• Il ne mentait pas.
    Il croyait toujours à tout ce qu'il disait.

    Seulement pour lui
    ne sont vrais que les mots
    qui répondent à une attente.

    Alors il offrait à chacun
    ce qu'il avait besoin d'entendre.

    Et il s'émerveillait
    de ce don qu'il avait
    de rendre à chacun son sourire.

    A sa femme qui rentrait ,
    après dix jours d'absence,
    il disait très tendrement
    que le temps lui avait paru long
    sans elle.
    Et il fallait voir l'oeil réjoui
    avec lequel elle s'en désolait.
    Et sans doute se croyait-il sincère
    tant sa joie était grande
    de la voir ainsi épanouie.

    Aux amis de passage,
    il disait qu'il avait beaucoup apprécié
    d'agir à sa fantaisie
    sans déranger sa compagne absente.

    Mais,à vrai dire,
    ces deux affirmations
    sont-elles contradictoires?

    Je suis un homme de compromis
    disait-il.
    Ce qu'il pense vraiment,
    face à lui-même,
    le sait-il seulement?


    Il dit ne pas avoir de morale
    mais il est ficelé dans des règles
    qu'il accepte bon gré mal gré
    tant la peur l'obsède
    de ses propres débordements.

    Ses paroles
    naviguent libres et sans principe.
    Ses actes
    obéissent aveuglément à la loi.
    Celle qui l'aime
    doit lui tracer un chemin bien droit.

    Les beaux parleurs sont très fragiles,
    il faut les entourer de tendresse.

    16 commentaires
  • Je suis assise ,le dos à la fenêtre,je consulte ma messagerie...
    Et soudain,je me retourne et j'aperçois un magnifique coucher de soleil.
    L'horizon a pris feu,les nuages gris ont pris un air de fête et en oublient de proférer leurs menaces...
    J'ai failli rater ce rendez-vous...La beauté est là et nous éclabousse et nous pouvons ne rien voir.
    Les photos qui sont là ne sont qu'un très pâle reflet de ce que j'ai vu...Ces moments de beauté si fugace,c'est en soi qu'il faut les garder.

    18 commentaires
  •   Ils étaient heureux. Pleinement; Pas une dispute entre eux . Un bon métier. Une bonne santé;. Des amis. Des loisirs .Il adorait le tennis . Un jour,une douleur dans la main. Il ne s'en inquiète pas . Tout va si bien. Mais la douleur revient . Un ami qui se trouvait là l'accompagne ; il va voir le docteur . Le remède va être promptemeent trouvé,pense-t-il . Le  docteur l'examine,énonce le diagnostic : sclérose ! Il en a pour un an .Il sort,prend congé de son ami,prend sa voiture et fonce,assommé par le choc. il roule,égaré...double choc...Un obstacle . C'est une femme qui roule sur son capot .Il s'arrête . Il la recueille . Nouveau choc . L'instinct de vie se réveille en lui .Ils font l'amour,ils ne se quittent plus . Il  n'a jamais été  aussi puissant,aussi vigoureux,aussi aimant...Il veut arrêter le temps,il veut oublier;...
    Là-bas,sa femme l'attend,s'inquiète,elle ne sait rien,elle ignore la visite chez le docteur,elle sait seulement que,s'il ne rentre pas,c'est qu'il a une raison très grave de ne pas le faire,elle le connaît bien...Par hasard,elle rencontre l'ami qui l'a acccompagné...alors elle va à sa recherche...Mais c'est trop tôt...Il a besoin de s'étourdir encore, la réalité est trop insupportable...
      Une année passe...Peut-il enfin ouvrir les yeux,! La maladie l'a-t-elle trop diminué ? La belle ne veut-elle plus de lui? Est-il las  de ces extases successives qui coulent vers le vide? Peu importe ! Il revient . Sa femme est toujours là à l'attendre . Elle a toujours su qu'elle n'attendait pas en vain, elle n'a jamais douté de lui : elle l'aime et elle le connaît .Leur amour n'a pas été interrompu . Il n'a même pas à se faire pardonner; Elle comprend;
      Et la  vie reprend,, pas comme  avant,facile et légère . A présent,elle est douloureuse mais  intense . Désormais il se bat...pour lui,pour les autres. Dans l'association de handicapés qui vient de naître dans sa ville, il est l'un des plus actifs...Il fait connaissance avec Cornélia qui est sur une chaise roulante...Lui se déplace avec difficulté mais il peut le faire . Il court les services publics,plaide la cause de Cornélia et de ses semblables. Les employés l'écoutent à peine,il insiste, il les force à sortir de leurs papiers...il leur ouvre le coeur malgré eux.
    -"Je veux que Cornélia puisse rencontrer ses amis,je veux pouvoir aller au restaurant avec elle" dit-il.
    Il impose sa présence;..Il est fort;..Il parle au nom de tous les handicapés de son pays,il veut que la ville soit aménagée pour tous : bien portants et infirmes;
      Il n'a jamais été aussi vivant .

