• ent vivre en frères

                                                      Gérard Zilberman 
                                                                                         

    Une nouvelle année s'avance,esquisse un pas et nous fait entrer dans sa danse...

    Qu'un bon vent vous conduise en toute confiance
                          même s'il bouleverse un peu votre paysage.

    Je vous souhaite une année sereine et ardente
    où l'enthousiasme  et la douceur
    se partageront vos heures.

    une année où vous saurez savourer
    la couleur unique de chaque jour,
    sa musique et son silence.

    Une année où vous pourrez goûter
    le bonheur d'être vous-même
    et pourtant rester poreux à tous les souffles du monde.

    Je vous souhaite une année
    où vous puissiez accroître en vous-même
    les espaces de paix
    pour qu'elle puisse s'étendre au monde entier
    et qu'enfin les hommes sachent vivre en frères.



     

    Afin d'être publié sur notre nouveau portail, merci de préciser à quelle thématique votre article se réfère. Notez qu'il est indispensable de donner un titre court (maximum 70 caractères) pour y paraître.
    Votre titre fait actuellement 0 caractères.
    En savoir plus sur le nouveau portail d'Overblog…


    16 commentaires

  • Aujourd'hui il pleut

    mais ce jour-là, les mots qui me venaient en tête étaient ceux de la chanson de Jacques  Douai

    "Il fait beau à n'y pas croire,il fait beau comme jamais..."

    et cet après-midi-là,nous étions seuls avec notre petit-fils Titouan, ce qui est rare,les autres étant partis jusqu'au lendemain...
    C'eut été une injure au soleil que de ne pas en profiter.
    Et nous allons au bord de la Drôme sur un sentier balisé où,tout au long,nous trouvons des panneaux nous parlant de la faune et de la flore de ce lieu

    Celui-ci nous parle des castors,un autre des galets de la Drôme, un autre des arbres qui poussent par ici...

    Ces panneaux ont été faits avec les enfants de l'école. J'imagine leur fierté lorsqu'ils ont été installés.
    Notre Titouan les regarde avec attention et,tout en marchant , nous  partage ses impressions , ses attentes...
    La prochaine fois,il aimerait que cela grimpe un peu..Il aime la montagne et la neige..
    .Il reconnaît cependant que cette ballade est bien agréable .
    Et je me réjouis de ces moments de bonheur.


    10 commentaires
  •   Je vous donne aujourd'hui des nouvelles des cercles de silence qui protestent contre l'attitude de notre gouvernement  vis à vis des immigrés...J'ai reçu ce mail ces jours-ci 

    " Le cercle du silence de Montélimar continue

     
     
        Mercredi 24 décembre 2 008 , 17 h 30 :
    il y a peu de monde pour le cercle sur le parvis Daniel Chamier.
        Nous commençons à 7 ou 8, mais rapidement le cercle s'élargit
    et nous nous retrouvons à 25 personnes en cette veille de Noël.
        En effet, de même qu'un chanteur a dit "Même pendant la guerre on chante",
    les participants du cercle savent qu'il nous faut à la fois assumer notre tristesse
    face à la situation faite aux demandeurs d'asile, mais aussi continuer à célébrer ,
    en famille et/ou avec les amis, les moments plus festifs qui s'offrent à nous.
        Nous appelons donc toutes les personnes disponibles à venir participer
    avec nous au dernier cercle de cette année 2 008, le mercredi 31 décembre de 17 h 30 à 18h.
        Savez-vous que, alors qu'il y avait une dizaine cercles de silence en France quand nous avons commencé le 30 avril,
    il s'en réunit à l'heure actuelle dans 99 villes.
        Heureusement, le mot "solidarité" a toujours du sens pour beaucoup de personnes.
        Nous formons le souhait que la nouvelle année apporte de meilleures nouvelles à tous ceux qui souffrent.
        Ce 25 décembre 2 008
        Pour le collectif du cercle"

