• 19-juin-2007-005.jpg J'avais un peu boudé le piano,ces jours-ci...Découragement,fatigue..;Ce matin,je m'y remets,tout de suite après  le petit  déjeuner,c'est le meilleur moment,et la magie revient,le temps s'arrête,suspendu...Je m'applique à faire résonner deux mesures à quatre temps,rien que deux mesures,mais que ce soit presque parfait...Et plus je l'écoute,cette mélodie,plus je la trouve belle,c'est comme certains poËmes,à la premiére écoute,on ne les a pas entendus..Et je répète inlassablement mais sans fatigue,avec bonheur même...Je fais ce que je peux et je suis bien...


    2 commentaires
  • Pour une fois,j'ai fait un rêve et je m'en souviens bien. D'ordinaire,ne reste au réveil qu'une brume incertaine ou,même le plus souvent,qu'un néant absolu...Et je me sens frustée...ce matin,la scène est d'une clarté incroyable...En plus,dans cette histoire,j'ai l'âge d'une collégienne...agréable de perdre ainsi quelques années en dormant! Bien sûr,l'incident n'est pas des plus joyeux...Au moment de partir,je constate que mon sac a disparu!!Mais tout s'arrange...C'est une certaine Myuriam Assimimov qui l'a pris,le sien ressemblait au mien et elle a confondu les deux...C'est quand même incroyable,moi qui ne me souviens de rien dans mes escapades nocturnes,jcette fois-ci,j'ai même retenu son nom à cette étourdie..d'ailleurs, depuis ce matin-là,je l'attends,je veux savoir à quoi elle ressemble,cette Myriam  Assimimov,avec ou sans mon sac...Un nom aussi étrange,je n'ai pas pu le rêver,elle doit bien respirer quelque part et je vais la rencontrer.

    1 commentaire
  • Pendant que nous tâtons du néant,
    château de plus en plus lointain

    l'ange qui prétend veiller nos nuits
    palpe la pulpe d'un verger sans étoiles

    On le devine moins par son aile
    que par le doigté du velours

    Il arrive qu'il accepte le détour
    et s'immisce en nos sommeils

    mais à peine apprécions-nous
    son essence qu'il frôle
    les paupières de l'éveil

    Et se fait la belle au petit jour,
    promesse aux lèvres ou prince
    charmant en esquive d'amour
                                 Jeannine Dion-Guérin(l'écho des nuits)

    J'ai rencontré Jeannine Dion-Guérin,il y a près de 30 ans,à un stage d'écriture...Je l'ai revue trois ou quatre fois de puis,pas davantage mais nous sommes toujours restées en lien,elle m'avertit chaque fois qu'elle fait paraître un nouveau livre
    Parfois,il faut lire plusieurs fois un même poëme pour en saisir tout le suc mais cela en vaut la peine..Parfois,la première lecture est évidente


    votre commentaire
  • 18juillet2007-009.jpg
    Je me réveille...
    Je sens de grands courants d'air dans ma tête...
    J'ai beau chercher profond dans  la mare aux souvenirs...
    je ne ramène pas le moindre petit  rêve...
    Tout s'est dissipé dans une brume épaisse
    Rien...Si ce n'est ces quelques phrases qui me sauvent de la désolation...

    1 commentaire
  •  

                                                                                                                    Tu me demandes ce que je ressens en écoutant cette musique...et tout d'abord je reste coi....Comment parler de ce qui est si infime...
        Dans l'instant,je vis seulement de musique,de mots,de rencontre et de silence et ne désire pas autre chose...J'apprends que cette musique s'appelle "un peu perdre le Nord"...Je mesure la justesse de l'expression,car c'est ce que j'ai éprouvé en l'écoutant:cette sensation délicieuse que j'allais me perdre et je me remémorais le poême de Michaux
                                       "    Emportez -moi  au loin,au loin...dans une vieille et douce caravelle...dans l'attelage d'un autre âge...dans le velours trompeur de la neige.."
           Cette sensation bizarre que se perdre est la chose la plus délicieuse qui puisse nous arriver(moi qui dans la vie quotidienne suis paralysée par la peur de m'égarer)...Et puis très vite ,je comprends que non,l'embarquement ne sera pas pour aujourd'hui,demain peut-être...Se perdre se mérite...Se perdre se prépare...Se perdre,celà s'attend.Aujourd'hui n' est pas le lieu de ce voyage.Aujourd'hui,la musique est guillerette et légère et in vite seulement à traverser sa peur.  1-juillet-2007-005.jpg                                                                                                                                                                     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires