















    Et pour nous redonner courage quand l'envie de nous recroqueviller   nous prend, ce petit poème de Jean-Pierre Siméon
    "Marche n'arrête pas
    de marcher, d'ouvrir des portes,

    de soulever des pierres,

    de fouiller dans les tiroirs de l'ombre,

    de creuser des puits dans la lumière.

    Cherche n'arrête pas

    de chercher les traces de l'oiseau

    dans l'air

    l'écho dans le ravin

    l'incendie dans les neiges

    de l'amandier.

    Tout l'ignoré

    le caché
    l'inconnu

    le perdu

    Cherche tu trouveras
    le mot et la couleur
    de ton poème."

     


    16 commentaires