• Le téléphone sonne.
    Je décroche..
    Une voix flûtée me répond,m'explique qu'elle fait une enquête,me demande si j'ai une assurance-vie et veut savoir quel est mon objectif principal : est-ce que je veux me constituer un capital ou...Je la coupe là,je la remercie...Inutile de lui faire perdre son temps !
    J'avais envie de lui répondre mais je n'ai pas osé de peur de lui paraître trop écervelée...dommage ! Jaurais dû ! J'ai râté l'occasion de me surprendre et de surprendre quelqu'un d'autre...J'aurais dû lui répondre,ce qui aurait été l'exacte vérité,que mon objectif principal,en cet instant même,était tout simplement de capter un petit poème et de l'offrir à ceux que j'aime. Mon capital intérieur est si riche et si vibrant que j'ai envie de le partager avec tous ceux que je rencontre. Voilà ce que j'aurais dû lui répondre...Mais je ne suis pas sûre que cela l'intéresse,sutout dans le cadre de son enquête...Mais encore une fois,je n'ai pas osé.

    15 commentaires
  •    Dans la petite ville voisine  a lieu le festival du film intergénérationnel qui,cette année, a pour thème la famille , l'opposition des cultures et l'intégration.Il y a toute une série de films  sur ce thème mais aussi des discussions prolongées par un partage de nourriture..avec quelques musiciens pour rendre l'ambiance plus festive
       Je suis allée voir "LA GRAINE ET LE MULET"  de Abdellatif Kechiche et j'en suis encore toute remuée...C'est un vrai choc...Il y a une force de vie absolument extraordinaire,surtout chez les femmes...L'ambiance de la famille orientale  est  très bien restituée...Ici,on ne souffre pas de solitude mais peut-être de la pression des uns sur les autres ,du regard omniprésent des proches sur le moindre de ses gestes...Mais il y a une très grande solidarité entre eux,beaucoup de chaleur humaine...
       C'est un grand contraste avec Slimane Beiji,le personnage principal du film qui,bien que très aimé et respecté par sa famille et tout son entourage, est toujours dans une très grande solitude...Qu'est-ce qui l'anime dans cette course éperdue,cette tentative désespéré d'ouvrir un restaurant ? Qu'est-ce qui le fait avancer encore  et encore.... jusqu'à la limite de ses forces?
      L'amour de sa famille? S'il arrive à ouvrir ce restaurant,tous ses enfants auront du travail.
      Le sens de sa dignité ? Il est au chomage et il ne veut pas vivre aux crochets de sa compagne
      Son besoin d'aller jusqu'au bout? Même s'il ne croit pas au succès de son entreprise?
    C'est un film que l'on verrait avec profit plusieurs fois,tant il est riche et porteur de sens...C'est un film qui nous rend plus humain.

    16 commentaires
  • Si tu veux toujours être le plus fort,
                   
                          tu seras un éternel perdant.

    tu perdras encore plus que le plus faible,
      tu perdras son amitié,
        tu perdras le goût de l'échange,
           la saveur princière de la simplicité,
              la subtile et délicieuse sensation
                 de vibrer au même rythme
                   que l'autre qui est en face de toi.

    Si tu as besoin de toujours te montrer le plus fort,
      c'est que tu as,au fond de toi,
        terriblement peur.

    Alors,guéris-toi vite de ta peur.
        
        La vie est simple
    et s'ouvre à toi comme un fruit délicat.

    16 commentaires
  •  " On peut imaginer qu'un poème se travaille comme une peinture. On pourrait se servir de la page comme d'une toile,disposer dedans les touches d'encre que sont aussi les mots. Le mot rouge à côté du mot rouille (ça fourmille aussitôt de sens et de bruit,comme ça ferait pour deuxpoints de couleur mis sur la toile ensemble,musique et sens que te voilà rêvant devant. Pas besoin non plus que lesmots soient des mots de couleur,tu dis chaudron,tu dis poème c'est pareil ,afflux de sens et de couleur dans leur bruit. On pêut continuer d'en mettre d'autres,des mots,les aligner,les jeter comme un peu partout,raturer,récrire,bientôt voilà le fond plein d'encre,tu lis de plus en plus mal,mais des épaisseurs,des transparences : ça qui paraît, à quel moment le poème a-t-il été une peinture ? Et maintenant qu'est-ce qu'on voit?"

      J'ai trouvé ce texte dans "La peinture du poème s'en va" de James Sacré chez l'éditeur Tarabuste et j'ai trouvé intéressant ce parrallèle entre le poème et la peinture...La peinture suggère des images,des pensées,des rêves...Et lles mots nous donnent à voir des couleurs,des formes..Les deux arts sont finalement  très proches et j'admire ceux qui peuvent les pratiquer l'un et l'autre;

    10 commentaires
  •   La solitude était sa compagne et il l'eut aimée moins fidèle,moins collée à lui,moins constante dans ses loyaux services.C'est du moins ce que l'on pouvait croire en l'entendant....Pourtant,l'essentiel pour lui n'était pas de s'en délivrer.
      Il lui importait davantage de préserver l'équilibre de sa journée et d'organiser son temps comme il lui plaisait .Il ne craignait pas les contraintes quand c'était lui qui se les imposait : il en ressentait ,au contraire, une nécessité impérieuse et jamais n'aurait commencé sa journée de travail sans avoir consacré auparavant un temps pour la méditation...
      Mais il lui paraissait effarant  qu'un autre puisse lui imposer la moindre contrainte et il était assez lucide et réaliste,malgré sa nature rêveuse,pour imaginer,que la vie à deux,aussi riche d'amour soit-elle, était tissée de ces concessions mutuelles...Aussi se gardait-il bien d'aborder les personnes qui semblaient le plus correspondre à ses désirs . Il allait plus volontiers vers les vaporeuses et les légères afin d'être sûr que ses aventures seraient sans lendemain . Ainsi se donnait-il l'illusion de ne pas être passif et de faire tout ce qui était en son ^pouvoir pour se délivrer d'une compagne qui ne l'enchantait guère et pour satisfaire ses parents qui se désolaient d'avoir un fils fleurant la trentaine et ne songeant pas à prendre femme...
      Et il s'il s'en voulait de leur infliger cette déception et il se disait qu'un jour,il lui faudrait franchir cette étape...Et, en attente de ce moment,il se refusait d'entretenir toute relation avec une jeune femme qui semblait ne pas pouvoir être acceptée par sa famille.

    10 commentaires