    12 commentaires
  •   Je me réveille et ma première pensée va vers elle.
      Elle,à qui j'ai téléphoné hier soir.
      J'ai entendu ses sanglots avant d'entendre sa voix.
    "Il part de plus en plus tôt,il est de plus en plus fatigué,il va bientôt mourir" me dit-elle.
      Lui,c'est son ami qui vient la voir toutes les après-midi,disant à sa femme qu'il part faire une promenade . Sa femme est malade elle aussi,a des problèmes moteurs et ne sort jamais de son appartement . Il a eu longtemps une autre amie atteinte d'un cancer terminal,c'est du moins ce qu'il racontait, mais depuis qu'elle a rompu avec lui, elle est guérie.
      Je lui en fais doucement la remarque et elle s'écrie aussitôt :"non,je ne peux pas le quitter,je ne peux pas être responsable de sa mort , je ferai tout ce que je peux pour le soutenir et quand je n'en pourrai plus, je mourrai....et personne ne me regrettera.
      Je lui fais remarquer que,si elle veut l'aider,il faut d'abord qu'elle se soigne,elle ne peut plus rien manger,elle rejette tout ce qu'elle avale...Elle ne peut plus que pleurer...et dormir (avec des cachets).
      Elle me répond qu'elle ne peut pas aller dans une maison de soins car, si elle s'en va, il se laissera dépérir et elle ne veut pas être responsable de sa mort...Et ,tu sais,ajoute-telle,ce n'est pas du chantage,je sais que c'est vrai,je le connais mieux que toi...
      Je suis impuissante au bout du fil..Je ne peux que l'écouter,être là...Surtout ne pas juger,tenter de lui redonner confiance en elle -même, lui assurer que, quoi qu'il arrive, je lui garderais mon amitié
    "Tu sais,je peux comprendre que tu en aies assez ,je ne t'en voudrais pas si tu me laisses tomber"
     Je vois,bien que ne la voyant pas,son visage s'éclairer quand je lui assure que je n'en ai pas la moindre intention,je sens sa voix se raffermir et un peu d'énergie la traverser
    "Ce n'est pas vrai que je me laisse aller,même si je suis au fond du trou,je sens que je fais des progrès,je ne dis plus "amen" à tout ce qu'il me dit, je ne me prends plus pour moins que rien, je me bats,je vais m'en sortir"
      C'est sur ses paroles pleines d'espoir  que je la quitte;...assez étonnée par ce revirement soudain...Au début de notre conversation,elle ne me parlait que de mort,de désastre...
      Le peu que je peux,j'essaie de le donner,je la porte dans mon coeur,essayant de garder la paix en moi pour la lui communiquer,mais cela suffira-t-il ?
      Je suis étonnée par le mélange d'aveuglement et de lucidité aigüe qui sont en elle presque dans le même temps,par ce désir de vivre et ce désir de mourir qui l'habitent aussi forts l'un que l'autre...
    J'espère,j'espère que la vie sera la plus forte .


    16 commentaires
  •     "Il arrive que nous cherchions,dans notre ami,la consolation et qu'elle ne s'y trouve pas aujourd'hui.

      Il arrive que nous ayons soif et que la tendresse de notre ami oublie aujourd'hui de nous donner à boire.

      C'est que la source de douceur humaine n'est pas inépuisable . Le consolateur a,comme nous, son heure de sécheresse . Celui qui nous donne la force manque aujourd'hui de force ; Celui qui relève notre joie est tombé, aujourd'hui,de sa joie.

      Comprenons-le . Ayons compassion à notre tour de cette pauvreté . N'exigeons rien . Ne  réclamons pas sans cesse de l'amitié,de la bonté,,le plus dont elle est capable,mais soyons toujours reconnaissants pour le moins dont elle dispose...le peu qu'elle a et nous donne.

       L'instant vient où la grâce de l'amitié lui sera et nous sera rendue."

                                                             MARIE   NOEL


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires