•   Nous avons appris que l'oncle Marcel et la tante Juliette étaient en maison de retraite et nous décidons d'aller les voir...Il y a  trois mois environ, nous les avions visités ...Ils étaient dans leur appartement et,comme d'habitude, (je les avertis toujours de notre arrivée par téléphone) sur la table étaient installées les tasses et leurs soucoupes et l'assiette de gâteaux ...et c'est avec un plaisir évident qu'elle nous servait le café...L'oncle avait toujours le mot pour rire et nous nous disions qu'ils avaient bien de la chance de vieillir ensemble si paisiblement...
      Elle, elle venait de faire un séjour à l'hôpital un peu long mais elle semblait se rétablir tout doucement...Et puis, un jour, lui a une attaque..elle un malaise..On les embarque tous deux pour l'hôpital et ensuite, puisqu'il y a une chambre de libre, pour la maison de cure à côté..Et c'est là que nous les trouvons tous les deux, cloîtrés dans leur chambre..Ils ont une vue superbe mais comme dit la tante , ça ne fait pas tout...et quand le soleil tape..il vaut mieux descendre le store..Elle , elle est valide, très amaigrie certes, mais elle aurait besoin de plus de mouvement..et elle souffre de n'avoir plus rien à faire mais elle ne veut pas le quitter  "Vous vous rendez compte s'il était tout seul?"
      Lui est dans son lit, paralysé d'un côté, complètement dépendant..il continue à plaisanter mais on sent bien que le coeur n'y est plus, qu'il se demande pourquoi il est encore là..."On vit trop vieux, nous dit-elle"
      Mon compagnon, voulant leur faire plaisir, leur dit  qu'ils ont bonne mine et, devant leur air incrédule, il leur répète à nouveau et il insiste...Ils ne sont pas contrariants, ils veulent bien le laisser à ses illusions...Mais quand on est prisonnier d'un lit dont on ne peut plus se lever...est-ce que ça nous intéresse vraiment d'avoir bonne mine?
      D'ailleurs, à un moment, elle lui répond : "oui, on ne le laisse pas paraître"...
    Mais quand on arrive , à la fin de sa vie, est-ce encore important les apparences?
    N'a-t-on pas davantage envie d'être ce que l'on est, ni plus ni moins, mais l'être totalement, enfin être vrai...
    Il m'a semblé que tous deux attendaient cela...mais nous, pour pouvoir les entendre, pour être à leur écoute,il nous faut cesser de nous réfugier derrière des mots-bateaux qui ne servent qu'à masquer notre peur...S'ils se sentent écoutés, ils seront moins seuls et leur souffrance en sera allégée.

    13 commentaires
  • J'ai fait quelques rangements dans mes livres et je retrouve "Feuilles d'herbe" de walt Whitman,en voici quelques extraits de" chanson de la piste ouverte"

    "Pied sûr, coeur léger, j'attaque la piste ouverte,
    Suis libre, en bonne santé, le monde est devant moi,
    La longue piste brune s'étire où je veux qu'elle me conduise....

    Mais toi route que j'entame,jetant un coup d'oeil à la ronde j'ai le sentiment que tu n'es pas la fin de tout,
    J'ai le sentiment qu'il y a de l'invisible, en plus, où nous sommes.
    Quelle magistrale leçon d'hospitalité,en toi, sans exclusion ni privilège,
    Le noir à la tête laineuse, le renégat, le malade, l'analphabète, tu les reçois tous;...
    Tout cela passe, moi avec, tout cela a le droit de passage sans la moindre interdiction,
    Rien n'est interdit d'accueil,mon amitié va à tout cela sans partage....

    Ce que je verrai sur ma route je suis sûr que je l'aimerai,tous ceux qui me verront m'aimeront,
    tous ceux que je verrai seront heureux, pas de doute!

    A compter de la minute présente je me baptise moi-même délié des bornes et des lignes imaginaires,
    Allant ma pente, indépendance totale et absolue,
    Ecoutant certes les autres, réfléchissant à ce qu'ils disent,
    Méditant,questionnant,accueillant, considérant,



     En toute gentillesse mais volonté inébranlable, sans plus jamais me sentir lié à aucune contrainte,
    J'aspire l'espace à grandes gorgées,
    A moi l'est, à moi l'ouest, à moi le nord, à moi le sud !

    Je ne me savais pas si grand, si bon,
    je n'avais pas conscience de tout ce trésor en moi......

    Allons donc! voyageur inconnu viens avec moi !
    Plus jamais tu ne te lasseras de ton voyage.

    La terre n'est jamais lasse....

    Allons! La piste est devant nous!

    Ce texte tient douze pages..je ne vous en donne donc qu'un léger fragment, j'espère que les nombreuses coupures ne vous empêcheront pas de sentir le souffle puissant qui s'en dégage

    11 commentaires
  • Hier, j'ai vu un tableau étrange..D'abord je ne l'ai pas vraiment vu...Il était dans des couleurs sombres et je n'étais pas en face..puis je change de place, je me trouve en face, et tout à coup, je regarde vraiment le tableau et je suis stupéfaite...
    Le visage aux lèvres pincées et au menton volontaire que j'avais aperçu au premier regard ... a disparu..Et je vois maintenant une petite tête, beaucoup plus lointaine, avec une bouche et des yeux souriants...Je cherche à revoir le premier visage, je cligne des yeux, change de position...mais où est-il donc passé?
    Soudain, je le revois et il apparaît avec une telle évidence que je ne peux plus apercevoir le petit monsieur souriant...Je scrute le tableau et enfin, mes efforts sont récompensés..et je peux,à volonté, voir l'un ou l'autre visage...Car j'ai pris des repères : le sourcil gauche du premier visage devient la bouche du second...
    Et tout près de lui il y a un autre visage qui se fait voir : une tête de biais,fine comme une lame de rasoir...et sous le cou du premier, il y a aussi les lèvres d'une autre personne qui s'approchent...il ya donc quatre personnes en une seule...et peut-être en aurai-je découvert d'autres si je l'avais observé plus longtemps....Quand même, je ne le pense pas.
     Je crois que je n'ai jamais regardé un tableau avec autant d'attention...
    Je ne sais pas de qui il est, je ne suis pas arrivée à lire la signature.


    15 commentaires


  • C'était lors d'un stage de chant...L'animateur nous a demandé d'improviser une chanson sur un pays cher à notre coeur...Et voilà ce qui est venu ce jour là et qui est toujours vivant en moi

    La beauté, c'est un pays
    où l'invisible se donne à contempler
    où l'impalpable se laisse toucher;

    La beauté c'est un pays
    où la bonté,"contrée énorme où tout se tait"
    s'offra à nous comme un fruit délicieux.

    La beauté, c'est un pays
    où d'étranges absents nous ouvrent à la lumière
    où la voix des muets résonne enfin à nos oreilles.

    La beauté c'est un pays
    où l'absence devient présence
    où la douleur devient diamant.

    La beauté c'est un pays
    où le plus petit brin d'herbe
    résonne aux joies et aux douleurs de tout l'univers;

    La beauté c'est un pays
    où les anges vous donnent un mot
    un seul mot qui vous donne la clé
    qui vous ouvre la voie, la voie du pardon,
    le passage au-delà de l'abîme
    un mot qui vous offre la sérénité
    mue par l'or de la flamme.

    La beauté c'est un pays
    il n'est pas devant moi
    le pays où je vais.
    Il est à côté de moi
    Il est à l'intérieur de moi
    ma douce clarté
    ma sombre merveille
    ma joie, ma douleur
    mon cadeau du ciel
    pour l'éternité.
    Fêtons nos retrouvailles
    "Là où tout n'est qu'ordre et beauté,luxe, calme et volupté""



    Comme vous avez pu le remarquer, j'ai fait un emprunt à Apollinaire: son expression
    "la bonté, contrée énorme où tout se tait" m'a toujours enchantée et j'aai fait un autre emprunt à Baudelaire pour terminer ma chanson,son invitation au voyage étant un de mes poèmes fétiches


    16 commentaires


  • Plein ciel de Jules Supervielle

    "J'avais un cheval
    Dans un champ de ciel
    Et je m'enfonçais
    Dans le jour ardent
    Rien ne m'arrêtait
    J'allais sans savoir,
    C'était un navire
    Plutôt qu'un cheval
    C'était un désir
    Plutôt qu'un navire
    C'était un cheval
    Comme on n'en voit pas,
    Tête de coursier,
    robe de délire,
    Un vent qui hennit
    En se répandant
    Je montais toujours."

    Ce court poème pour moi est magique et me plonge dans des rêves infinis...J'ai beau le connaître presque par coeur, je pars en voyage chaque fois que je le retrouve..Et j'aime cette impression de liberté merveilleuse qu'il me fait éprouver...


    16 commentaires