    14 commentaires
  • Un peu de légèreté en ce dimanche matin ,j'ai  peu de temps et je pars chanter :un petit stage avec un groupe d'amis...Alors je vous offre un petit poème de OBALDIA qui me trotte dans la tête

    "J'ai trempé mon doigt dans la confiture
    Turelure
    ça sentait les abeilles
    ça sentait les groseilles
    ça sentait le soleil.
    J'ai trempé mon doigt dans la confiture
    Puis je l'ai sucé
    comme on suce les joues de bonne grand maman
    qui n'a plus mal aux dents
    et qui parle de fées...
    puis je l'ai sucé
    sucé mais tellement sucé
    que je l'ai avalé"     René de Obaldia (Les Innocentines)

    9 commentaires
  • Participants de la rédac' du mois

    1/ Laurent, 2/ Bergere, 3/ Bertrand, 4/ JvH, 5/ Hibiscus, 6/ Anne, 7/ Looange, 8/ Jo Ann v, 9/ Catie, 10/ Julie70, 11/ Gazou, 12/ BlogBalso, 13/ Lydie, 14/ Optensia, 15/ Joël, 16/ Linda, 17/ Denis, 18/ Julie, 19/ Ckankonvaou, 20/ Lodi, 21/ Mariuccia, 22/ Brigetoun, 23/ Renée, 24/ Mouton, 25/ Agnes, 26/ MissBrownie, 27/ Karmichette, 28/ Rikard, 29/ Pivoine Merlin, 30/ Adelaide, 31/ Orchidee, 32/ Virginie, 33/ A-So,


    Aujourd'hui,c'est la rédac du mois et tous ceux qui sont nommés ci-dessus y participent,vous pourrez donc aller les lire .Et le sujet est tout simplement:

       si la rédac du mois n'existait pas.....

      Si la rédac du mois n'existait pas,dites -vous...Et si on mettait Paris dans une bouteille...Mais qu'est-ce donc que cette plaisanterie ? Maintenant que vous nous avez habitués à plancher tous les quinze du mois sur un même sujet,vous n'allez pas nous priver,commme ça,pour le plaisir...nous priver de notre nourriture mensuelle...Parce que,même quand on n'a pas d'idées,eh bien, on en trouve...Pour le moment,je n'ai pas raté un seul rendez -vous...D'ailleurs,j'ai horreur de ça,les rendez-vous ratés..
      Et pourtant,chaque fois,le sujet me déconcerte...Moi toute seule,je n'aurais jamais eu l'idée de choisir un pareil thème d'écriture...Et,pourtant,bien ou mal,je suis toujours arrivée à répondre..Et je m'en étonne parfois moi-même...Car,c'est vrai, contrairement à certains qui adorent ça,moi les contraintes,les mots ou les sujets imposés,ce n'est pas vraiment ma tasse de thé,je préfère voguer  au gré de mes pensées,de mon inspiration...Bon,mais ,à la rédac du mois,le sujet est assez vaste et puis on a le droit d'être un peu hors sujet.Donc,on ne se sent pas embrigadé...
      Eh bien,si la rédac du mois n'existait pas,évidemment,je choisirais par moi-même un sujet pour mon article du jour,mais il n'y aurait pas plusieurs dizaines de personnes qui traiteraient le même jour du même sujet;.Certes,il arrive d'avoir la surprise de rencontrer,chez un autre blogueur,un thème qui ressemble au nôtre et c'est déjà un hasard étonnant mais cela se limite là...
      Si la rédac du mois n'existait pas,cela ferait un jour de plus à se creuser la tête pour trouver un sujet...Là,je blague...En réalité,je laisse venir..Ce que j'aime,c'est cultiver la spontanéité....J'essaie d'être disponible,attentive,dans un silence intérieur...et je note ce qui vient,c'est tout.


    12 commentaires